Continuez à frapper, allez-y ! Forum international des partis marxistes, organisé par le Comité central du Parti communiste chinois

, popularité : 6%

Le 28 juillet s’est tenu le Forum international des partis marxistes, organisé par le Comité central du Parti communiste chinois et réunissant plus de trois cents représentants de plus d’une centaine de partis et organisations politiques de soixante-dix pays. Ils se sont rencontrés par vidéoconférence pour discuter des enjeux de l’adaptation du marxisme aux réalités nationales modernes et de son évolution au XXIe siècle.

Le journal La Pravda revient sur cet évènement mondial.

Traduction Nico Maury

Dans un premier temps, ils ont tous été chaleureusement accueillis par le secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, le président Xi Jinping.

Dans sa lettre de félicitations, le dirigeant chinois a déclaré que le PCC est prêt à travailler avec les partis politiques marxistes du monde entier pour promouvoir la cause du progrès et construire une communauté avec un destin commun pour l’humanité.

La science marxiste est un puissant outil de pensée pour comprendre et transformer le monde, a souligné Xi Jinping. Elle révèle les lois du développement de la société, montre la voie de la libération de l’humanité et favorise le progrès de toute civilisation.

Rappelant que cette année marque le centenaire du PCC, il a souligné que le marxisme a été l’idéologie directrice du Parti communiste chinois depuis sa fondation. Depuis lors, le Parti communiste chinois a promu le développement du marxisme conformément à la situation réelle, au temps, aux traditions culturelles et aux processus sociaux en RPC.

Le marxisme dans la Chine du XXIe siècle dégage une nouvelle énergie et vitalité, le socialisme à la chinoise entre dans une nouvelle ère et la nation chinoise entame un nouveau voyage vers sa grande renaissance, a souligné Xi Jinping.

S’adressant aux participants du forum, il a souligné les défis communs à toute l’humanité et a appelé les partis politiques marxistes du monde entier à renforcer le dialogue et l’interaction, a exprimé l’espoir que tous seraient en mesure d’unir leurs efforts, leur sagesse, d’allumer l’étincelle de la pensée et diriger le tout pour atteindre de nouveaux sommets dans le développement du marxisme au 21e siècle.

Développer et appliquer de manière créative

Le Hoai Trung, chef du Département des relations extérieures du Comité central du Parti communiste du Vietnam, a pris la parole et a lu une salutation envoyée à ses participants par le secrétaire général du Comité central du Parti communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong .

Dans son message, il a salué l’organisation de ce forum par le Parti communiste chinois. « Nous pensons », s’est adressé le dirigeant vietnamien aux participants, « que c’est une autre bonne occasion pour nous de rappeler avec gratitude les grands penseurs, révolutionnaires et dirigeants éminents du mouvement communiste et ouvrier international : Karl Marx, Friedrich Engels, Vladimir Ilitch Lénine. C’est aussi une occasion de confirmer la grande contribution et les valeurs durables du marxisme-léninisme, une occasion de partager l’expérience de son application dans la situation pratique de chaque parti et de chaque pays.

Nguyen Phu Trong a félicité le Parti communiste chinois et le peuple chinois pour leurs grandes réalisations dans la construction du socialisme à travers l’application créative du marxisme-léninisme et la formation d’un système théorique du socialisme aux caractéristiques chinoises.

Le secrétaire général du Comité central du Parti communiste du Vietnam a déclaré qu’au Vietnam, les idées de Ho Chi Minh sont également nées de l’application créative et du développement du marxisme-léninisme, des leçons apprises de la politique communiste et ouvrière mouvements, fruit de l’héritage et du développement des belles valeurs traditionnelles de la nation, absorbant la quintuple essence culturelle de l’humanité.

Au cours des 90 dernières années, a poursuivi le chef des communistes vietnamiens, le marxisme-léninisme et les idées de Ho Chi Minh ont toujours été la base idéologique et le guide des actions du Parti communiste du Vietnam, qui, comprenant attentivement les questions importantes, a dirigé le peuple à une grande victoire historique dans la cause de la libération nationale et du renouveau, en construisant un pays prospère au profit du peuple.

Nguyen Van Thanh, vice-président du Conseil théorique central du Comité central du Parti communiste du Vietnam, a également pris la parole au nom de la République socialiste du Vietnam lors du Forum international, soulignant dans son discours l’importance historique et historique du marxisme. -Léninisme. Il s’est attardé en détail sur le processus d’application et de développement créatif de cette doctrine dans les conditions de la réalité de la révolution vietnamienne, abordant d’importantes questions théoriques et pratiques de la construction du socialisme au Vietnam.

