Conseil national des 25-26 août 2017

Le congrès extraordinaire du PCF doit être le congrès de sa refondation communiste !

, par  Jean-Jacques Karman , popularité : 1%

Camarades,

l’orientation stratégique de notre parti n’a jamais été aussi éloignée de la nécessaire lutte de classe pour le communisme, par son implantation sociale et électorale, par son programme, donc pour les intérêts de notre classe ouvrière et notre peuple. Camarades, soyons clairs, la situation est catastrophique, mais il est encore possible que notre parti redevienne le grand parti communiste marxiste révolutionnaire dont notre classe ouvrière et notre peuple ont besoin pour la construction d’une nouvelle société, une première République démocratique sociale et populaire donc non bourgeoise, hors système capitaliste, progressant vers la société sans domination de classe que l’on nomme communisme !

Mais camarade, soyons réaliste, le risque existe aussi que ce congrès extraordinaire, si nécessaire pour notre avenir, soit le dernier comme parti communiste, car détourné de son objet par ceux qui dirigent le parti depuis la fin des années 70, (le point de départ d’un processus de changement de stratégie et de chute de notre influence) sur une ligne révisionniste réformiste de renoncement, de mutation et de participation à plusieurs reprises à un gouvernement bourgeois de collaboration de classe (la dernière étant catastrophique).

La direction actuelle comme les précédentes va donc dominer et diriger la préparation et la tenue du congrès extraordinaire sur une orientation qui nous a menés à la catastrophe actuelle. Il faut avoir conscience que jamais une direction du PCF n’a perdu sur le moment un congrès. Il faut donc que les militants communistes qui sont sur une orientation de lutte de classe se rassemble et prennent des initiatives en respectant les statuts du parti pour que notre visée communiste devienne majoritaire démocratiquement.

La direction du parti est elle déjà à l’œuvre, elle le fait volontairement ou involontairement, peut importe, chacun jugera, en multipliant les pistes de réflexions, ce qui tend à noyer la question centrale qu’est notre stratégie, notre programme pour le changement de société. Dans L’Humanité Dimanche n°567 la rédaction résume très bien le détournement d’objet imposé par la direction actuelle du parti, je cite l’article : « Le PCF veut faire sa révolution. Les dirigeants communistes sont décidés à entamer un processus de transformation profonde du PCF qui doit aboutir, en 2018, à la construction d’une nouvelle organisation communiste ». Pierre Laurent, lors du dernier Conseil National de juin, confirme ce détournement d’objet en y ajoutant le possible changement de nom du parti. Comme si en prenant un autre nom, ce qu’ont fait certains courants comme "En marche" ou "Les insoumis", nous pourrions miraculeusement produire une avancée des idées réellement communistes.

Pour la direction actuelle du parti c’est le parti lui-même, son fonctionnement, son nom, ses références (à 1917) qui seraient la cause de nos 3% aux législatives. Alors que c’est le programme, la stratégie, le chemin à suivre qui sont notre problème pour faire vivre une perspective révolutionnaire, un idéal, un avenir pour notre peuple.

Il nous faut dès aujourd’hui avancer un programme de lutte de classe, de défense de notre peuple et de rupture avec le capitalisme, des solutions qui prendront toute leur réalité dans la nouvelle société que nous voulons construire démocratiquement. Dans la société actuelle, avançons un programme de défense des travailleurs face au capitalisme, mais rejetons toutes participation à un gouvernement dans le cadre du système capitaliste. Car en fonction de la crise actuelle du capitalisme, cela n’aboutirait qu’à une collaboration de classe et nous couperait définitivement de la classe ouvrière et du peuple de France.

Ce programme doit déclarer que la première mesure, doit immédiatement être la nationalisation/socialisation de toutes les sociétés de plus de 1000 salariés, sans indemnisation, mais aussi sans spolier les petit porteurs en les maintenant dans le capital de l’entreprise. Nationalisation en premier lieu des banques et des assurances, puis dénonciation de la dette et son annulation, contrôle des travailleurs sur la production et droits nouveaux, échelle mobile des salaires et pensions, création d’un ministère de la planification et du plan, protection de la production industrielle en France, rupture avec l’Union Européenne capitaliste en dénonçant tous les traités, initiative pour une Europe des peuples, sortie immédiate de l’OTAN et déclaration de la paix au Monde, assemblé constituante pour la construction d’une nouvelle société : la 1ère République démocratique, sociale et populaire non bourgeoise. Proportionnelle intégrale à toutes les élections, égalité de tous les êtres humains, défense de la nature que forme notre terre. Proclamation que la liberté, est toujours celle de ceux qui pensent autrement et garantie par l’état que la mise en œuvre des décisions majoritaires sera garantie par la constitution et donc par l’appareil d’état de transition.

Notre congrès extraordinaire doit aboutir à cette refondation communiste et bien sûr à des améliorations du fonctionnement de notre parti à tous les niveaux. Tournons nous, prenons le virage vers la classe ouvrière en décidant de sa présence dans tous les organismes du parti ainsi que celle des syndicalistes à tous les niveaux, en particulier au niveau national et chez les élus. Ce n’est pas une bolchévisation stalinienne qui nous faut, mais un virage "capital" vers les principes de bases marxistes révolutionnaires de Marx et de Lénine qui ne sont pas le marxisme-léninisme stalinien.

Camarades, là est notre possible victoire, celle de notre peuple !

Aubervilliers le 16 août 2017

Jean Jacques Karman
Membre du Conseil National du PCF
Maire adjoint d’Aubervilliers
Conseiller général du 93 honoraire
Membre du PCF depuis 54 ans

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).