Contribution au 36ème Congrès du Parti Communiste Français (PCF)

Il est grand temps de rallumer l’Etoile Rouge

, par  Hervé Fuyet , popularité : 4%

Contribution au 36ème Congrès du Parti Communiste Français (PCF)

Il est grand temps de rallumer l’Étoile Rouge

Quelques observations suivies de réflexions. Ma contribution est parfois un peu critique, mais elle se veut fraternelle et constructive. J’ai confiance dans la capacité de redressement de notre Parti.

Le projet de base commune soumis par la direction du PCF se nomme "Il est grand temps de rallumer les étoiles" !
Selon moi, Il est plutôt grand temps de rallumer l’Étoile Rouge.

1) Reprenons avec modestie et fraternité notre place dans le Mouvement Communiste International

Notre secrétaire général Pierre Laurent parle "des échecs et de l’effondrement des premières tentatives de rupture avec le capitalisme du XXe siècle" qui n’ont d’ailleurs pas été uniquement des échecs, loin de là ! Mais pourquoi ne parle-t-il pas aussi des progrès du mouvement communiste international actuel, en Chine, au Vietnam, à Cuba, dans la Fédération de Russie, en Tchéquie, et des reculs en Italie, en Espagne, en France etc. (De fait, aussi incroyable que cela puisse paraître, les pays du socialisme réellement existant aujourd’hui ne sont même pas mentionnés sérieusement dans le document de direction du PCF !)

Par exemple, les communistes tchèques n’ont jamais été aussi populaire depuis la contre-révolution de 1989 et ont obtenu plus de 20% aux récentes élections régionales. Le principal parti de droite, l’ODS – le parti de Vaclav Havel et de l’actuel président Vaclav Klaus – ne recueille que 12,2% des voix, loin derrière les Communistes !

Sur la question d’éventuelles alliances post-électorales avec le Parti social-démocrate, le président du KSCM a répondu : « Notre stratégie est claire : coalitions sur une base programmatique, et fidélité aux principes de la représentation proportionnelle ». Pour la première fois, le président du Parti social-démocrate a avancé sur les plateaux de télévision l’idée de coalitions gouvernementales avec les communistes : « Je peux imaginer l’idée de coopérations avec le KSCM ». Le VIIIème congrès du KSCM en mai 2012 a laissé ouverte la question d’alliances de gouvernement avec les sociaux-démocrates, sans la trancher.

Intéressante aussi la conclusion à laquelle parvient le KSCM :

"Si le choix de rester un Parti communiste en 1989 se révèle aujourd’hui politiquement payant, la rançon des succès électoraux présents et futurs pour le Parti, ce sera de rester communiste, ne pas céder aux tentations social-démocrates et liquidatrices, au moment même où le peuple tchèque a plus que jamais besoin d’un vrai Parti communiste"

Voilà qui, selon moi, nous change agréablement de la médiocrité des Partis communistes qui ont pris le virage eurocommuniste gorbatchévien pour végéter ensuite !

Extrêmement encourageant aussi, ce message historique adressé au Parti communiste chinois par Gennady Zyuganov, secrétaire général du Parti Communiste de la Fédération de Russie :

Dans une interview récemment accordée à Xinhua, le leader communiste a estimé que le succès de la Chine allait se poursuivre sur sa lancée : "Après la défaite du Parti communiste soviétique et l’effondrement de l’Union soviétique, les Chinois ont étudié notre tragédie de manière scientifique et approfondie", a-t-il déclaré.

"Le secret de la réussite de la Chine réside dans la synthèse que le PCC est parvenu à faire entre les idées marxistes-léninistes, l’expérience de la construction d’un socialisme aux caractéristiques chinoises, la tradition ancestrale du confucianisme, et l’application de techniques de formation modernes aux ressources humaines"

Faisant l’éloge du développement économique robuste de la Chine, M. Zyuganov a déclaré que l’expérience chinoise avait surpris non seulement l’Asie, mais également le monde entier. "La Chine est par exemple devenue l’un des principaux partenaires commerciaux des États-Unis", a-t-il souligné.

"Je me souviens également des dirigeants de la Thaïlande et des Philippines, affirmant que le PCC méritait un monument, ne serait-ce que pour avoir sauvé près de 400 millions de personnes de la pauvreté", a-t-il ajouté.

