Le combat révolutionnaire de notre temps : l’exemple chinois Débats avec J-C Delaunay à Lyon et Béziers

, par  Jean-Claude Delaunay , popularité : 2%
]

L’auteur de l’ouvrage "Les trajectoires chinoises de modernisation et de développement, De l’Empire agro-militaire à l’Etat-Nation et au Socialisme" paru aux éditions Delga en 2018, Jean-Claude Delaunay, sera à Lyon pour nous parler de la Chine le vendredi 7 juin à 18h30 invité par la fédération du Rhône du PCF (1 cours Albert Thomas) et le samedi 8 juin à 15h30 à la MJC du Vieux Lyon (face à la cathédrale Saint-Jean) invité par L’Improbable.

Il animera également un débat sur le sujet à Béziers, invité par la section PCF, le vendredi 14 juin à 18h00 ; le débat sera suivi d’un repas fraternel.

Il nous propose le texte ci-dessous pour présenter son exposé et les thèses qu’il défend. Rappelons que cela fait maintenant quelques années que ce professeur honoraire des Universités vit en Chine et qu’il s’est donné pour projet de comprendre ce pays. Selon lui, la Chine, alors en plein développement, avait encore l’audace, après la faillite de l’Union soviétique, de se déclarer socialiste, d’être fière de son drapeau rouge, et de se donner Marx, Lénine et Mao Zedong pour référence. Et cela, tout en préconisant la mise en place d’une économie socialiste de marché. Le livre qu’il a publié l’an passé aux Editions Delga est le résultat de cette curiosité.
Lepcf.fr


Le combat révolutionnaire de notre temps : l’exemple chinois

En 1950, la Chine était sans doute le pays le plus peuplé mais aussi le plus pauvre du monde. Aujourd’hui (70 ans après), c’est un pays dont le revenu moyen par habitant le classe à peu près au 110ème rang dans l’ensemble des pays. L’illettrisme en a quasiment disparu. Ses gouvernants se sont donnés la tâche de vaincre définitivement la pauvreté, non pas en faisant l’aumône mais en donnant aux pauvres les moyens de s’en sortir. Ils ont l’ambition de faire qu’en 2020, le niveau de vie y soit celui de ce qu’ils appellent « la moyenne aisance ». Comment sont-ils sortis de cet état de misère et de sous-développement extrêmes ?

Le socialisme chinois a connu deux périodes. La première, dirigée par Mao Zedong, a duré de 1949 à 1978 (29 ans) et n’a pas produit des résultats fulgurants. La deuxième, initiée par Deng Xiaoping, a commencé en 1978 et fut à l’origine du développement actuel. En réalité, il a fallu du temps pour que cette nouvelle politique soit acceptée. Cela s’est produit entre 1992 et 1997. Le développement socialiste actuel date donc de 20 à 25 ans.

Le problème que nous nous posons, les uns et les autres, est le suivant : la Chine actuelle est-elle socialiste, comme le prétendent ses dirigeants ? En réalité, cette interrogation a 2 origines.

La première vient de celles et ceux pour lesquels il n’y a de socialisme que celui reproduisant l’expérience soviétique. C’est ce qu’a fait Mao et il a échoué. J’ai montré, dans le livre que les Éditions Delga viennent de publier (Jean-Claude Delaunay, Les trajectoires chinoises de modernisation et de développement, De l’Empire agro-militaire à l’Etat-Nation et au Socialisme, 2018) en quoi et pourquoi le socialisme chinois différait du socialisme soviétique. Je ne suis pas antistalinien pour autant. Je pense que, tout simplement, les 2 époques sont différentes. Bien comprendre cette différence revient donc à bien comprendre que nous avons changé d’époque.

La deuxième vient de celles et de ceux pour lesquels le socialisme est une horreur. Comme il y a des entreprises capitalistes en Chine, ils disent que ce pays, un jour ou l’autre, va se comporter de façon totalement capitaliste. Ils veulent hâter l’arrivée de ce moment. Dans ce but, ils déclarent, à cor et à cri, que le socialisme chinois est un faux-nez, qu’en réalité la Chine est un pays capitaliste qui ne dit pas son nom.

Ces deux courants idéologiques se rejoignent et forment un fleuve puissant. Nous nageons dans ces eaux. Parfois, nous ne savons pas très bien quoi dire. Je ne suis pas un adorateur des Chinois et je ne m’incline pas chaque matin devant le portrait de Xi Jinping. Je n’en pense pas moins que la Chine est un pays socialiste et que, à sa manière, ses dirigeants, unis par la force que leur donne le Parti communiste chinois, par la solidité de leurs institutions, par la confiance de leur peuple, mettent en œuvre un principe politique que les communistes français ont rayé des statuts de leur parti, celui de la dictature démocratique du prolétariat.

Les Chinois lui préfèrent le terme de dictature démocratique du peuple. Quel que soit le principe évoqué (dictature du peuple ou du prolétariat), il veut dire que les intérêts populaires guident la politique et l’économie du pays considéré.

En France, ce qui règne est le mode de production capitaliste. Toute la politique du pays, nationale et internationale, vise à préserver ce mode, à enrichir toujours plus les capitalistes et à appauvrir le peuple.

En Chine, ce qui est admis, pour hâter le développement, ce sont des entreprises capitalistes. Ce n’est pas pareil. Les entreprises capitalistes ont le droit d’y faire du profit, mais elles n’ont pas le droit à la parole. Elles doivent respecter strictement les lois de ce pays.

Au delà de ce que l’exemple chinois nous apprend sur le changement d’époque par rapport à l’Union soviétique de la première moitié du 20ème siècle, il conduit donc à réfléchir à nouveau sur ce que signifie « la dictature démocratique du peuple » dans l’énoncé d’un projet communiste et dans la construction d’une société socialiste.

Jean-Claude Delaunay
Texte paru dans le numéro 97 de L’Improbable

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).