Mobilisons nous pour la paix et contre le poids que la guerre fait peser sur les travailleurs et les pauvres de tous les pays.

, par  Pedro , popularité : 14%

D’un militant lyonnais marxiste qui diffuse une "lettre d’information de gauche" qui est souvent utile, même s’il ne partage pas notre ambition de reconstruire un parti communiste. Nous n’avons aucun moyen de vérifier la réalité militaire des succès récents de l’OTAN, de la capacité de la Russie à les contenir et à renverser la situation. Mais ce qui est sûr, c’est la détermination de l’OTAN à aller au bout de l’affrontement contre la Russie, y compris de porter la guerre en Russie même, et donc la nécessité pour la Russie d’aller au bout d’une guerre qui ne peut pas être seulement une guerre d’états capitalistes, mais qui doit devenir une guerre antiimpérialiste, qui doit donc poser la question de la libération du monde du travail. Cela supposerait en Russie même une rupture claire avec les oligarchies.

pam

La lettre d’information de gauche de Alonson

Chers amis et camarades,

La guerre en Ukraine, une guerre entre l’OTAN et la Russie comme aujourd’hui apparait très clairement est un révélateur tant du régime poutinien comme des plans de l’impérialisme Us et ses caniches européens qui le suivent dans une voie très dangereuse pour la paix mondiale.

Sans l’intervention de tous les gens épris de paix au monde on court vers une catastrophe sans précédentes.
Se trouvent en premier ligne, les travailleurs qui se voient déjà très affectés par les conséquences de l’alignement des gouvernements sur une politique de guerre, d’abord en Russie et après, surement selon leurs plans, en Chine.

L’inflation et les prix exorbitants de l’énergie découlent directement de la volonté de ne pas acheter ni le pétrole ni le gaz russe, politique de guerre qui n’a rien à voir avec les intérêts des peuples européens.

Récemment, les troupes ukrainiens, armées, entrainées et renseignées par les US qui les dirigent pratiquement, ont eu des succès dans leur guerre contre une Russie qui va des erreurs militaires en erreurs politiques dans une confrontation où elle ne fait pas le poids devant les moyens économiques et militaires de l’OTAN.

Quand l’invasion russe a commencé, j’ai écrit que c’était un Pearl Harbour 2, c’est-à-dire une action désespérée, obligée devant la pression US. Comme en 1941, les japonais privés des ressources énergétiques et voyant leurs avoir congelés par les US, se sont lancés à l’aventure de la guerre contre les US en attaquant la base navale de Pearl Harbour.

De même Poutine se lance dans une aventure sans se donner les moyens, les forces sur place, pour gagner son aventure et les conséquences commencent à se voir. Non seulement on ne peut pas gagner une guerre sur l’aviation et l’artillerie, l’infanterie est absolument indispensable, mais encore on ne peut pas mettre 200 mille hommes devant un pays qui peut mobiliser 3 millions des soldats soutenus par la force militaire et économique des Etats-Unis.

Je vous propose deux articles sur la question mais encore, sans une mobilisation massive pour la paix, les Macron et les Scholz, à la botte des US, continueront d’envoyer des armes, des moyens, des hommes même pour alimenter un chaudron qui peut dégénérer dans un conflit dont personne peut savoir où il peut aller.

Mobilisons nous pour la paix et contre le poids que la guerre fait peser sur les travailleurs et les pauvres de tous les pays.

AQ.

La débâcle de la Russie à Kharkiv

Andre Damon

Selon toutes les indications, la Russie a subi une défaite militaire catastrophique près de Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine, située dans le nord-est du pays.

En six jours, l’armée ukrainienne, armée et financée par les États-Unis et l’OTAN, a pris des dizaines de kilomètres de territoire. L’Institut pour l’étude de la guerre rapporte : "Les forces ukrainiennes ont pénétré les lignes russes jusqu’à une profondeur de 70 kilomètres à certains endroits et ont capturé plus de 3 000 kilomètres carrés de territoire au cours des cinq derniers jours depuis le 6 septembre - plus de territoire que les forces russes n’en ont capturé dans toutes leurs opérations depuis avril."

Le Kremlin répond à cette catastrophe par des mensonges et des esquives. Le ministère russe de la Défense a affirmé que les forces russes sont "en train de se regrouper", une déclaration qui est évidemment fausse. Il est impossible de nier que ce qui se passe est une déroute et une débâcle militaire et politique massive.

Le désastre de Kharkiv est le produit non seulement d’un leadership militaire incompétent, mais aussi, et plus fondamentalement, de la stratégie politique en faillite sur laquelle Poutine a basé son "Opération spéciale".