Vers l’unité dans la diversité

Miguel Diaz-Canel, premier secrétaire du Comité central du PCC et président de la République de Cuba, a qualifié d’urgente la tâche d’unir les partis communistes du monde.

Dans son message au Forum international des partis marxistes, le dirigeant cubain a remercié pour l’opportunité d’échanger les réalisations théoriques et l’expérience pratique de ces organisations. Il a rappelé qu’au moment de son émergence, le marxisme fournissait la base scientifique de la lutte de classe du prolétariat mondial.

Diaz-Canel a également évoqué les erreurs autrefois commises au nom de la tradition marxiste. En même temps, il estime que le marxisme à Cuba a fusionné avec les meilleurs éléments de la tradition révolutionnaire nationale, parmi les représentants les plus brillants dont José Martí et Fidel Castro Ruz. Aujourd’hui, Cuba, a-t-il dit, travaille à la construction d’un socialisme prospère, durable et démocratique dans le cadre du processus de mise à jour de son modèle de développement.

’Nous croyons fermement que le socialisme est la seule voie de développement basée sur la justice sociale qui peut vaincre de manière créative le capitalisme avec son irrationalité instable et les valeurs qui le guident’, a ajouté le dirigeant cubain. Il a rappelé les leçons positives et négatives d’autres pays qui ont déjà emprunté cette voie, et ce que cela signifie d’être proche d’un adversaire aussi puissant que le gouvernement des États-Unis et d’être constamment soumis à sa persécution.

Diaz-Canel a condamné l’agressivité croissante des autorités américaines contre Cuba, leur utilisation d’outils de guerre non conventionnels tels que la désinformation, les mensonges, les doubles standards et l’hypocrisie.

« La réalité du monde d’aujourd’hui confirme, a déclaré le président, qu’il devient de plus en plus nécessaire et urgent que les partis marxistes s’unissent pour résoudre les grandes tâches qui les attendent. Seule l’unité dans la diversité assurera notre victoire !

Ensuite, le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie G.A. Zyuganov (le texte du discours a été publié dans la Pravda au n° 82).

Passez la flamme de la victoire !

Le chef du Département des relations internationales du Parti communiste chinois, le camarade Liu Jianchao, présentant le rapport principal au forum, a noté que le marxisme, étant une grande créativité dans l’histoire de l’humanité, a largement fait progresser toute la civilisation. Il est toujours, contenant un système influent de pensées, d’une importance globale pour le développement du monde. De plus en plus de gens, en particulier la jeune génération, se tournent vers le marxisme, y croient et soutiennent ses idées. Toutes ces personnes sont devenues une force puissante qui ne peut être ignorée, estime le camarade Liu Jianchao.

Malgré le fait qu’à un moment donné le socialisme ait rencontré de sérieuses difficultés, les partis politiques marxistes ont réussi à résister à cette épreuve. Partant des conditions nationales, ils gardent le doigt sur le pouls de l’époque, enrichissant et développant le marxisme, remportant des succès encourageants et prouvant ainsi une fois de plus l’entière justesse de cette doctrine, a souligné l’orateur. Le marxisme, dit-il, est plein de vigueur, et le socialisme a une perspective prometteuse.

L’histoire du développement du socialisme dans le monde nous fait comprendre, dit le camarade Liu Jianchao, que seule une combinaison étroite des principes de base du marxisme avec les conditions nationales et les caractéristiques de l’époque, ainsi qu’avec les innovations théoriques et pratiques, le rend possible de trouver le chemin du succès. L’histoire du Parti communiste chinois, a-t-il dit, est le mouvement continu du marxisme et son adaptation aux conditions de l’époque.

’Depuis le 18e Congrès du PCC’, a poursuivi l’orateur, ’les communistes chinois, dirigés par le camarade Xi Jinping, sur la base de ses idées d’un socialisme aux caractéristiques chinoises dans une nouvelle ère, ont construit avec succès cette nouvelle ère, qui est devenue l’incarnation du marxisme de la Chine moderne, du marxisme du XXIe siècle, et aussi de la quintessence de la culture et de l’esprit de notre peuple. Et ils marquent un nouveau bond dans la sinisation du marxisme, apportent une contribution importante à la promotion du socialisme dans le monde et au progrès de l’humanité. Les idées de socialisme à la chinoise avancées par Xi Jinping enrichissent le contenu du socialisme scientifique.

