Côte d’Ivoire : des centaines de morts ; pour qui, pour quoi ?

, par  Francis Arzalier , popularité : 1%

Les dramatiques évènements de la Côte d’Ivoire ont eu un curieux traitement médiatique en France ; télévisions et journaux « bien pensants » ont claironné dès le départ le discours va t’en guerre de Sarkozy et ses ministres, sur la nécessité d’installer au pouvoir les paladins du monde occidental, Ouattara, ex-directeur adjoint du FMI, Soro, ex-chef des insurgés du Nord toujours en armes, élus, on vous le jure, avec une majorité certaine, puisque les intéressés le disent. Depuis un mois, le matraquage médiatique en faveur d’Ouattara a été indécent en France. Plus curieux a été, durant tout le mois de décembre, le mutisme presque total des analystes « progressistes », « anti-impérialistes », appelons les comme on veut, qui, d’ordinaire, réagissent aux désastres africains avec célérité : pas d’analyses claires, ou peu, au PCF, dans l’Humanité, ou dans les multiples canaux internet qui foisonnent aujourd’hui. L’embarras était perceptible, on ne pouvait affirmer à Abidjan qui était le gentil agressé, qui le méchant agresseur, dans un conflit chaque jour plus hargneux : seul le perdant est évident, il se nomme le peuple ivoirien. Il a fallu attendre les communiqués de la plupart des partis progressistes de la région pour avoir enfin une dénonciation nette du jeu de l’occident et de ses alliés en Côte d’Ivoire.

Il faut donc rappeler quelques évidences occultées par les médias. Dans la compétition électorale enfin réalisée en Côte d’Ivoire, après 5 ans d’attente, le candidat de l’occident, d’autant plus fidèle aux prescriptions de l’impérialisme, du FMI, qu’il en fut un des dirigeants, était Ouattara, soutenu au surplus par Bedié, héritier de l’anticommuniste Houphouet Boigny, et par les sécessionnistes en armes du nord du pays, les « Forces Nouvelles », groupes armés toujours présent dans la région. Au second tour de l’élection, tout électeur anti-impérialiste ivoirien ne pouvait que voter pour le concurrent d’Ouattara, même sans illusions.

Laurent Gbagbo, président sortant, a un passé de militant progressiste, des liens avec certains socialistes « de gauche » comme Emmanuelli. Il a indéniablement tenté au début de son mandat quelques réformes socialistes progressistes (couverture médicale), mesures avortées du fait de l’effondrement économique du pays. Ses mauvaises relations avec la France officielle (dès Chirac et Villepin), et même le déclenchement de l’insurrection des « Forces Nouvelles » au Nord ont débuté quand il a ouvert par appel d’offres les grands travaux du port d’Abidjan aux concurrents extérieurs (Chinois), alors qu’ils étaient jusque là un marché réservé aux entreprises françaises (Bouygues, etc). Ceci étant, le nationalisme borné de Gbagbo et son entourage mâtiné d’évangélisme à l’américaine, a très largement dérivé vers le verbiage démagogique, voire xénophobe, et la volonté de se maintenir à tout prix au pouvoir, quelles que soient les conséquences pour la population.

L’élection ivoirienne de fin 2010 montre les mensonges du discours occidental qui confond le pluripartisme et la démocratie, en Afrique et ailleurs. Qu’a de démocratique un scrutin où l’on n’a le choix qu’entre deux candidats néfastes politiquement ? Quelle démocratie existe-t-il quand la majorité des électeurs sont si misérables qu’il suffit d’un tee-shirt ou d’un bol de riz pour acheter un vote ? Est-ce un choix démocratique quand l’absence d’enjeux clairs sur les programmes aboutit à des votes suivant l’ethnie ou la religion (Nord musulman contre Baoulés animistes ou chrétiens) ? Les pressions, y compris physiques, n’ont pas manqué à Abidjan où les partisans de Gbagbo sont majoritaires ; mais, contrairement à ce que dit la télé française, les résultats proclamés sont-ils si purs dans le Nord contrôlé par les militants en armes des Forces Nouvelles ?

On peut accorder un crédit limité aux affirmations contraires des protagonistes. Mais il est en tout cas certain que le peuple ivoirien a tout à perdre à une guerre civile, ou à une partition du pays, que certains en Occident souhaitent, comme ils le souhaitent au Soudan (indépendance programmée du Sud), voire au Congo, pour faciliter leurs affaires. Le problème ne peut être résolu que par les Ivoiriens, par la négociation entre protagonistes, éventuellement par l’arbitrage de l’Union Africaine, et pas de quelques chefs d’état pro-occidentaux de la sous-région (Wade, Boni et le CEDEAO). Mais toute intervention étrangère armée au profit d’un protagoniste ne peut que déboucher sur un sursaut nationaliste et un bain de sang. C’est à cela que risque d’aboutir les proclamations irresponsables de Sarkozy, alors que la France et ses soldats - ex-puissance coloniale qui fit déjà tirer sur les manifestants ivoiriens à Abidjan sous Chirac -, est totalement disqualifiée pour intervenir dans un conflit interne. Un des soutiens de Gbagbo, parfois moins bien inspiré, n’avait pas tort de rappeler que le Président ivoirien n’était pas un sous-préfet français aux ordres de l’Élysée.

Francis Arzalier

Voir en ligne : suivre sur le site du collectif polex

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).