Quels que soient les résultats à court terme des défaites de la semaine dernière, ces événements poursuivent le cours des désastres sans fin produits par la dissolution de l’URSS et la restauration du capitalisme.

Ils intensifieront encore la crise du régime russe, déchiré par des factions qui plaident en faveur d’une escalade téméraire, et celles qui demandent que des concessions soient faites aux États-Unis et à l’OTAN.

La décision du gouvernement Poutine d’envahir l’Ukraine était une réponse désespérée et réactionnaire à l’intensification de la pression des États-Unis et de l’OTAN sur la Russie. La stratégie de Poutine, dans la mesure où il y en avait une, consistait à créer les conditions d’une négociation favorable avec les États-Unis et ses alliés de l’OTAN.

Toute la stratégie de Poutine dans la conduite de la guerre est liée aux perspectives sociales de la bourgeoisie oligarchique russe, dont la préoccupation première est de conserver pour elle-même le contrôle des ressources minérales et énergétiques que les impérialistes souhaitent piller.

Poutine a cherché à conclure un accord avec l’impérialisme américain dont l’oligarchie russe pourrait s’accommoder. Parlant au nom de l’oligarchie capitaliste russe, Poutine est bien plus préoccupé par l’opposition sociale intérieure.

Les États-Unis et l’OTAN ont toutefois montré qu’ils ne sont pas intéressés par la négociation. Ils considèrent l’assujettissement complet de la Russie, y compris son découpage en de multiples petits États, comme un objectif stratégique essentiel. À maintes reprises, le Kremlin a sous-estimé la détermination des États-Unis et de leurs alliés impérialistes européens.

La percée rapide des forces ukrainiennes est le résultat de l’escalade massive du conflit par les États-Unis et l’OTAN. Les forces paramilitaires américaines sont sur le terrain et coordonnent directement l’offensive. Les frappes de missiles ukrainiens sont dirigées par les agences de renseignement américaines, qui désignent les cibles.

De plus en plus, les fusils portés par les troupes ukrainiennes, les armures qu’elles portent et les véhicules qui les transportent sont tous des armes aux normes de l’OTAN, payées par les États-Unis et leurs alliés européens. Plus important encore, l’Ukraine a reçu les forces nécessaires pour frapper à des dizaines de kilomètres derrière les lignes russes, sous la forme du système de missiles guidés HIMARS et de l’obusier à longue portée M777, ainsi que du missile antiradar HARM et du missile antinavire Harpoon. Les troupes ukrainiennes sont soutenues par le système anti-aérien NASAMS, le même système qui garde la Maison Blanche.

Les médias américains ne cherchent plus à dissimuler l’ampleur de l’implication directe des États-Unis dans cette guerre. Selon The Hill, les États-Unis sont devenus "effrontés" dans leur intervention dans la guerre. "Au fil du temps, l’administration a reconnu qu’elle pouvait fournir des armes plus grandes, plus performantes, plus longues et plus lourdes aux Ukrainiens et les Russes n’ont pas réagi", a déclaré au journal William Taylor, ancien ambassadeur américain en Ukraine.

Le New York Times, qui s’extasie devant l’avancée ukrainienne, écrit : "Les hauts responsables ukrainiens ont intensifié le partage de renseignements avec leurs homologues américains au cours de l’été, alors qu’ils commençaient à planifier la contre-offensive qui leur a permis de réaliser des gains spectaculaires dans le nord-est ces derniers jours, un changement qui a permis aux États-Unis de fournir des informations plus pertinentes et de meilleure qualité sur les faiblesses russes."

Le Times cite Evelyn Farkas, haut responsable du Pentagone pour l’Ukraine et la Russie sous l’administration Obama, qui a déclaré : "Ces gars ont été formés pendant huit ans par les opérations spéciales [américaines]. Ils ont été formés à la guerre irrégulière. Nos opérateurs de renseignement leur ont enseigné la tromperie et les opérations psychologiques."

Qualifier le conflit de "guerre par procuration" est un euphémisme. L’armée ukrainienne est devenue une filiale à part entière de l’armée américaine, qui l’a armée, financée et entraînée selon les normes des forces armées américaines.

L’offensive menée par les États-Unis a entraîné des pertes humaines catastrophiques, tant pour les forces ukrainiennes que pour la Russie, les rapports faisant état de plus de mille morts par jour lors des récents combats.

