La Françafric capture Gbagbo président reconnu par le Conseil Constitutionnel Ivoirien et le livre à Ouattara président reconnu par l’ONU et l’ex-colonisateur !

sur le site de Alger Républicain

" Le président Gbagbo a été arrêté par les forces spéciales françaises et remis à des chefs de la rébellion ", voilà l’information que l’on peut lire sur les téléscripteurs de l’agence Reuters qui prend TOTALEMENT ainsi à contre-pied la désinformation en boucle sur les chaînes de télés Françafricaines.

Capture du président reconnu par le Conseil Constitutionnel d’un État souverain et livraison de l’otage au président reconnu par la dite « communauté internationale » (France, UE, USA) et le Secrétaire Général de l’ONU.

Ceci rappelle les siècles de capture des futurs esclaves par les négriers de la traite des noirs suite au génocide des indiens d’Amérique.

Cela rappelle les prises d’otages et le monnayage pour mettre la Côte d’Ivoire en coupe réglée par les Bolloré, les Bouygues, les Totalfina, et autres firmes transnationales du CAC40.

Combien d’Ivoiriens ont été sacrifiés sur l’autel de cette Françafric qui, encore une fois, impose la loi barbare de la raison du plus fort.

Le problème en Côte d’Ivoire et en Afrique, c’est la Françafric, l’Eurafric et l’Usafric qui font et défont les présidents.

La capture et la prise en otage du président reconnu par le conseil constitutionnel Ivoirien est la preuve que 50 ans après la proclamation des indépendances, la Françafric est la nouvelle forme prise par la colonisation.

Le défilé des « tirailleurs » sur les Champs Elysées le 14 juillet 2010 était l’avant-goût de la macabre démonstration de continuation de la politique de la canonnière inaugurée au 19éme siècle pour se tailler un empire colonial au nom de la « mission civilisatrice ».

Le Collectif Afrique condamne avec la dernière énergie le rapt du président reconnu par le Conseil Constitutionnel Ivoirien et :
- exige la libération immédiate de Laurent Gbagbo, sa famille et ses proches ;
- dénonce par avance tous prétendus procès pour « crimes » ;
- demande le départ des troupes Françaises de Côte d’Ivoire et d’Afrique ;
- réclame la démission de l’actuel Secrétaire Général de l’ONU ;
- considère comme incontournable l’organisation de nouvelle élection en Côte d’Ivoire sans Ouattara, sans Bédié et sans Gbagbo pour préserver l’unité nationale, l’indépendance et la démocratie dans cette terre Africaine de Côte d’Ivoire.

Fait le 11/04/11

.

MANIFESTATION LE DIMANCHE 17 AVRIL

A 11H AU METRO WAZEMMES

Collectif Afrique (CA)

Voir en ligne : sur le site du journal Alger Républicain

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).