Ces idées du dirigeant communiste chinois élargissent la nouvelle pratique du marxisme, où le peuple est au centre, où les aspirations du peuple à une vie meilleure coïncident avec les tâches et les objectifs du Parti communiste. À cet égard, l’orateur a déclaré qu’en une décennie, la Chine avait sorti plus de cent millions de villageois de la pauvreté, mis en place le plus grand système d’éducation, de protection sociale et de santé au monde et fait passer la population à revenu intermédiaire d’un quart à un tiers de la population totale de la Chine.

« Nous, communistes », a déclaré Liu Jianchao, « nous tenons entre nos mains le destin du développement progressif de la Chine.

Il a également souligné que les idées de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises dans une nouvelle ère, basées sur les principes du marxisme, représentent également une nouvelle façon de résoudre les problèmes mondiaux de l’humanité. À cet égard, l’orateur a rappelé l’initiative commerciale et économique internationale de la Chine ’One Belt, One Road’, visant à aider d’autres pays à lutter contre la pandémie, lorsque la Chine a fait don de 2,2 milliards de doses de vaccin contre le coronavirus à 153 pays, a parlé des initiatives de la Chine pour protéger le monde écologie. L’orateur a également relevé la volonté du PCC de développer les relations interpartis sur la scène internationale.

« Vivant dans ce monde complexe, nous sommes bien conscients », a conclu l’orateur, « que la concurrence entre le capitalisme et le socialisme en tant que deux systèmes, deux types d’idéologies a déjà eu lieu. Et cela conduira sans aucun doute à de sérieux changements en faveur du socialisme, où les partis marxistes agissent comme la principale force luttant pour le progrès humain. Ils ont un avenir prometteur. Nous devons tous travailler main dans la main pour favoriser l’adaptation du marxisme aux conditions et aux temps nationaux afin que la flamme de notre vérité se transmette de génération en génération !

Que cherche l’impérialisme ?

Jeronimo de Souza, secrétaire général du Parti communiste du Portugal, notant le succès des communistes chinois dans la construction du socialisme et le renforcement de la paix et de la coopération sur la planète, leur attachement aux idées du marxisme-léninisme, a également attiré l’attention sur le fait que désormais les forces progressistes de la planète sont sous la menace d’une agression impérialiste, où le ton est donné par les États-Unis, les pays de l’OTAN et de l’UE, et leurs alliés du Pacifique. Le chef des communistes portugais estime que leurs principaux objectifs sont la Russie et la Chine.

’Notre parti condamne fermement les provocations de l’impérialisme et soutient le PCC et le peuple chinois dans cette confrontation, saluant leur aspiration à continuer sur la voie socialiste’, a déclaré de Souza.

Se référant à l’expérience centenaire du Parti communiste portugais, il a souligné que les révolutions n’ont pas de modèle unique et que chaque pays doit, selon ses propres réalités, ouvrir la voie au socialisme.

En avril 1974, une révolution démocratique a eu lieu au Portugal. Et ce fut une révolution unique. A cette époque, notre Parti a mis en avant, au lieu d’une version unitaire, la démocratie avancée, qui est une composante importante de l’édification du socialisme dans notre pays. Nous sommes un parti internationaliste et patriotique, et en étudiant l’expérience des autres partis communistes, nous nous efforçons de contribuer à la coopération et à la solidarité. J’espère que le forum d’aujourd’hui servira également cela.

Le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste du Bélarus, Alexei Sokol, prenant la parole, a exprimé sa gratitude au camarade Xi Jinping pour le grand soutien que le PCC apporte à son pays dans la mise en œuvre de nombreux projets et dans le renforcement des liens amicaux entre les partis et peuples.

Le forum actuel est très important pour le monde entier, estime A. Sokol. Il se déroule dans le contexte d’une situation très difficile sur la planète, alors que l’Occident collectif fait tout pour détruire le système de relations internationales qui s’est développé au fil des décennies. Les élites politiques occidentales voient la plupart des pays et des peuples dans le rôle misérable de leur appendice de matières premières et de fournisseur de matériaux, de main-d’œuvre et de ressources intellectuelles bon marché.

« Au cours de ces bouleversements à grande échelle, les partis politiques du monde, luttant pour les intérêts des travailleurs, doivent tout mettre en œuvre non seulement pour maintenir la stabilité sur la planète, mais aussi pour trouver un terrain d’entente, des moyens de parvenir à un consensus pour le souci d’un avenir digne pour l’humanité », A. Sokol est convaincu. A cet égard, pour les partis communistes et ouvriers, la question de l’adaptation du marxisme aux conditions nationales et au temps présent est extrêmement pertinente.