Il a également noté que la Chine était déjà devenue la deuxième économie du monde sous la direction du PCC, et avait su maintenir sa croissance malgré les difficultés économiques mondiales.

M. Zyuganov a néanmoins souligné que des problèmes subsistaient en Chine, notamment l’écart entre les riches et les pauvres.

"Mais le nombre de pauvres diminue rapidement en Chine. Le président chinois Hu Jintao a souligné à maintes reprises la nécessité de combler cet écart", a déclaré M. Zyuganov.

Faisant référence aux relations entre le PCC et son parti, M. Zyuganov a indiqué que les deux organisations avaient déjà signé plusieurs accords de coopération inter-partis, qui avaient été mis en œuvre avec succès au cours des dernières décennies.

"Je suis très heureux de voir que les relations entre nos deux partis, qui sont des relations de camaraderie, ne cessent de se renforcer. Presque toutes les délégations chinoises de haut niveau ayant visité la Russie sont venus nous rencontrer. Et nos délégations de haut niveau visitent la Chine presque chaque année", a-t-il ajouté.

"En outre, chaque année, nous envoyons des délégations de jeunes talents en Chine pour y faire un stage. Ils ont été très impressionnés par leur voyage en Chine, et nous ont rapporté que les fonctionnaires chinois faisaient preuve d’un haut niveau professionnel", a-t-il indiqué.

Il a également souligné que les dirigeants chinois avaient toujours accordé une grande attention aux politiques relatives aux minorités ethniques chinoises, qui sont désormais représentées à tous les niveaux de la société. "C’est quelque chose de très important", a-t-il affirmé.

Mentionnant la stagnation des économies américaine et européenne et l’aggravation de la situation dans d’autres pays, M. Zyuganov a affirmé que la Chine était aujourd’hui "investie de la mission d’aider le reste du monde à surmonter la crise, et à sortir de l’impasse provoquée par le modèle économique libéral américain".

A propos du 18ème Congrès national du PCC, qui doit se doter d’une nouvelle direction centrale en novembre, M. Zyuganov a indiqué sa conviction que "ce congrès serait en mesure de réagir de manière appropriée aux situations nationale et internationale, et saurait définir une feuille de route pour le développement à venir de la Chine".

Avez-vous pu suivre ce développement historique de l’internationalisme communiste dans les déclarations du PCF, ou dans le journal "L’Humanité" ?

En quelques mots, le Parti Communiste de la Fédération de Russie, le second en importance dans ce pays immense, resserre les liens de fraternité avec le Parti Communiste Chinois et ses 80 millions de membres et lui souhaite un bon 18ème Congrès. Zyuganov se réjouit de ce que le PCC et son socialisme aux caractéristiques de la Chine, ait su tirer des leçons constructives de l’échec relatif du PCUS. Voilà, me semble-t-il, un bel exemple d’internationalisme !

Au lieu de cela, loin de vouloir mériter de retrouver sa place dans le mouvement communiste international, la direction actuelle du PCF tente de rassembler dans un pseudo-internationalisme autour du PCF qui est pourtant bien faible. Cette nouvelle micro-internationale, ni franchement communiste, ni franchement socialiste, se compose au niveau national, du PCF même, du Front de gauche (FdG) ; au niveau européen, du Parti de la Gauche Européenne (PGE), de coalitions hétéroclites de groupes et de personnalités eurocommunistes, socialistes de gauche, anarchistes, libertaires et très souvent trotskystes ou cryptotrotskistes entristes.

Cette internationale "croupion" est unie dans son travail de division du mouvement communiste international, mais divisée par nature pour le reste entre réformistes hâbleurs et gauchistes phraseurs, ce qui s’est traduit en France par une véritable "catastroïka" communiste.

On atteint parfois le comble de l’anticommunisme primaire. Suite à une émission télévisée, le 25 octobre 2012 où Jean-François Copé et François Filion ont osé assimiler le fascisme et le communisme, le journal L’Humanité a organisé un débat sur ce thème avec des anticommunistes viscéraux comme Nicolas Werth (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Werth) ou Romain Ducoulombier et ignorant des spécialistes de la question comme Domenico Losurdo ou Annie Lacroix-Riz, par exemple. La contribution de Pierre Laurent, en tant que secrétaire général d’un Parti "communiste" est attristante :

