Plus de 10 mille habitants de Crimée se sont rassemblés au meeting de soutien à Viktor Ianoukovitch

Alors que la presse française a les yeux rivés sur la place du Maïdan à Kiev, faisant croire aux français qu’une "révolution populaire" est en cours en Ukraine, soulevée pour adhérer à l’Union européenne, la Crimée se rassemble pour défendre le rapprochement avec la Russie. Cette manifestation a été complètement passée sous silence par cette même presse.

Les habitants de la Crimée soutiennent la position du Président de l’Ukraine Viktor Ianoukovitch et demandent de remettre de l’ordre dans le pays. C’est ce qu’a déclaré le Président du Soviet Suprême de la République Autonome de Crimée, Vladimir Konstantinov (parti des régions) lors du meeting de Simferopol, le 2 décembre.

Lors de ce meeting, plus de 10 mille personnes se sont réunies en soutien au Chef de l’État.

"La plupart des habitants de Crimée ont voté pour Viktor Ianoukovitch aux élections présidentielles, et nous croyons que le Chef de l’État aura le courage et la volonté de mettre de l’ordre dans le pays. S’il faut décréter pour cela l’état d’urgence, il faut alors le décréter. Il faut protéger nos enfants", a déclaré le chef du parlement de Crimée.

Vladimir Konstantinov a appelé les "têtes brûlées" de Kiev à s’arrêter. "Le Président en fonction a été élu par la voie légale. En 2015, il y aura des nouvelles élections, vous pourrez faire votre choix. Mais ils ne veulent pas attendre, parce qu’ils savent que le résultat sera négatif pour eux. C’est pourquoi une tentative de coup d’État a été entreprise", a-t-il continué.

Vladimir Konstantinov est persuadé que les habitants de Crimée peuvent tenir tête aux politicailleurs : "Toute la TV s’est concentrée sur une chose : montrer à l’opinion seulement un camp, c’est l’opinion antirusse, néo-nazie. Ces gens ont chanté en boucle l’hymne sacré pour nous de l’Ukraine. La Crimée pour eux n’existe pas. Ils trouvent que les gens, qui vont au travail, qui ne brillent pas à la télé, que ceux-ci n’ont pas d’opinions. Par ce meeting nous devons prouver que ce n’est pas le cas. Nous devons prouver que les habitants de Crimée peuvent résister à la pression des nazis et des russophobes".

Vladimir Konstantinov a rappelé qu’aujourd’hui le parlement de Crimée a adopté un appel au Président de l’Ukraine, dans lequel sont condamnées les actions illégales à Kiev, la tentative d’usurpation du pouvoir : "Protégez nos enfants, qui ne peuvent pas aller étudier normalement. La Crimée est pour la stabilité. Nous ne donnerons pas aux néonazis l’occasion de prendre leur revanche".

Lu sur Le monde russe

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).