Et ici, selon le chef des communistes biélorusses, le Parti communiste chinois est à l’avant-garde de tout le mouvement de gauche, étant un phare dans le développement de la théorie marxiste de la construction d’une société de justice sociale.

« Grâce à l’application pratique de la théorie du marxisme », a-t-il dit, « ainsi qu’au cours bien pensé du Parti communiste chinois, un large éventail de mesures a été mis en œuvre pour améliorer la vie de la population. Votre pays a obtenu d’excellents résultats dans la lutte contre la pauvreté. Le secteur de l’éducation se développe de façon dynamique. Le travail dans les zones rurales s’est particulièrement intensifié. Un travail énorme est en cours dans le domaine de l’emploi. Le taux de croissance des revenus de la population urbaine et rurale de la Chine a dépassé le taux de croissance de l’économie. Un système de sécurité sociale couvrant la ville et la campagne a été créé. Le niveau de soins médicaux pour la population a considérablement augmenté. Ces succès du peuple chinois sont un exemple pour le monde entier. Je suis sûr que grâce à l’expérience du PCC, au succès du modèle de développement chinois basé sur l’idée de justice sociale et d’aller de l’avant,

- L’expérience du Parti communiste chinois, l’expérience de son édification de l’État et de la modernisation de l’économie chinoise est extrêmement importante pour la République de Biélorussie aujourd’hui, - estime A. Sokol. – En outre, l’expérience de la République populaire de Chine nous dit que les idées de construction d’un État-providence ne sont pas dépassées, qu’elles peuvent mobiliser et fédérer la population autour de la force qui montre la voie pour atteindre cet objectif.

Toujours d’actualité

Transmettant ses chaleureuses salutations révolutionnaires à tous les participants au forum, le membre du Politburo du Comité central du Parti communiste indien, MA Bary, considérant les perspectives d’adaptation du marxisme-léninisme aux conditions nationales et à l’époque actuelle, a particulièrement souligné :

Le marxisme-léninisme, vous le savez, n’est pas un dogme. Il ne peut être copié mécaniquement et suivi aveuglément. Cette théorie doit être soigneusement étudiée et appliquée de manière créative précisément à des conditions spécifiques.

Les victoires de toutes les révolutions socialistes réussies dans le monde, y compris la Grande Révolution d’Octobre dirigée par Lénine et les Chinois dirigés par Mao Zedong, prouvent la justesse de ce point de vue. Il n’y a pas de normes et pas d’expérience universelle unique dans les révolutions. La lutte pour transformer la société dépend des réalités de nos pays. Le caractère de l’État, le caractère des classes exploitées, leur unité et leur préparation révolutionnaire jouent un rôle important dans la détermination des étapes, des tactiques et de la stratégie de la révolution. Et le marxisme nous donne les outils pour une telle analyse, et nous guide également dans la construction de la structure organisationnelle nécessaire. La réalité socio-économique a conduit notre parti communiste à la conclusion que l’Inde se trouve au stade d’une révolution démocratique populaire en tant que signe avant-coureur d’une révolution socialiste. A ce stade, le programme de notre parti nous ordonne d’utiliser toutes les formes d’activité pour faire avancer les intérêts de la classe ouvrière et de la paysannerie. Par conséquent, notre parti a été choisi pour diriger les gouvernements provinciaux afin d’aider les gens ordinaires. Nos camarades ont pu faire face efficacement à la propagation de la pandémie de coronavirus et ainsi sauver beaucoup de la mort. Nous essayons d’élargir, malgré d’innombrables restrictions, les opportunités économiques des Indiens afin d’améliorer leurs conditions de vie. Nos camarades sur le terrain élaborent et tentent de mettre en œuvre une politique alternative d’exploitation avec la participation des populations. Tout cela est réalisé grâce au fait que les communistes de l’Inde restent fidèles aux principales dispositions du marxisme-léninisme, les vérifiant avec la réalité. La crise économique mondiale actuelle, le glissement vers la répression, combiné à l’incapacité des États capitalistes à protéger la vie des gens, tout cela confirme la faillite du capitalisme. Alors que la Chine, le Vietnam, Cuba, le Laos, la Corée du Nord et d’autres pays qui suivent la voie du socialisme démontrent clairement que les gens, que la vie des gens est avant tout.