"Pierre Laurent. Suis-je l’héritier d’un courant socialiste démocratique tel que vous le décrivez ? La réponse est oui. Mais la question que vous posez ensuite est la suivante : les communistes du XXème siècle ont-ils souhaité ce qui est arrivé  ? Là, je récuse votre réponse. L’histoire montre que les phénomènes totalitaires vont dénaturer le système et le tuer, la disparition de l’URSS constituant le point ultime de ce naufrage".

http://www.humanite.fr/politique/fascisme-et-communisme-peut-les-comparer-507228

Les millions de communistes véritables, soviétiques, chinois, français aussi, qui ont lutté contre le fascisme et souvent sacrifié leur vie apprécieront ! Les communistes russes actuels (Le Parti communiste de la Fédération de Russie est le deuxième parti politique en Russie avec autour de 20 % de soutien électoral et les 80 millions de Communistes chinois qui dirigent la deuxième puissance mondiale apprécieront aussi !

Tout cela permet de situer notre Parti par rapport au mouvement communiste international. Patrice Bessac, porte-parole du PCF, voit la situation différemment. Il demande :

"Mais en ce début de XXIème siècle, les divisions et points de rupture du « court vingtième siècle » n’ont désormais plus lieu d’être : vingt ans après la disparition de l’URSS, les raisons qui ont séparé pendant des décennies ces sensibilités ont disparu ; qui oserait stigmatiser aujourd’hui les « staliniens », « trotskystes » ou autres épithètes du même type, caractérisations issues des luttes internes au Parti bolchevik des années 1920-1930 ?"

( voir dans http://congres.pcf.fr/28632).

Je suis allé, par curiosité, visiter le journal La Riposte (http://www.lariposte.com), qui est le journal de la faction trotskyste du PCF). En mettant sur le moteur de recherche interne de ce journal les mots clés "stalinien", j’ai été inondé par la fréquence des réponses. Pire, si vous choisissez "Patrice Bessac + stalinien" directement sur le moteur de recherche Google, vous verrez que Patrice Bessac emploie lui-même très souvent l’adjectif "stalinien" (qui n’a d’ailleurs guère de sens précis !!!).

Si on fait les mêmes recherches dans les sites du Front de Gauche et du Parti de Gauche en France, du Parti de la Gauche Européenne, de Syriza en Grèce, de Die Linke ou de la Fondation Rosa Luxembourg en Allemagne, on constatera que beaucoup "osent stigmatiser avec l’épithète stalinien" et que Patrice Bessac semble sourd et aveugle !

Mais qui stigmatise qui de la sorte ? Les trotskystes, bien entendu, les eurocommunistes réformistes et les sociaux-démocrates, et leurs compagnons de route. Il s’agit précisément des éléments constitutifs du PCF lui-même, des Front de Gauche, Die Linke, Syriza et de leurs semblables. Ce sont eux qui stigmatisent. Et qui "stigmatisent-t-ils" ? Ils "stigmatisent" les pays du socialisme réellement existant passé (URSS, Tchécoslovaquie, etc.) et les pays du socialisme réellement existant présents (Chine, Vietnam, Cuba, etc.). Ils "stigmatisent" aussi les partis communistes qui, après avoir fait le bilan de la chute de l’URSS, et en avoir tiré des enseignements, ne sont pas sortis de la voie tracée vers le socialisme, chacun avec ses caractéristiques propres. Des partis comme les PC chinois, vietnamien, cubain, sud-africain, grec, tchèque, russe, etc., enfin les PC qui progressent, alors que les PC eurocommunistes périclitent, ou même n’existent plus comme en Italie.

2) La "Catastroïka" communiste à la Sauce Parisienne

Emile Coué, père de la fameuse "méthode Coué" disait souvent « Si étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Si elle ne l’est pas, nous obtiendrons le maximum d’améliorations qu’il est possible d’obtenir ». Je suis naturellement très heureux de la remontée de notre Parti depuis 2005. Cependant, quand l’extrême droite lepéniste a près de deux fois plus de voix aux diverses élections récentes que le Front de Gauche, près de quatre fois plus que notre Parti, quand notre représentation parlementaire régresse, quand la droite de l’UMP envisage des alliances avec l’extrême-droite lepéniste, je vois mal comment on peut se réjouir, à moins de se voiler la face et d’adhérer à la méthode Coué. Il y a plus grave encore que cette régression quantitative du PCF qui était, aux élections législatives de 1945, le premier parti de France. Le PCF est devenu un facteur de division dans le mouvement communiste international. Patrice Bessac, encore lui, compare les communistes dans l’Histoire (pourtant souvent des héros) à des "moutons" !

a) Un train peut en cacher un autre !

