La nomination de Saakachvili est un crachat au visage du peuple ukrainien par Piotr Simonenko, secrétaire du parti communiste d’Ukraine

, par  communistes , popularité : 2%
PNG - 47.9 ko

« La récente nomination de l’ex-Président de la Géorgie Mikhail Saakachvili au poste de chef de l’administration régionale d’Odessa est un témoignage supplémentaire de l’inféodation complète du régime, de son ineptie flagrante et de la démence politique galopante de ses dirigeants, »


selon les termes employés par le chef du mouvement de gauche ukrainien Piotr Simonenko.

Piotr Simonenko a rappelé qu’en un an et demi d’exercice du pouvoir, la junte post-maïdan, en conformité avec les instructions et avec le soutien financier direct du Département d’Etat américain, a déclenché en Ukraine la terreur politique et la guerre civile, entraînant la perte de la Crimée, l’embrasement du Donbass, la mort des civils : femmes, enfants, personnes âgées … Le pays est frappé par la crise économique, la corruption a été multipliée par trois, le FMI et les sociétés internationales ont imposé une politique sociale de génocide, et le nazisme, en substance, est devenu l’idéologie de l’Etat. Et pourtant, au milieu de l’appauvrissement universel, le président s’est débrouillé pour multiplier ses revenus par SEPT !

« Toutes les soi-disant réformes ont été réduites à un pillage pur et simple du pays, au détournement des crédits, au transfert définitif des entreprises stratégiques et de la richesse nationale – la terre – entre les mains des sociétés transnationales et des clans financiers et industriels. L’achèvement de la soi-disant « grande privatisation » peut être comparé à un assassinat. Ceci est un crime non seulement pour les vivants mais aussi pour les générations futures. C’est un crime sans prescription. Par conséquent, il n’est pas étonnant qu’à la place de l’équipe gouvernementale « unie pour le meilleur » promise, capable de mener des réformes dans l’intérêt du peuple, capable de remonter l’économie, d’assurer des garanties sociales, l’Ukraine se voit imposer tantôt un gouverneur-oligarque qui a créé une armée privée, tantôt un gouvernement de « travailleurs invités » qui se soucient peu du sort de nos citoyens et du pays lui-même », – a déclaré Piotr Simonenko


.
Revenant à la nomination de M. Saakachvili au poste de gouverneur de la région d’Odessa, Piotr Simonenko dit qu’il cadtre parfaitement avec l’algorithme selon lequel les États-Unis exercent un contrôle externe sur Ukraine et le contrôle de nos ressources stratégiques, et cherchent par tous les moyens à saboter la mise en œuvre des accords de paix de Genève et de Minsk.


« Tout le personnel politique, à commencer par les députés, le gouvernement, le président et son administration, comme en témoignent les décisions qu’ils prennent, est anti-ukrainien et antinational. Des étrangers, qui sont directement responsables devant les États-Unis et sont sommés d’agir dans leur meilleur intérêt, sont nommés comme « kapos » à des fonctions gouvernementales comme, par exemple, la ministre des Finances Yaresko et le ministre de l’Economie Abromyavichus. Quant au « parachutage géorgien » dans le gouvernement ukrainien, il fait beaucoup jaser. Maintenant, le bâton témoin est dans les mains de l’ex-président géorgien Mikhaïl Saakachvili. Un homme qui est recherché par le Procureur principal de Géorgie pour crimes commis durant sa présidence. Et qui en tant que président a déclenché une guerre civile en Géorgie en 2008 à la demande des commissaires de l’intelligence des États-Unis et de l’OTAN. Ce fameux Micha que le peuple géorgien a mis à la porte de son pays « , – a dit le chef de file de la gauche.

Piotr Simonenko a également rappelé que le dernier emploi occupé par Saakachvili est l’Université Tufts aux États-Unis, où il s’est réfugié après avoir fui la Géorgie fin octobre 2013, sans même attendre la fin de son mandat présidentiel.

« On voit donc qu’un homme ayant plusieurs nationalités et qui est poursuivi dans son propre pays pour crime, un étranger qui vit des subsides du Département d’Etat américain est nommé par le Président Porochenko à une haute fonction publique, pour quoi faire ? Dans le but d’humilier les citoyens de l’Ukraine, de leur montrer « qui est le patron. » Ceci est une gifle à la face non seulement des habitants d’Odessa mais de tout le peuple ukrainien « , – a déclaré Piotr Simonenko.

Piotr Simonenko est convaincu que les événements qui se déroulent en Ukraine depuis le maïdan confirment une fois de plus les exigences du Parti communiste sur l’élimination de la verticale présidentielle corrompue, la transition vers une république parlementaire, la décentralisation du pouvoir, l’autonomisation, la liberté et la responsabilité des collectivités territoriales.

« Si nos propositions avaient été entendues et mises en œuvre, si les chefs de régions étaient choisis par les gens eux-mêmes, dans un tel cas, Saakachvili aurait-il une seul chance de devenir gouverneur ? Je suis sûr que non. Ces nominations présidentielles tuent toute crédibilité à la racine et piétinent complètement la démocratie « , – a déclaré Piotr Simonenko.

Le leader de la Gauche ukrainienne a également déclaré que le travail sur la réforme constitutionnelle et sur la nouvelle législation des élections locales, qui donnerait à la population les véritables rênes du pouvoir dans leur propre pays, cette réforme est entravée par tous les moyens.


« Une dictature néo-nazie de l’oligarchie contrôlée et financée par l’étranger, ceci est la seule façon pour la junte, qui a les mains souillées jusqu’aux coudes dans le sang du peuple ukrainien, d’affronter la protestation sociale croissante, tout en gagnant des profits exorbitants sur la guerre et l’exploitation impitoyable du simple travailleur, »


– dit le chef du mouvement de gauche de l’Ukraine Piotr Simonenko.

Voir en ligne : en russe sur le site du KPU, traduction de histoire et société

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).