G.A. Zyuganov lors d’un rassemblement à Moscou : Vous ne pouvez pas rester assis à ce moment crucial !

, par  communistes , popularité : 1%

Le 10 mars, dans le cadre de l’action panrusse « Pour des élections propres et équitables ! », Un rassemblement a eu lieu à Moscou. Devant les manifestants, le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, chef des Forces patriotiques populaires de Russie G.A. Zyuganov. Nous publions le texte de son discours à la veille de l’élection présidentielle qui aura lieu le 18 mars (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Chers amis ! Mes amis !

Nous sommes aujourd’hui au début d’une élection unique. Nous avons une chance historique et une opportunité d’améliorer la situation dans une semaine où la vie des travailleurs deviendra meilleure, plus juste et plus digne.

Je tiens à souligner que ce n’est pas seulement une élection présidentielle. C’est le choix du destin de vos enfants et petits-enfants pour de nombreuses années à venir.

Moi, en tant que dirigeant du Parti communiste et dirigeant de l’Union patriotique populaire, j’ai le droit moral et politique d’adresser cette journée à tous les citoyens du pays. Je vous ai adressé la « Parole au peuple » à l’été 1991, appelant à la protection de l’unité de l’Union soviétique. Malheureusement, ils ne m’ont pas entendu, et quand ils ont entendu, le trio Belovezhskaya avait déjà mis le pays en pièces.

Je me suis adressé à vous depuis le balcon de la Maison des Soviets au 93, appelant ensemble à se lever et à bloquer le chemin pour ces vandales qui allaient tirer sur le pouvoir soviétique. Mais vous ne m’avez pas entendu non plus. En passant, alors j’ai entendu le groupe "Alpha", qui a refusé de se conformer à l’ordre de Eltsine. Celui-ci avait ordonné de tuer les députés du Conseil suprême. Mais le commandant de "Alpha" a dit aux soldats qu’ils n’étaient pas des exécuteurs, "nous sommes des serviteurs de l’Etat". Et ils ont tout fait pour arrêter le carnage.

Je me suis adressé à vous en l’an 96, lorsque l’état d’urgence a été déclaré à la Douma, et Eltsine était prête à procéder à des arrestations massives. Mais ensuite j’ai entendu les commandants supérieurs qui ont refusé d’exécuter cet ordre. Et Eltsine a été contraint de casser ses décrets sur l’introduction de l’état d’urgence.

Ensuite, je me suis tourné vers les électeurs. J’ai entendu des citoyens du Pacifique au DON. Cette région du sud était déjà couverte de guerre civile et des centaines de milliers de réfugiés ont été forcés de la quitter. Mais ceux qui vivaient dans les grandes villes et dans les régions de matières premières espéraient devenir millionnaires. Puis le pays s’est divisé en deux, mais nous avons réussi à le protéger de la guerre du Nord et du Sud. Les forces patriotiques du peuple et le Parti communiste ont appelé tout le monde à se rallier et à nommer les candidats les plus dignes lors des élections locales et des gouverneurs. Puis sont venus les gouverneurs et Starodubtsev, et Kondratenko, et toute une galaxie de personnes courageuses qui ont aidé le pays.

Je vous ai parlé en l’an 98 après la faillite, quand toutes les finances se sont effondrées. Alors Eltsine et sa petite famille, sentant le danger, ont convenu de former un gouvernement d’intérêts nationaux, dirigés par Primakov Maslyukov et Gerashchenko. Et ce gouvernement a sorti le pays du bord de l’abîme en une seule année.