On jase beaucoup dans les discussions pré-congrès sur l’attitude du PCF vis-à-vis du Front de Gauche, d’adhésions individuelles ou de collectifs directs possibles au Front de Gauche, des rapports entre le PCF et le PG de Mélenchon, etc. Tout cela est bien sûr important, mais un train peut en cacher un autre et il me semble que ce n’est pas la question principale.

Il me semble que la question principale est d’abord l’identité politique du PCF lui-même ! De parti eurocommuniste, il semble être progressivement devenu un conglomérat flou et instable par nature, d’eurocommuniste droitisés, de socio-démocrates gauchisés, de trotskystes fiers de l’être et hyperactifs, d’anarchistes même, (et de quelques léninistes surtout chez les anciens et chez les Jeunesses communistes, généralement qualifiés, par Patrice Bessac entre autres, de staliniens, de ringards orthodoxes et autres amabilités).

b) Le PCF, un des partis eurocommunistes malades de l’Europe

Jacques Chabalier, responsable national de la vie du Parti, écrit :

"Cette année-là (2005), à la suite de la dynamique du NON nous avons enregistré 8.000 nouvelles adhésions. Ce regain d’intérêt ne s’est pas démenti les années suivantes, avec 5.000 à 6.000 adhésions par an, et il s’est encore accéléré avec la campagne du Front de Gauche au printemps, qui devrait nous permettre d’atteindre les 8.000 cette année."

Au total, ce sont donc 45.000 nouveaux adhérents qui ont rejoint le PCF en sept ans, soit le tiers d’un effectif qui a désormais stoppé sa chute, stabilisé autour de 130.000 membres. Des nouveaux adhérents jeunes (51 % ont moins de quarante ans), «  qui ont une image neuve du PCF, qu’ils identifient à leurs valeurs de fraternité, de dialogue et de sens du débat  », et dont l’afflux «  transforme de fait le PCF, qui n’est plus le même parti qu’il y a dix ans  ».

Donc, selon Jacques Chabalier, grâce entre autres aux nouvelles adhésions, le Parti n’est plus le même qu’avant le Congrès de Martigues, le congrès de la mutation orchestrée par Robert Hue ! Quantitativement, ces nouvelles adhésions ne peuvent que nous réjouir, mais si elles deviennent des adjuvants à la mutation, cela devient moins clair ! En fait, on parle peu de nouveaux membres issus de la classe ouvrière, et encore moins de nouveaux membres "de couleur". A ce sujet, une contribution me semble éclairante. Quand le « choix des Lumières » n’éclaire pas les lanternes (http://congres.pcf.fr/30093).

En réalité l’identité du PCF devient si confuse que même l’anarchie y progresse jusqu’au sommet de l"appareil" !

c) La dérive "anar" droitière du PCF

Pierre Laurent , dans son discours aux personnalités à la Fête de l’Huma 2012 nous dit "Nous sommes entrés dans une nouvelle histoire, un nouveau récit" et il confie aux journalistes présents... j’ai toujours été un communiste un peu anar sur les bords" (http://congres.pcf.fr/29835).

C’est pour le moins surprenant, surtout chez un secrétaire général en exercice, mais c’est sans doute exact :

On se souvient des caricatures islamophobes de Charb qui avaient suscité beaucoup d’émotion chez les musulmans ordinaires et servi de munition aux terroristes islamistes. Un bel article de Ren Yaqiu du Quotidien du Peuple déplorait l’Islamophobie caricaturale de l’anarchiste Charb (http://bellaciao.org/fr/spip.php?article130440). Le Pape lui même abondait dans le même sens que Ren Yaqiu, ce qui vaut la peine d’être noté.

Pour Pierre Laurent par contre, il ne faut pas en faire un drame et surtout il faut protéger la liberté d’expression qui ne doit pas être limitée ! (http://www.humanite.fr/medias/pierre-laurent-ne-pas-faire-de-la-publication-de-ces-caricatures-un-drame-qui-n-en-est-pas-un ).

