Les 500 mémos de la SINA, par Varela Wikileaks et la guerre anticubaine de Washington...

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Progreso Semanal est un hebdomadaire Cubano-Américain bilingue qui s’oppose aux grands médias tenus par la mafia de Floride. Il est édité et publié à Miami. (MH)

Comme nous, cubains, le disons dans le jargon du baseball, la balle de Wikileaks rebondit et roule - et elle a touché Cuba.(1)

Rien de surprenant.

A Miami, les chaînes latines sont dans les limbes, ne parlant que de « la mort prochaine de Castro » ou présentant des programmes sponsorisés par des avocats spécialisés dans la fraude hypothécaire.

Mais si vous allumez la télévision et zappez pour une chaîne en anglais, vous verrez plein de programmes avec des débats et des opinions sur Wikileaks, ce site internet (en ce moment le plus célèbre) qui fait de si surprenantes révélations à propos du gouvernement des États-Unis.

S’il y a sur internet des sites qui publient des secrets sur le show bizz américain, il est plus naturel encore qu’un site révèle les secrets du gouvernement. Je pense que c’est bien.

Par exemple, nous savons que le nombre de morts en Irak est 10 fois supérieur à celui annoncé, et que le gouvernement le cache. Nous savons que l’opposition « pitiyanqui » exige la tête de Chavez, que l’ambassadeur étasunien au Honduras admet que le coup d’Etat contre Zelaya a été organisé par des membres du Congrès et des magistrats qui ont été achetés à Key Biscane.

Que les gringos ne sont pas aussi bons amis avec les saoudiens qu’ils le prétendent, parce qu’ils les placent sur le même plan que Cuba. Qu’Obama a porté des lentilles de contact vertes. Ainsi de suite, des milliers de petites histoires du gouvernement.

Certains disent que les révélations quotidiennes de Wikileaks mettent en danger la sécurité des États-Unis, tandis que d’autres défendent la liberté d’expression et la transparence dans les affaires gouvernementales. Ils affirment même que Wikileaks devrait exister comme un garde-fou face à la barbarie d’institutions comme le Pentagone et la CIA, avec leurs invasions fantômes et leurs tortures.

Après avoir exposé de nombreux méfaits des Etats-Unis, à travers le monde et en particulier dans le monde arabe, Wikileaks dit détenir 507 ou 509 câbles envoyés par la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA).

Au moins 150 de ces câbles ou messages ont été envoyés entre 2009 et 2010. Par conséquent, l’importance qui est la leur dans les relations actuelles entre Cuba et les États-Unis est phénoménale.

Je pense que, une fois révélés les contenus de ces mémos, les chaînes de télévision hispaniques à Miami seront attentives au scandale Wikileaks. Remarquez que j’ai dit qu’elles « seraient attentives ». Je ne veux pas dire qu’elles se feront l’échos de Wikileaks.

Et voici pourquoi.

Certaines sources m’ont parlé du contenu de ces câbles ou mémos. Et même si je n’ai aucune preuve de leur véracité (et tant que Wikileaks ne les publie pas personne ne saura avec certitude) je vais partager avec vous l’information que j’ai.

La SINA a classé ses rapports et mémos en catégories désignées par des abréviations codées sur des thèmes comme la politique nationale, l’éducation, la biologie médicale, les affaires internes, l’agriculture, l’industrie minière, les contacts avec le Congrès, le carnaval, les trahisons possibles, les voyages, Los Van Van, la propagande, Edmundo, Aruca, Álvaro Fernández – et ainsi de suite, de nombreux personnages clés ou sujets sociaux, politiques et économiques.

Je vais me concentrer sur les mémos déchiffrés à propos des « dissidents » et des « blogueurs de l’opposition ».

Par exemple, il y en a un qui traite des téléphones mobiles et des ordinateurs portables que le « contractant » privé Alan P. Gross donnait aux coins de rues de La Havane en décembre 2009. Il disait :

« Faites attention à ce qu’il n’en donne pas plus d’un par personne, parce que s’il en cède deux, le cubain vendra celui qu’il aura en trop »

Un autre mémo traitait de Fariñas, le gréviste de la faim qui a organisé 24 Rallyes du Jeûne à Cuba. Il dit :

« Il devrait avaler la boisson protéinée envoyée par la NASA, qui est conçue pour que les astronautes survivent dans un environnement hostile »

(Maintenant je comprends comment Fariñas pouvait trouver l’énergie de donner cinq conférences de presse par jour, tandis qu’il jeûnait).

Un des câbles, daté d’Août 2010, parle de moi (je l’admets modestement), et dit :

« Dites à Yoani et à son mari de ne pas parler à Varela, parce qu’il va les piéger pour leur faire admettre qu’on paie leurs téléphones portables et qu’ils n’ont pas peur d’être à cours de crédit téléphonique ».

Certains messages sont compliqués et laissent ouvertes de multiples interprétations :

« Si Juan Juan se lance dans une grève, il faut qu’il perde beaucoup »

On ne sait pas trop si le fils dissident du Commandant Juan Almeida doit perdre du poids ou perdre de l’argent. Mais un déchiffrement plus fin viendra.

Bien sûr, parmi ces mémos, vous en trouverez plusieurs qui seront drôles ou stupides (à vous de décider), comme le suivant :

« Après les apparitions publiques de plus en plus fréquentes de Fidel, Raul Castro pourrait trahir, par jalousie. Prévenez Channel 41 de bien l’accueillir à Miami »

A propos de ceux qui protestent dans la rue, on lit :

« Laura Pollán devrait se contenter pour l’instant d’un grand chapeau de paille. Elle donne une mauvaise image des autres femmes ».

A propos des dames en blanc, on m’a dit que le message codé de la SINA révèle où elles se fournissent en glaïeuls et en habits blancs, de même qu’en chaussures Nike, en parasols et autre biens si difficiles à trouver dans les magasins cubains ordinaires.

Je prédis aussi que Wikileaks sera interdit à Miami quand les quelques 500 mémos de la SINA seront publiés. L’extrême droite cubaine aime laver son linge sale en public mais n’a pas l’habitude d’être épinglée sur le sujet de Cuba ou sur l’établissement des faits.

(1) « la bola de Wikileaks pica y se extiende… y ya tocó a Cuba de lleno »

Voir en ligne : sur le blog changement de société

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).