En ce qui concerne la première partie du message de Poutine, j’y souscrirais aujourd’hui. Il a parlé d’un pays fort, de la lutte contre la corruption, d’une vie digne, du soin des anciens combattants, de l’éducation de classe, de la science super-géniale. Près de 20 ans se sont écoulés. Pendant 20 ans, les bolcheviks ont réuni la grande Union Soviétique et ont créé un Etat puissant. L’illettrisme a été surmonté, a été créé le meilleur dans l’industrie et la science du monde. Ils ont créé un système de protection sociale, alors les femmes, les enfants et les personnes âgées étaient une classe privilégiée. Le fascisme a été vaincu, on a posé les bases d’une percée dans l’espace et la parité nucléaire stratégique.

Et qu’a fait la Russie au cours des 20 dernières années de son histoire ? Au début des années 2000, nous avons baigné dans la pluie d’or et d’or, mais cet argent, M. Kudrin l’a envoyé aux banques américaines. Pour cet argent, ils ont étouffé la Yougoslavie, abattu l’Irak, détruit la Libye. Pour cet argent, les Américains réparaient leur économie, et chez nous, les personnes âgées vivaient une existence misérable. Ils n’ont même pas trouvé d’argent pour aider les "enfants de la guerre".

Au cours des dix dernières années, nous avons dégringolé d’une crise à l’autre. On vous a promis de doubler votre PIB. Mais les Chinois l’ont augmenté 12 fois au cours de ces années. Chez nous pour les 5 dernières années, le produit national brut est tombé de 8%.

On vous a promis 25 millions d’emplois de haute technologie. Mais trouvez ces endroits ! Les personnes ayant une éducation supérieure, la préparation en classe sont obligés de fuir vers le l’étranger. Un million et demi de meilleurs spécialistes ont fui et travaillé dans des entreprises étrangères.

On vous a promis que le pays ne s’éteindra pas, mais les régions russes disparaissent deux fois plus vite que le reste des régions. Si cela continue, dans les 10 prochaines années nous perdrons 10 millions de personnes de la population valide.

On vous a promis qu’ils feraient tout pour une belle école. Mais il domine la « femme de l’examen d’État unifié », et ils préparent son démantèlement , ils ne sont pas les constructeurs de l’avenir.

On vous a promis qu’il y aura la paix et la prospérité. Mais l’OTAN nous a imposés de tous les côtés, Bandera a couru à Kiev et les terroristes sévissent contre le Moyen-Orient.

Aujourd’hui, ils ont encore beaucoup promis. Si vous mettez tout cela ensemble, vous devez avoir un budget d’au moins 25 trillions, bien que ce ne soit plus que 15 trillions. Où est l’argent ? Ouvrez le dernier bulletin : les millionnaires de 38 mille dollars ont accumulé 66 trillions de la richesse. Ce sont quatre budgets de l’Etat. Dans l’immédiat on a volé au pays quatre ans de développement. Ils ne veulent pas payer d’impôts, pas garder l’argent dans leur pays, pas développer l’économie ou aider les enfants et les « enfants de guerre ».

Vous pouvez en promettre autant que vous le voulez. Mais nous avons besoin d’un nouveau cours et d’une nouvelle politique. Nous ne critiquons pas seulement. Nous avons proposé une politique unique. Nous avons uni les communistes, la gauche et les forces national-patriotiques. Nous avons nommé une personne de talent - Pavel Nikolayevich Grudinin - candidat à la présidence.

Dans le district de Leninsky, à la ferme d’état du nom de Lénine, il y avait 15 fermes. Toutes ont été divisées en actions, elles ont été bues, volées, détruites. Seule sa ferme a survécu, car Pavel Nikolayevich avec son équipe a investi massivement dans la terre, le capital principal de production. Et sur cette terre il a construit les meilleures fermes, les meilleures écoles du monde, les meilleurs jardins d’enfants. Il a donné le salaire le plus élevé du pays. La ferme d’Etat a subi cinq attaques et repoussé les bandits ; aujourd’hui il y a eu une sixième attaque politique, quand ils se sont jetés sur notre candidat.

