L’Europe aujourd’hui : quand l’Estonie revendique son caractère nazi par Karine Bechet-Golovko

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

L’Estonie, qui faisait partie de la Russie depuis le 18ème siècle, demande des compensations justement à la Russie, qui l’a libérée malgré elle d’une occupation par l’Allemagne nazie avec laquelle elle collaborait plus qu’activement et dont elle se souvient toujours aujourd’hui avec enthousiasme. A l’heure des pleurnicheries incessantes érigées au rang de politique institutionnelle, l’on ne peut qu’être surpris du silence consentant des pays de l’Union européenne face à une telle glorification du nazisme au sein même de l’Europe.

Une fois n’est pas coutume, l’Estonie demande à la Russie de lui verser une compensation pour l’avoir libérée de l’occupation allemande, l’occupant – du point de vue estonien – étant donc l’URSS. Récapitulons. L’Estonie entre dans l’Empire russe par le traité de 1721, sans discontinuer jusqu’à la chute de l’Empire où elle a une courte période d’indépendance de 1921 (pacte de reconnaissance mutuelle) jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En 1939, face à l’entrée en guerre de l’Allemagne nazie, l’Estonie et l’URSS signent un pacte d’assistance mutuelle et en 1940 l’Estonie revient vers la Russie et entre dans l’URSS.

C’est ici que la désignation de "l’occupant" se complique, si l’on veut garder le politiquement correct européen. Car si l’Estonie demande pas moins de 92 milliards de roubles suite à « l’occupation soviétique », même si le ministère estonien des affaires étrangères est contre, elle n’a rien à reprocher à l’occupation allemande, qu’elle considère manifestement comme une vague de libération civilisationnelle de l’Europe. Donc si l’on suit la logique du pouvoir estonien, en 40 l’URSS occupe l’Estonie, qui est libérée en 41 par l’Allemagne nazie et à nouveau occupée avec la chute regrettable des nazis.

Que reproche finalement l’Estonie à la Russie ? Elle lui reproche de l’avoir « occupée » en 1940 – devant l’avancée de l’armée nazie. Et en raison de cela, du fait que l’URSS ait combattu les nazis, plus de 24.000 estoniens sont morts et 139.000 ont dû partir. Donc si l’on comprend bien la logique, l’Estonie n’avait pas du tout envie de combattre les nazis, qu’elle attendait, mais l’URSS l’a empêchée de réaliser ce rêve européen. Ainsi les « répressions staliniennes » dont il est également question et sans que l’on sache si le chiffre de 49.000 comprend ou non les chiffres précédents (comme toujours lorsqu’il s’agit des « répressions staliniennes », le seul mot doit faire suffisamment peur pour que personne ne demande de précisions) ne peuvent être celles des années 30 contre les révolutionnaires, mais il s’agit du nettoyage d’après-guerre. Ces "répressions" qui ont eu lieu contre les collaborateurs dans les pays européens aussi, même si leur rapport à la victoire et leur comportement pendant la Seconde Guerre mondiale posent parfois question …

L’Estonie se souvient toujours avec chaleur de cette « glorieuse » époque où l’Allemagne n’était pas un occupant et chaque année des réunions SS ont lieu : le rassemblement en Estonie des ex-SS et des zélateurs du Troisième Reich est tous les ans rejoint par leurs compagnons de lutte de Lettonie et de Finlande pour célébrer l’anniversaire des combats pour Sinimae. En 1944, ce lieu était le théâtre de combats acharnés. Les nazis ont reculé en subissant des pertes énormes sous la poussée des troupes soviétiques, mais cette débâcle ne gêne pas du tout les anciens légionnaires estoniens qui rendent le devoir de mémoire aux bourreaux SS

Petit rappel de leurs faits d’armes

Dès l’occupation allemande, des légions SS estoniennes ont été constituées. Avec l’aide d’Abwehr (renseignement militaire allemand jusqu’en 1944) et des SD, au mois de novembre 1941, ils ont perpétré 5.033 raids, arrêté 41.135 personnes, fusillé sur place 7.357 personnes, dont 2.000 Juifs. Quand l’armée allemande à pris Tartu, ils ont liquidé les représentants du pouvoir soviétique, les prisonniers de guerre et des civils à hauteur de 12.000 personnes. Cette année-là, trois bataillons de 1.330 hommes chacun ont été intégrés dans l’armée allemande.

