Le PCF était présent à Lisbonne ! 33 communistes français pour la paix, contre l’OTAN !

, par  pam , popularité : 5%

Nous l’avions décidé lors de la rencontre de Marseille, et malgré les difficultés financières et logistiques du déplacement, nous étions 33 à faire le déplacement de Lyon à Lisbonne pour la manifestation dont avait pris l’initiative le PCP.

Ce fut une aventure militante qui laissera des traces, de solidarité entre ses participants, de symbole politique pour le PCF et pour ses relations internationales.

Et comme dans toute aventure, rien ne s’est déroulé comme prévu !

Blandine, l’organisatrice du voyage, et férue de voyages dans tous les coins du monde avait prévu des marges dans l’agenda... Arrivée prévue à l’aéroport à 8h30 pour un vol à 10h30... Arrivée à Lisbonne centre vers 13h pour une manifestation à 15h...

Sauf qu’à 9h00 dans le terminal 3 dédié aux "low cost" de St-Exupéry, une dizaine de camarades a passé le sas, et subitement le reste est bloqué... on nous demande de quitter le terminal pour retourner dans l’aéroport... Discussions pour nous expliquer qu’un oiseau a endommagé le réacteur de l’avion qui aura du retard, certains parlent de 1h50, d’autres de 3h... On négocie pour rester en groupe et finalement, une employée sympathique de EasyJet accepte de laisser le groupe passer...

Mais le retard se confirme... 10h, 11h, 12h00... il est de plus en plus clair que ce n’est pas qu’un oiseau qui justifie le décalage. La compagnie nous accorde un bon d’achat de 4€50 en compensation...

Finalement, le vol est annoncé et décolle à 14h30. Le commandant de bord le confirme sans ambiguïté... L’incident de l’oiseau a obligé à changer d’avion, mais c’est bien le problème des créneaux d’entrée au Portugal qui bloquait... On apprendra d’ailleurs que beaucoup de militants ont été bloqués aux frontières et que presque tous les vols de toutes origines pour Lisbonne étaient en retard...

Visiblement, l’organisation des sommets internationaux est de plus en plus contrôlée... La liberté de circulation, c’est pour les capitaux et ceux qui les servent !

On fait des calculs... si tout se passe bien, arrivée à l’aéroport à 16h (heure de Lisbonne), si on met une heure pour rejoindre le centre ville, on devrait participer à la fin de la manifestation !

Et effectivement, quand l’avion survole Lisbonne (magnifique !), on voit la manifestation qui remplit la place du marquis de Pombal... On y est presque...

Mais l’aventure continue. A la police des frontières, on passe, et Blandine recompte... il en manque un ! C’est Théo, un jeune communiste qui a été retenu par la police des frontières. On arrive à le joindre... la police l’interroge, et semble nerveuse depuis qu’elle a trouvé dans son sac à dos le blouson fluo orange marqué "OTAN go home !"

Théo reste calme. Marie-Christine et deux JC décident de rester à l’aéroport et le reste du groupe cherche la navette... On la remplit très vite, elle devrait partir, mais rien ne se passe... Après plus de 5 minutes, le chauffeur descend, remonte, une personne visiblement habilitée monte et descend (nous n’avons pas de doute... RG ou équivalent !), puis des policiers arrivent. On commence à se dire qu’on ne verra peut-être pas la place du marquis de Pombal... Un policier demande à Édith de sortir. On montre sans s’énerver qu’elle n’est pas toute seule. Le député André Gerin s’avance...

Les policiers insistent et font sortir Assumpta... Mais après quelques instants, ils font descendre trois autres jeunes filles, et relâchent Édith et Assumpta... Les avis sont divers sur cette arrestation : roms ? Fauche identifiée par la vidéo surveillance ? On ne saura pas, mais comme le dira Alain, descendant de portugais... 40 ans de fascisme, ça laisse des habitudes...

Mais on est dans le pays de la révolution des œillets...

La navette démarre, mais bien sûr, elle ne peut approcher jusqu’à la place. Il nous reste donc encore 500 m à pied pour rejoindre la place, et 2 km pour rattraper la manifestation...

On avance d’un bon pas sur le trajet de la manifestation qu’on finit par voir en bas de l’avenue par la rangée de cars de police qui ferme la rue.

Mais on voit un bâtiment avec du monde devant, qui visiblement a manifesté. Des banderoles, des drapeaux rouges... C’est un bâtiment du PCP ! Celui de la fédération du nord du Tage, le fleuve qui partage Lisbonne en deux. La discussion s’engage, le hasard a bien fait les choses. Nous allons pouvoir rencontrer le PCP !

Un groupe (les plus jeunes) continue pour rejoindre la manifestation qui est arrivée sur la place. Les autres rentrent en contact avec le PCP.

On organise un petit rassemblement de communistes français devant le local du PCP.

Pour marquer l’évènement, on échange un drapeau PCF contre un PCP, bien sûr, les deux ont faucille et marteau.

Impressionnant local, une bibliothèque politique avec des classiques marxistes introuvables, y compris en Français, et un bar bien sûr...

La présence d’un député communiste Français ne passe pas inaperçu et les discussions sont nombreuses... Jean s’improvise traducteur, sa connaissance de l’italien et de l’espagnol, plus son habitude des voyages fait merveille !

Les discussions sont parfois tâtonnantes... On avait vu des affiches d’un candidat "patriotique et de gauche" aux prochaines présidentielles. On retrouve un tract qui évoque le PS sans bien comprendre, y aurait-il alliance pour les présidentielles ? Pas du tout... Le tract dénonce au contraire la politique du PS et de la droite conte les salaires... Les camarades portugais nous expliquent que s’ils peuvent se maintenir au second tour, ils le feront, et qu’en cas contraire, ils ne se désisteront pas. Voilà de quoi discuter sur la conception d’une candidature portée par le parti communiste. Certains opposent en France, candidat du PCF et candidat de rassemblement. Au Portugal, pas d’hésitation, c’est le candidat du PCP qui est le candidat du rassemblement !

Et bien sûr, la joie internationalise, et le bar aidant, les chansons sont reprises en plusieurs langues... On découvre alors le cri de ralliement rythmé des communistes portugais sur quatre temps : P C P ! P C P ! P C P !...

Et dans l’allégresse, on le prolonge P C F ! P C F ! P C F !...

il faut songer à organiser le repas et le retour à l’hôtel... Comment trouver un restaurant pour 33 personnes ? Un camarade portugais nous indique un lieu militant très typique... Finalement, il nous accompagne et sur le chemin, on rencontre un des 13 députés communistes Portugais :


discussion courte mais passionnante et fraternelle.

On invite bien sûr le camarade portugais qui nous conduit jusqu’au centre d’Alentejo... un palais d’origine maure, mosaïques, salles immenses, plafonds et murs peints, luminaires de château... qui a été "pris" à la révolution par les organisations militantes de la région de Alentejo, fief du PCP dans une région agricole. Des producteurs de la région qui ont bénéficié de la réforme agraire approvisionnent ce lieu de rencontre militante géré par un communiste.


Les chansons reprennent. Après l’internationale et la jeune garde on nous demande Les Canuts et... Ma France ! Les badges PCF avec faucille et marteau ont du succès...

Un voyage qui marquera les communistes, jeunes et vieux, qui ouvre des possibilités de relations politiques entre le PCF et le PCP, qui fait vivre un PCF reprenant enfin son histoire et sa place dans le mouvement communiste international.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).