Pourtant la loi Gayssot existe : la loi Gayssot est la désignation courante soit de la loi française no 90-615 du13 juillet 1990, « tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe », soit de la partie de cette loi (son article 9) qui introduit un « article 24 bis » dans la loi sur la liberté de la presse. Cette loi résultait d’une proposition de loi présentée à l’assemblée nationale par le député communiste Jean-Claude Gayssot et au sénat par le sénateur communiste Charles Lederman (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Gayssot).

d) Pourquoi le PCF s’obstine-t-il à vouloir rester dans l’Union Européenne, contre la volonté du peuple ?

En 1972, au référendum sur l’élargissement de la CEE, le PCF avait comme slogan : Oui à l’Europe des Peuples, NON à l’Europe des Monopoles. En 2005, au référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe, le Non a vaincu, beaucoup grâce à la campagne du PCF et du journal L’Humanité. Selon un sondage IPSOS, le résultat est essentiellement une victoire du « non » de gauche : les deux tiers du « non » correspondent à la gauche, et un tiers du « non » est de droite. (http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_le_trait%C3%A9_%C3%A9tablissant_une_Constitution_pour_l’Europe#Controverses_sur_le_r.C3.A9f.C3.A9rendum)

On peut donc parler d’une autodétermination nationale contre l’appartenance à cette "Europe des Monopoles", comme le recommandait déjà Lénine dans son article "Du mot d’ordre des États-Unis d’Europe" du 23 août 1915. Lénine disait, en polémiquant avec Trotsky :

"Au point de vue des conditions économiques de l’impérialisme, c’est-à-dire des exportations de capitaux et du partage du monde par les puissances coloniales « avancées » et « civilisées », les États-Unis d’Europe sont, en régime capitaliste, ou bien impossibles, ou bien réactionnaires". Et il ajoutait "Les États-Unis d’Europe, en régime capitaliste, seraient comme une entente pour le partage des colonies". Lénine disait aussi contre, toujours en polémiquant avec Trotsky, "en second lieu, parce qu’il pourrait conduire à des conclusions erronées sur l’impossibilité de la victoire du socialisme dans un seul pays et sur l’attitude du pays en question envers les autres".

Curieusement, à l’encontre des résultats du référendum de 2005, et des analyses de Lénine sur la question, le PCF, le PG, et le Front de gauche se sont ralliés à des positions trotskystes !

Que faire dans tout cet imbroglio ? Il me semble qu’il y a déjà une ébauche de solution en marche, même si elle ne pourra sans doute pas suffire à générer un redressement à ce congrès-ci.

3) Tisser une Toile avec un Marteau et une Faucille pour rallumer l’Étoile rouge du PCF

La question qui se pose maintenant est comment sortir de cette impasse ! Sans cela nous risquons de rester bloqués devant un mur des lamentations. Il me semble que la "révolution numérique" nous donne une possibilité sans précédant de redressement à partir de la base du PCF.

Comme le disait déjà Marx, le développement des forces productives fait évoluer les rapports sociaux. Internet et la révolution numérique vont peut-être nous permettre de développer au PCF un véritable centralisme démocratique, avec des camarades informés, formés et unis dans leur diversité.

Pour l’information, par exemple, quand l’Huma consacre une double page centrale aux Pussy Riots de Moscou, mais ne nous dit rien sur la bonne entente entre le PC de la Fédération de Russie et le PC de la Chine, nous pouvons nous abonner gratuitement à http://french.news.cn/chine/2012-09/29/c_131881709.htm. Sur les questions internationales, le site http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/ : nous permet de compléter les infos données par L’Huma. Pour mieux comprendre et connaître le militantisme léniniste dans le PCF, y compris pour le 36ème Congrès, on peut s’abonner gratuitement à http://lepcf.fr/. Le Grand Soir est aussi une source d’info intéressante http://www.legrandsoir.info/. Enfin il y a une multitude de blog individuels ou de groupes qui nous tiennent au courant des luttes ouvrières, des grèves, des magouilles des uns et des autres aussi, comme par exemple http://canempechepasnicolas.over-blog.com/.

Il nous est donc possible, quand la presse du Parti "fondée par Jean Jaurès" ne nous informe pas suffisamment de compléter, pourvu qu’on y consacre un peu de temps. C’était le cas dans l’affaire DSK, où on ne trouvait rien dans l’Huma, mais on pouvait trouver ailleurs (Par exemple, sur le site Frantz Fanon International http://www.frantzfanoninternational.org/spip.php?article291).