En 1942, leurs "forces de police" en Estonie, se montaient à 10.400 hommes. C’est alors que le 36ème bataillon policier estonien a participé au massacre des Juifs en Biélorussie, dans la ville de Novogrudok. D’autres servaient à garder les camps, notamment en Ukraine. Ils ont participé dans les opérations contre les populations civiles en Biélorussie et en Russie, ont liquidé des villages entiers comme Babino. Le bataillon spécial Ostaland participait en Ukraine et en Biélorussie au massacre des Juifs à hauteur de 12.000 personnes. En novembre 1942, ce bataillon, avec l’armée allemande, a mené des opérations contre les groupes résistants de partisans dans la région de la ville de Ovrutch, où ont été détruits plus de 50 villages et fusillés plus de 1.500 habitants. Dans l’un d’eux, 40 paysans ont été brûlés vifs. Ces "policiers" estoniens étaient également utilisés pour exterminer les juifs menés en convoi depuis les camps des pays d’Europe. Ainsi, le 5 septembre 1942, dans la petite localité estonienne de Kaasiku, un convoi de 1.000 juifs provenant du camp de concentration de Théresienstadt, mis en place par la Gestapo dans ce qui est aujourd’hui la République Tchèque, a été fusillé par les "policiers" estoniens. L’opération s’est renouvelée sous peu avec les juifs en provenance de Berlin.

En 1943, les estoniens ont été restructurés avec les Allemands pour mener de grandes opérations contre les groupes résistants de partisans soviétiques, dans le cadre des opérations "Henrich" et "Fritz". Dans le camp de concentration de Kooga en Estonie, qui était gardé par des estoniens (287ème bataillon de policiers estoniens) ont été transférés plusieurs milliers de juifs venant d’autres camps de Vilnius, de Transylvanie, etc. Ils furent tous fusillés par les estoniens juste avant leur libération par l’armée soviétique.

En 1944, ils prennent du galon et sur ordre direct d’Hitler est constituée la 20ème division SS estonienne, qui sera rejointe par différents corps. Elle sera constituée de plus de 15.000 hommes. Elle a pris part aux combats contre l’armée soviétique en 44 où elle subit de grosses défaites. Elle fut reconstituée ensuite avec d’autres divisions SS.

Le 13 janvier 1945, ils ont été envoyés se battre en Allemagne à Wittenberg contre l’armée soviétique, où ils furent encore battus, réfugiés en Tchécoslovaquie où ils restèrent jusqu’à la fin de la guerre. Ils furent faits prisonniers (environ 10.000 hommes) à proximité de Prague par les Soviétiques, mais une partie d’entre eux (environ 3.000 hommes) est allée vers l’Ouest se rendre aux Anglais et aux Américains.

D’une manière générale, durant toute la Seconde Guerre mondiale, environ 70.000 estoniens se sont battus aux côtés des nazis et ont tué environ 150.000 personnes.

Effectivement, ils supportent mal "l’occupation soviétique" et le nettoyage qui a eu lieu ensuite. Avoir été si proche de la grande culture européenne pour finalement retourner en Russie, comme ce fut le cas de toute leur histoire pendant des siècles… Heureusement, l’Union européenne est là aujourd’hui et il est enfin possible de réécrire l’histoire en toute tranquillité.

Publié par Karine Bechet-Golovko
Sur le site Russie Politics

Petit rappel sur les pays baltes…
Démonstration des travailleurs de Riga demandant à la Lettonie de rejoindre l’URSS, en 1940.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).