Il offre à ses adversaires un débat complet, et ils lui offrent en retour - saleté, chamailleries et ordure. Il suggère : discutons de la façon de formuler un budget de développement, mais obtenons plutôt le budget de l’oligarchie. Il suggère : rencontrons-nous dans des collectifs de travail, et ses adversaires enfoncent les élections dans de sales tripatouillages.

Ce qui me frappe le plus, c’est quand ils disent qu’ils ont un système politique. Mais si vous avez un système politique, pourquoi ne pas aller aux élections avec Russie Unie ? Si c’est le cas, pourquoi avez-vous poussé ceux qui n’ont pas de partis, de mouvements, de structures ou d’argent à participer aux élections ? Pourquoi avez-vous engagé cette compagnie, qui déshonore le pays et le transforme en un autre groupe oligarchique criminel ?

Nous devons parfaitement comprendre que le pays, chaque citoyen d’aujourd’hui a une chance réelle de paix pour sortir d’une crise grave. Cette chance s’appelle un bulletin. Nous devons tous, sans exception, qui ne sommes même pas allés aux urnes depuis 15 ans, venir soutenir notre candidat. Vous avez deux choix. Si vous aimez ce qui se passe aujourd’hui, quand le parti au pouvoir est dirigé par l’oligarchie, avec les officiels, votez pour eux. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que 1,5% de la population du pays baigne dans l’or et le luxe. Les enfants là-bas, les cadenas, les avions, les coffres. Là leur intérêt ! Un autre 2% d’entre eux gardent, servent, jugent et condamnent, estimant qu’il est nécessaire de continuer cette politique. Alors que 80% de la population travaille du matin au soir, parfois sur deux emplois, ne pouvant subvenir aux besoins de leur famille. Et 15 millions de personnes sont chassées de la vie, parce qu’elles ne vivent que sur 10 mille roubles par mois, traînant une existence sauvage et terrible. Et c’est dans le pays le plus riche du monde !

Vous pouvez vraiment régler la situation. Soulevez tout le monde : la maison, les voisins, les proches ! Je m’adresse à nouveau à vous : vous ne pouvez pas vous asseoir à ce moment crucial ! Nous devons nous lever et aller voter. Il y a deux choix. Ou le cours actuel, ou le nouveau qui est le cours de la justice, la dignité, le cours du gouvernement patriotique du peuple. Nous avons eu une expérience unique avec vous. Quand tout s’est effondré, Primakov, Maslyukov, Gerashchenko et notre équipe ont réussi à faire face à la crise.

Nous pouvons gérer aujourd’hui. Et nous le ferons avec dignité, pacifiquement et démocratiquement. La liberté de propriété, la liberté de parole et la liberté de travailler honnêtement au profit d’une grande puissance seront garanties. Nous appelons ce socialisme renouvelé, et nous avons un vrai candidat. C’est un candidat qui a montré qu’il sait faire, qui a fait preuve de courage et de caractère. Pavel Nikolayevich a voyagé dans tout le pays. Toutes les salles lors des réunions avec les électeurs sont remplies à pleine capacité, et les citoyens le soutiennent activement. Je respecte ces leaders. Notre équipe a déjà préparé un véritable paquet de lois. Et Pavel Nikolaïevitch à la Douma d’Etat, et les 10.000 députés représentant le Parti communiste et les forces patriotiques, ont fait ces lois comme mandat d’action.

Nous remplirons nos obligations envers les citoyens. Nous les appelons à prendre dignement les prochaines élections, à venir soutenir notre candidat. Notre candidat va construire une société de socialisme renouvelé qui fera tout pour rallier les travailleurs pour le bien de la prospérité du pays, plutôt qu’une bande de goules-oligarques. Que les enfants et les personnes âgées soient heureux, et que les gens aient une vie décente.

Je suis sûr que les forces patriotiques vont gagner. Vive le socialisme renouvelé ! Longue vie à notre candidat - Grudinin Pavel Nikolaevich ! Hourra !

Voir en ligne : Sur le blog histoire et société de Danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).