Les gouvernements capitalistes des États-Unis et d’Europe sont absolument déterminés à atteindre leur objectif de soumettre la Russie. Les conséquences, en termes de vies d’Ukrainiens et de Russes, ainsi que l’impact économique et social désastreux sur les travailleurs du monde entier, ne sont rien en comparaison des impératifs géopolitiques de la classe dirigeante.

Il n’est pas exclu que le Kremlin tire de cette catastrophe militaire la conclusion qu’il est nécessaire de mener une escalade militaire massive, qui elle-même ne ferait que conduire à une escalade de l’OTAN. Paradoxalement, les efforts désespérés du Kremlin pour parvenir à un arrangement avec l’impérialisme n’excluent pas une série d’actions susceptibles de déclencher une guerre thermonucléaire.

Dans une lettre adressée à un socialiste russe le 2 avril, David North écrit :

Ce qui est surprenant, c’est que Poutine et son commandement militaire semblent ne pas avoir pleinement saisi à quel point l’OTAN avait armé et entraîné les militaires ukrainiens. Mais cet échec de leurs services de renseignement est enraciné dans la dissolution de l’Union soviétique, qui était basée sur des conceptions follement irréalistes, presque d’une naïveté enfantine, du système impérialiste. Tout en répudiant toute association avec le marxisme, le Kremlin a conservé sa foi dans la possibilité d’une "coexistence pacifique" avec ses partenaires occidentaux. Poutine, peu avant d’ordonner l’invasion, s’est plaint de façon pathétique que la Russie avait été "jouée" par l’Occident.

North a conclu :

La défense des masses russes contre l’impérialisme ne peut être entreprise sur la base de la géopolitique bourgeoise des États-nations. Au contraire, la lutte contre l’impérialisme exige la renaissance de la stratégie prolétarienne de la révolution socialiste mondiale. La classe ouvrière russe doit répudier toute l’entreprise criminelle de restauration capitaliste, qui a conduit au désastre, et rétablir son lien politique, social et intellectuel avec son grand héritage révolutionnaire léniniste-trotskyste.

Poutine a ouvert l’offensive russe contre l’Ukraine par une condamnation de Vladimir Lénine. Mais malgré toutes les fanfaronnades de Poutine, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est celui que Lénine a décrit dans son ouvrage de 1916, L’impérialisme, qui a démontré que la guerre et la domination coloniale sont l’expression des caractéristiques essentielles du système capitaliste.

La bureaucratie a dissous l’Union soviétique en se fondant sur la fausse croyance que l’impérialisme n’était qu’une invention de Lénine, et qu’une Russie capitaliste pourrait parvenir à un modus vivendi avec l’impérialisme européen et américain. Les trois décennies qui ont suivi ont toutefois montré qu’il s’agissait d’une illusion colossale.

La tâche centrale est de mobiliser la classe ouvrière en opposition à la guerre impérialiste. Cela exige une rupture non seulement avec toutes les forces de la pseudo-gauche petite-bourgeoise qui défendent la volonté de guerre des États-Unis et de l’OTAN, mais aussi avec celles qui prétendent que le nationalisme russe offre une solution à la catastrophe créée par la dissolution de l’URSS.

Il est nécessaire de faire une mise en garde : La débâcle subie par l’armée russe ne fait que présager d’une escalade encore plus sanglante de la guerre. Les puissances impérialistes sentent le sang dans l’eau, et elles redoubleront d’efforts pour conquérir et soumettre la Russie.

La débâcle de la Russie ne fera qu’enhardir davantage les forces les plus réactionnaires de la société ukrainienne et encourager les planificateurs de guerre américains à croire qu’ils peuvent reproduire ce succès en déclenchant une guerre avec la Chine au sujet de Taïwan.

Mais cette escalade intensifiera en même temps la guerre sur les populations des États-Unis et de l’Europe, qui paieront le coût de la guerre sous forme de flambée des prix et de baisse du niveau de vie. La guerre a déjà provoqué un effondrement du niveau de vie des travailleurs dans un contexte d’escalade vertigineuse des budgets militaires, alors que les prix du gaz naturel ont été multipliés par 10 en Europe.

Le 20e siècle a connu les guerres les plus destructrices de l’histoire de l’humanité. Au XXIe siècle, le capitalisme menace désormais de désastres à une échelle encore plus grande.

La seule force sociale capable d’arrêter la course à la guerre impérialiste est la classe ouvrière. Elle doit combiner ses revendications économiques contre la hausse du coût de la vie avec la lutte contre la guerre et la lutte pour unir les travailleurs d’Europe, d’Asie et des Amériques dans une lutte commune contre le système capitaliste.

Voir en ligne : sur le site world socialist web site

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).