La guerre de tous contre tous comme destin ?

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 2%

Et pendant ce temps-là en Europe, enhardis par l’attitude de l’UE en Ukraine, des milliers d’anciens nazis défilent à Riga en Lettonie, en chantant des chants nazis sans que cela provoque la moindre émotion de nos médias.

La conscience universelle, si l’on excepte la bande de tarés qui dirige les États-Unis, l’Europe, l’OTAN et leurs alliés les plus infâmes, la meute médiatique qui accompagne leur exactions, leurs interventions dites humanitaires qui ne sont que pillages et mépris de la souveraineté des peuples, se révolte contre le danger permanent que ces gens-là font peser sur l’humanité.

Ainsi la présidente du Chili, Michelle Bachelet, a répété ce dimanche que nul, ni une personne, ni un pays, a le droit de démettre par la voie de la violence un président légitimement élu, en faisant référence aux faits de violence que l’on peut constater au Venezuela par une partie des opposants qui cherchent à détruire le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Dans une entrevue avec le journal chilien El Mercurio, Bachelet a affirmé que "jamais nous accepterons que rien, ni personne, ni pays, incite à travers les violences à destituer une président légitimement élu".

Michel Bachelet et le Chili savent ce dont ils parlent, eux à qui les États-Unis ont imposé en 1973 un des régimes les plus sanglants, des horreurs qui ne craignaient pas de torturer les enfants devant leur mère pour les faire parler après l’assassinat de Salvador Allende. Ce qui se joue au Venezuela est de même nature.

Un impérialisme en crise qui ne sait plus assurer à ses propres citoyens le droit à la sécurité de l’emploi, une vie décente, le droit à la santé, l’éducation, continue à développer un arsenal militaire déjà suffisant pour faire sauter la planète. Il est incapable de nouer de ce fait avec le reste de l’humanité des relations de concertation, de négociation ; partout et toujours, il lui faut porter la haine, la diabolisation de ceux qu’il veut attaquer pour nourrir ses marchands d’armes et ses majors du pétrole.

Ce système sénile est haïssable parce qu’il nous condamne à ignorer toutes les richesses de la diversité humaine ; il est paranoïaque, inculte comme ce sénateur Mac Cain qui a failli devenir président avec son invraisemblable Sarah Palin, et qui se permet de dire que la Russie est une station service qui se prend pour un pays. Comment peut-on nier ainsi une culture qui fait partie de l’universel ? Qu’est-ce qui permet à de telles brutes de nous imposer un empire, plus que l’impérialisme, des valeurs, des institutions, un mode de vie basé sur la marchandisation et le profit.

Rien ne nous assure que demain un Mac Cain flanqué d’une Sarah Palin aura à sa disposition l’arsenal militaire et nucléaire le plus formidable que l’humanité n’ait jamais accumulé. Rien et surtout pas le fait qu’aujourd’hui déjà, il n’y a plus d’alternative et les mêmes se partagent le pouvoir au profit des mêmes. Madame Nuland, une néo-conservatrice de la pire espèce qui soit, en charge des destinées de l’Europe, a largement contribué à mettre l’Ukraine à feu et à sang, tandis qu’un BHL comme aux beaux temps de Sarkozy, trône au nom des mêmes sur le perron de l’Élysée avec ses nouveaux protégés. On bafoue le droit des peuples dans leur représentation quand la politique est faite à ce niveau de manipulation et de bellicisme. Les conséquences ne s’en font pas attendre et le monde devient toujours plus instable, plus dur…

Nier les droits de ceux que l’on considère comme des sous-hommes, ceux du peuple Chilien à qui on impose dans le sang et la torture, le néo libéralisme et Pinochet, admettre comme légale la partition de la Serbie avec le précédent du Kosovo, inventer des armes de destruction massive pour provoquer la guerre civile en Irak, et poursuivre l’opération en Libye, Syrie avec l’aide de potentats fondamentalistes et fascistes, aller à Kiev introniser des banquiers oligarques, des fascistes néo-nazis à des postes de direction, destituer au nom d’une place en folie un président élu, et dans le même temps hurler à l’illégalité quand la Crimée qui a toujours été russe manifeste sa volonté de ne pas reconnaître la dite équipe de putschistes et dont la quasi totalité de la population revendique son droit à l’autodétermination. Oui j’ai honte de mon président, de ce type élu sur un programme et se ralliant à des intérêts, à l’atlantisme le plus servile.

Ce système nie y compris la culture des États-Unis, l’apport de ce pays à l’humanité et nous invite tous à l’ignorance, l’individualisme forcené, le mépris des faibles, de ceux qu’il considère comme inutile.

Alors sans croire qu’il existe ou existera un sauveur suprême, sauvons-nous nous mêmes en refusant de devenir les soldats zélés de ces intérêts qui ne sont pas les nôtres et ne légitimons en rien leur viol du droit et de la conscience universelle au nom d’une quelconque croisade et de leurs prédicateurs imbéciles.

Danielle Bleitrach

Les anciens SS transmettent leur engagement...

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).