Cela prouve une fois de plus la supériorité du socialisme. Aujourd’hui, l’impérialisme et ses classes dirigeantes sont préoccupés par la protestation populaire croissante et la promotion des idéaux socialistes auprès des masses. Comme indiqué lors du récent XXIIIe Congrès du Parti communiste indien, les États-Unis sont très alarmés par l’influence mondiale croissante de la Chine, dont la politique socialiste, qui a conduit à la grande croissance économique de la RPC, sa politique d’ouverture, considèrent-ils une menace pour leur hégémonie mondiale. Les États-Unis, après avoir mobilisé leurs alliés de l’OTAN, ont lancé une série de mesures pour contenir et isoler la Chine en tant que rival stratégique. Ils tentent de limiter l’influence des idées socialistes par des mesures autoritaires en s’immisçant dans les affaires intérieures d’autres pays, en y encourageant les forces d’extrême droite.

Dans ces conditions, il nous faut tous, plus que jamais, rester fidèles aux principes du marxisme-léninisme. Nous attendons avec impatience le prochain 20e Congrès du PCC en octobre et lui souhaitons beaucoup de succès !

Continuez à frapper, allez-y

’Le forum d’aujourd’hui est une bonne occasion d’échanger des points de vue sur la théorie et la pratique du marxisme, ce qui renforcera sans aucun doute notre confiance mutuelle et notre coopération’, a déclaré José Roya, membre du comité exécutif national du Parti travailliste mexicain.

Il a parlé du premier président du Mexique, Benito Pablo Juarez Garcia (au XIXe siècle), qui s’est battu contre l’oligarchie et les envahisseurs étrangers et les a vaincus avec le soutien du peuple mexicain. Et un demi-siècle plus tard, en 1922, le premier gouvernement socialiste d’Amérique latine a été formé dans l’État mexicain du Yucatan, dirigé par Felipe Carrillo Puerto, qui a transféré la plupart des terres à la population indigène locale. Il a dit que dans un pays agraire, terre et liberté sont toujours synonymes. D’où notre slogan révolutionnaire ’Terre et Liberté !’. Carrillo Puerto pensait que la position des Indiens - ces citoyens épris de liberté, autosuffisants et sûrs d’eux - montrait que les sacrifices au nom de la révolution avaient un sens. Et en janvier 1924, pour avoir défendu les intérêts du peuple maya, il fut tué.

Ces exemples historiques confirment la nature du sentiment révolutionnaire au Mexique. Pourtant, à cette époque, il n’était pas question d’adapter le marxisme, de son « idéalisation ». Selon l’orateur, il faut d’abord procéder à une analyse méthodologique, après quoi dans les pays d’Amérique latine, où la population indigène, les Indiens, vit dans les villes et les villages, il sera possible de développer la théorie et la pratique révolutionnaires de le soi-disant socialisme indien.

Tout cela est pertinent pour les pays ayant de grandes populations indigènes comme la Bolivie, le Guatemala, le Pérou, le Mexique, le Chili et le Nicaragua. En même temps, en mettant le marxisme au service, il faut tenir compte des réalités de chacun d’eux.

Par exemple, au Pérou, des tentatives par le marxisme d’analyser les problèmes de ce pays ont déjà été faites en leur temps. Au cours des dernières décennies, des processus réussis d’’indigénisation’ du marxisme ont également commencé en Bolivie, où Evo Morales était alors président.

- Nous pensons que pendant la Grande Révolution Socialiste d’Octobre, Lénine, à la fois en théorie et en pratique, a adapté avec succès le marxisme aux conditions russes d’alors. Tenant compte des réalités locales, Mao Zedong a également mené à bien la révolution chinoise », a déclaré Jose Roya.

Il est convaincu qu’aujourd’hui, alors que le marxisme ne s’est pas encore remis de ce coup après l’effondrement de l’URSS, davantage d’efforts doivent être faits pour le restaurer et le développer comme guide principal de l’action au XXIe siècle.

Ensuite, des représentants des partis communistes du Laos, d’Afrique du Sud, des États-Unis, du Chili, d’Argentine, du Brésil, de la République tchèque et de Moravie, du Kenya, du Kirghizistan, de l’Uruguay et de nombreux autres pays ont pris la parole lors du forum.

Tous les participants du Forum ont noté l’importance de l’échange de vues, les perspectives et la nécessité de poursuivre le dialogue entre les parties, en approfondissant davantage leurs diverses coopérations.

La Pravda

Voir en ligne : sur le site de Nicolas Maury

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).