Non à la dépénalisation de l’euthanasie au Portugal

, popularité : 3%

Le 12 mai, l’assemblée nationale portugaise a voté la dépénalisation de l’euthanasie. Le PCP (Parti Communiste du Portugal) s’est opposé strictement à ce projet de loi. Nous reproduisons ici le discours de la député communiste Alma Rievera lors du vote à l’assemblée.

L’opposition du PCP à la légalisation de l’euthanasie est bien connue et s’est exprimée dans les débats des deux dernières législatures. Le PCP maintiendra son vote.

Nous réaffirmons que la décision du PCP de voter contre la légalisation de l’euthanasie n’a pas été prise à la légère et est le fruit d’une profonde réflexion sur une question qui, de par sa complexité, les inquiétudes qu’elle soulève et l’importance des valeurs en jeu, ne peut être traité ou discuté à partir de positions de supériorité morale et d’arrogance intellectuelle.

Nous réaffirmons que nous avons toujours refusé d’affronter le débat sur l’euthanasie comme une guerre des religions contre l’athéisme, gauche contre droite ou avec un quelconque manichéisme.

S’agissant d’une option législative et non d’un jugement sur les consciences individuelles, ce qui est décidé est une option de l’Etat et non des individus. Elle se décide non sur l’option individuelle de chacun quant à la fin de sa vie, mais sur l’attitude à adopter par l’Etat par rapport à la phase terminale de la vie des citoyens.

L’autonomie individuelle est quelque chose qui doit être respecté, mais une société organisée n’est pas une simple somme d’autonomies individuelles.

Le législateur ne peut assumer une option législative sur la vie et la mort des personnes sans tenir compte des circonstances et des conséquences sociales de cette option, de la société dans laquelle se produiront les effets des décisions.

Dans un contexte où la valeur de la vie humaine est souvent relativisée selon des critères d’utilité sociale, d’intérêts économiques, de charges et charges familiales ou de dépenses publiques, la légalisation de l’euthanasie ajoute des risques que nous ne pouvons ignorer.

Nous réaffirmons qu’il ne s’agit pas d’un débat entre ceux qui valorisent la dignité de la vie humaine et ceux qui la dévalorisent. La dignité de chacun dans les circonstances de sa propre mort est quelque chose que personne n’est en mesure de juger.

La dignité individuelle de chacun n’est pas abordée ici : la question de savoir si un État qui dénie à de nombreux citoyens les moyens de vivre dignement, de recevoir des traitements et des soins, doit leur garantir les moyens légaux d’anticiper la mort.

Nous insistons sur le fait que l’État portugais ne peut continuer à priver la plupart de ses citoyens des soins de santé dont ils ont besoin, en particulier en période de plus grande souffrance. La création d’un réseau de soins palliatifs à caractère universel doit être une priorité absolue.

Le Portugal ne peut pas créer d’instruments juridiques pour aider les gens à mourir s’il ne garantit pas les conditions matérielles pour les aider à vivre.

A travers les bonnes pratiques médicales, le refus du recours à l’obstination thérapeutique, qui respectent l’autonomie de la volonté individuelle exprimée à travers les manifestations de volonté anticipées que la loi permet déjà, le devoir de l’Etat est de garantir que la mort soit toujours assistée, mais certainement pas d’être anticipé.

C’est la position du PCP que nous réaffirmons ici aujourd’hui.

Voir en ligne : traduction par solidarité internationale PCF

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).