Il est vrai que l’information n’est pas suffisante si on a de la difficulté à approfondir sa formation théorique et son cadre d’analyse. Mais là aussi, on peut de façon collaborative combler ce déficit, si le Parti n’y parvient pas. Quelques exemples donnent une idée de ce qu’il est ou sera possible de faire : http://cercles.communistes.free.fr/rcc/cours.php ou encore http://cocowikipedia.org/index.php?title=Accueil. Il y a aussi toutes sortes de groupes ou de micro-partis qui font un bon travail, comme Rouge Vifs à Marseille (http://www.rougemidi.org/spip.php?auteur171) par exemple. Il y a enfin beaucoup de camarades isolés qui peuvent retrouver espoir en se reliant à la la toile de l’Étoile Rouge !

On pourrait peut-être sur cette toile rouge, développer de façon collaborative une étude sérieuse des classiques du marxisme qui pourraient inclure, en plus de Marx, Engels, Lénine, des penseurs ou théoriciens révolutionnaires comme Castro, Ho Chi Minh, Fanon, Mao Zedong, Deng Xiaoping, et pour la France, je ne sais pas, Maurice Thorez peut-être, Fanon aussi !

Ce qui est intéressant dans tout cela, c’est que cela nécessite très peu d’argent, et qu’on est donc pas soumis à un financement contrôlant. Beaucoup est sans doute embryonnaire et maladroit, mais au moins, cela va généralement dans le bon sens. Malheureusement, nous ne sommes évidemment pas les premiers à avoir pensé à cela. Il existe une toile facho qui a formé, entre autres le terrorise fasciste Breivik (fr.wikipedia.org/wiki/Anders_Behring_Breivik) et des sites web trotskystes très actifs comme http://www.marxists.org/ ou encore http://www.marxist.com/ où vous aurez la surprise de voir que les troskystes demandent des donations pour Syriza, l’équivalent du Front de Gauche, en Grèce : http://www.marxist.com/financial-appeal-summer-2012.htm. Plus remarquable encore est la quantité incroyable d’épithètes "stalinistes" dont sont affublés les communistes dans Wikipedia (que Patrice Bessac semble ignorer !).

Ainsi donc, pour l’Étoile rouge, parallèlement, et en interaction de façon diverse, va se créer une toile "Rouge" qui va revitaliser l’organisation du PCF en interaction avec elle et d’une façon constructive.

Par exemple, je souhaiterais que nous parvenions à travailler sur cette toile rouge les possibilités et conséquences d’une sortie de l’Euro comme monnaie unique, ou même une sortie "de gauche" de l’Union Européenne actuelle, pour ne pas laisser le champ libre au FN qui singe le patriotisme.

Plus central encore peut-être, de travailler sur un projet de "socialisme aux caractéristiques de la France". On sait, encore qu’en France on soit peu informé sur la Chine, que le PC chinois a beaucoup travaillé la question au cours de son histoire et qu’il est parvenu à des résultat impressionnants (voir
http://cocowikipedia.org/index.php?title=Historique_et_logique_du_Socialisme_aux_caract%C3%A9ristiques_de_la_Chine, http://cocowikipedia.org/index.php?title=Socialisme_aux_caract%C3%A9ristiques_de_la_Chine, http://cocowikipedia.org/index.php?title=Sinisation_du_marxisme).

Or dans notre document de base pour le 36ème Congrès, on ne trouve pas de projet clair d’un socialisme à la Française. À part des souhaits comme "L’émancipation humaine en tête" ou "Vive le sport" (Le Programme du Front de Gauche, page 77 et 85) ce qui n’est pas mauvais, mais pas trop précis !

On peut concevoir que des "cellules" soient sur le web, soit traditionnelles, soit les deux à la fois, publient leur journal de cellule numérique, offrent une formation aux nouveaux adhérents du PCF, se visitent les unes les autres, etc.

La toile "Rouge" devrait permettre aux léninistes en France de se rassembler, de se coordonner, de sortir de leur isolement dans certains cas, et ainsi de sortir le PCF de l’impasse où il stagne actuellement.

Notre secrétaire général actuel nous dit pour conclure : "ne vous attendez pas à un congrès plan-plan. N’attendez pas de nous que nous prenions des mines grises et des airs déconfits parce que ça va être rock n’roll. [...] Alors le message est clair : accrochez-vous aux rideaux, ça va secouer. [...] On ne lâche rien !" (http://congres.pcf.fr/29835)

Je souhaite en effet que les léninistes participent activement à ce 36ème Congrès du PCF.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).