L’état d’urgence contre la barbarie ?

, par  Armand Lecoq , popularité : 4%

Lors des guerres de religion, Catholiques et Protestants s’étripaient au nom de Dieu, pensant gagner leur paradis en envoyant idolâtres ou hérétiques ad patres... lors des guerres de Vendée, les prêtres avaient convaincu leurs fidèles qu’ils iraient directement au Paradis s’ils prouvaient leur foi en tuant les Bleus...

L’histoire ne se répète pas, mais je ne peux m’empêcher de penser à cela quand j’apprends que la barbarie, doublée d’un fanatisme inflexible, a encore frappé des innocents, dans la région de Rouen. On serait tenté d’applaudir des deux mains la décision de notre gouvernement d’aggraver encore l’état d’urgence... Oui,mais !!!
Il serait bon de réfléchir sur notre monde, ce monde de fous, qui s’emballe sous nos yeux. Ce désordre apparent semble gagner tout le pays. C’est en tout cas ce qu’on va s’employer à nous persuader, pour justifier les contrôles policiers, la mise en place de milices, les interdictions de toutes sortes, en particulier des manifestations . Tiens, tiens ! Cela tombe bien. Le mouvement anti loi Travail couve sous les cendres cet été, et déjà une manifestation unitaire est programmée au Havre le 20 août. Sera-t-elle interdite ? Pour de bonnes raisons, évidemment. Vous comprenez, mon bon monsieur, des regroupements de ce type sont incontrôlables, et les casseurs risquent de s’en donner à cœur joie. L’insécurité ambiante ne tolèrera pas ce genre d’action.

Il est indéniable que le terrorisme est une autre manière de gouverner. L’attaque des deux tours à New York, en 2001, a entraîné dans tout le pays l’instauration de mesures de limitation des libertés individuelles sans précédent, la police ayant autorité pour intervenir où elle veut, quand elle veut, sans aucun contrôle des institutions élues. La loi "patriote" qui a suivi ce monstrueux attentat permet aux autorités de surveiller le courrier, les appels téléphoniques de prétendus suspects, de fouiller leur domicile sans autorisation judiciaire, de les arrêter pour un temps indéfini, de les déporter, de les incarcérer dans des cellules d’isolement, et cela parfois sur simple dénonciation anonyme et sans qu’aucune plainte ne soit retenue contre eux. Les poses de mouchards, d’écoutes, de micros, la consultation de fichiers d’entreprises, d’universités sont permises.

Cela c’était après l’attentat contre les deux tours. Va-t-on arriver à cette situation, chez nous ? Ne vaudrait-il pas mieux que nos gouvernements s’attaquent enfin aux racines du mal ? Commençons par sortir de l’OTAN, réclamons sa dissolution, imposons la paix en Palestine, en Syrie, cessons de soutenir les gouvernements fantoches que "nous" avons installés en Afrique pour que nos grands industriels bénéficient des ressources de ces pays, réhabilitons l’ONU.

Le terrorisme, c’est une arme utilisée pour restreindre les libertés et permettre d’exploiter plus et mieux. Le terrorisme, c’est l’enfant d’un système inhumain qui n’a pour seul but que de rentabiliser au maximum le travail humain, producteur de richesses. Quand les institutions démocratiques deviennent des freins à l’exploitation, on a recours au terrorisme. C’est ce qui se réalise sous nos yeux !

Les Talibans ne sont pas le produit de la génération spontanée. Ils ont été formés, entraînés, nourris par les USA, et jetés dans la guerre contre l’Afghanistan démocratique. Par la suite, le chien a mordu la main de son maître, avec des objectifs religieux. L’attaque d’un pays souverain, la Yougoslavie, par l’OTAN et l’Allemagne, a exacerbé la misère, les rancœurs, le désespoir... et elle a permis de dégager des stocks d’armements libres d’accès pour ceux qui voulaient se servir. L’agression des USA contre l’Irak, le pays arabe laïc alors le plus développé en matière de santé, d’éducation, de structures de services publics, a vu l’apparition d’un fondamentalisme religieux jusqu’alors contenu par le régime. Même chose pour la Libye.

Ne cherchons pas où se nourrissent les paumés de tout poil, les terroristes issus de l’émigration, ne cherchons pas non plus qui est responsable de cette catastrophe humaine. Il est tout trouvé : le système capitaliste est dangereux pour tout le monde, nous l’avons déjà déclaré en maintes occasions .

Mais là, nous avons franchi une limite, nous avons changé de monde. Faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que ces attentats ne nourrissent pas, par la peur de l’autre, la montée du fascisme, en France et ailleurs.

Ne ménageons pas nos efforts pour imposer la paix partout dans le monde.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).