Pour une autre base de rassemblement

36ème congrès : Commencer à décrypter la nature du vide Rompre avec le capitalisme, nommer le socialisme, combattre pour sa construction.

, par  Jacques Cros , popularité : 3%

Le rapport de Patrice Bessac ne peut être passé sous silence. Une deuxième série de réflexions. La préparation du congrès l’exige. Nécessaire place dans nos réflexions des bilans : bilan (électoral entr’autres) du Front de gauche. Bilan également de trente années d’union de la gauche sous trois variantes : Union de la gauche, Gauche plurielle, Front de gauche. Rassembler les communistes sur la base d’un projet commun de construction du socialisme.

36ème congrès du PCF

Oui, je n’ai pas l’habitude de perdre mon temps à lire les déclarations des dirigeants nationaux du parti communiste, mais là, sur la recommandation de mon secrétaire de section, j’ai entrepris la lecture du rapport de Patrice Bessac au conseil national de l’organisation.

Je sais qu’on a les dirigeants qu’on mérite mais à ce point de vide, je
suis effrayé !
De temps en temps, Bessac met un point, ça lui fait une
phrase, il va à la ligne et il obtient un paragraphe, et s’il change de
page, il doit avoir un chapitre. Pour le reste, c’est la vacuité la plus
complète ! Cette vacuité est meublée avec des idées creuses complètement déconnectées du réel, tellement incompréhensibles qu’on a de la peine à engager une discussion sur un tel texte, sauf à dire qu’il est hors sujet.

Pendant que Bessac élabore ses phrases savantes où l’inexactitude (bilan positif des résultats électoraux du Front de Gauche par exemple) le dispute parfois à la volonté manifeste du rapporteur d’aller chercher la nuit dans les armoires (objectif qu’il atteint sans difficulté), sur le terrain nous sommes confrontés à la dégradation sociale et politique sans précédent qui caractérise la situation présente. Si on tente ici un état des lieux, on risque de ne pas pouvoir être exhaustif ! Pouvoir d’achat, emploi, services publics, protection sociale, environnement, sans oublier la paix et le désarmement… par quel bout qu’on aborde les choses, il n’y a que souffrance à la clé !

Bessac pose quand même une bonne question : comment être utile au peuple et à la France, à l’Europe et à l’humanité ? Eh bien pour ce qui le concerne il devrait abandonner les responsabilités qui lui ont été confiées.

Au fond Bessac évacue ce qui est l’essentiel : la nécessité d’un parti révolutionnaire qui ait une analyse juste de l’ampleur de la crise, de sa nature et des moyens à mettre en œuvre pour la résoudre. Plus exactement cette donnée est diluée dans un magma confus de considérations sur tout et le contraire de tout.

Bessac a, sans doute malgré lui, un mot heureux quand il déclare qu’il faut accroître notre entropie ! Oui j’étais professeur de physique et je sais ce qu’est l’entropie, c’est ce qui mesure la quantité de désordre dans un système. Plutôt que des élucubrations de Bessac, nous avons besoin de dresser sans concession le bilan de ce qu’a été notre politique d’union avec la social-démocratie depuis les trente dernières années. De programme commun en gauche plurielle et en Front de Gauche, on connaît le résultat des courses : l’aggravation de la situation économique et sociale sur fond de disparition du parti communiste tant au plan idéologique que de son organisation et de son activité.

A l’heure où il est évident, voir en particulier l’état de délabrement des pays qui composent l’Europe, que le capitalisme a fait son temps et qu’il faut une rupture franche avec lui, à l’image de ce qu’a été la Révolution de 1789 pour en finir avec une société alors fondée sur les privilèges de la noblesse et du clergé, il faut offrir une perspective claire de substituer à la logique du profit, celle de la satisfaction des besoins humains. D’autant qu’avec le TSCG à la clé les choses ne vont qu’empirer !

Sur cette base l’unité des communistes est nécessaire et possible, possible précisément parce que nécessaire ! Si c’était cela que contenait le rapport de Bessac, je n’aurais pas connu comme je l’ai fait la montée d’adrénaline que je viens de vivre à sa lecture !

J. Cros, bureau de section de l’Ouest Biterrois


Ci-dessous le fameux rapport Bessac...

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).