Clarification du diagnostic après le début de l’opération Déclaration commune des partis communiste et ouvrier

, popularité : 55%

(préparé par le RPRC, Parti Communiste Ouvrier Russe [1] avec les communistes du Donbass et de l’Ukraine)

Quatre mois se sont écoulés depuis le début de l’opération militaire ouvertement déclarée des forces armées de la Russie et des armées des républiques du Donbass contre le régime nazi en Ukraine. Et bien que la guerre des nazis de Kyiv contre les républiques insoumises, la RPD et la RPL, dure en réalité depuis 2014, emportée par le début de 2022. Pour environ 15 000 vies, il s’est avéré être une tâche très difficile pour nous tous de faire un diagnostic précis des véritables causes de la tragédie vécue par des symptômes observables de l’extérieur. La divergence des opinions a suscité de nombreuses discussions et a même conduit certaines parties à des conclusions opposées.

Aujourd’hui, dans nos analyses, nous pouvons utiliser des informations sur les actions pratiques des belligérants, de leurs alliés et partenaires, sur les résultats de ces actions, sur les humeurs des peuples tant dans les pays belligérants que dans d’autres pays du monde. Ceci, au sens figuré, peut être comparé à la clarification du diagnostic après le début d’une opération chirurgicale. L’abcès est ouvert, quelles sont les causes de l’abcès ? À quel point la pathologie est-elle dangereuse ? L’infection du sang et la propagation de la maladie à d’autres organes ont-elles commencé ? Le plan d’intervention chirurgicale et de traitement ultérieur est-il correctement choisi ? Et quelles sont les perspectives ?

La première chose qui attire votre attention est la différence dans les méthodes de guerre. Si les forces armées russes et du Donbass agissent de manière extrêmement délibérée contre l’ennemi armé, essayant par tous les moyens d’éviter des dommages directs à la population civile, ce qui est noté par les médias russes et étrangers, alors les forces du régime de Kyiv utilisent la tactique exactement opposée . Ils se cachent derrière la population civile comme un bouclier humain. Ils utilisent des personnes comme otages, par exemple à Marioupol à l’usine d’Azovstal. Les Forces armées ukrainiennes (AFU), principalement de l’artillerie, sont partout déployées dans les zones résidentielles et tirent sur l’ennemi à partir de là, espérant que les troupes russes ne tireront pas sur des maisons habitées.

Deuxièmement, il s’agit du bombardement des villes du Donbass et des zones résidentielles, en particulier de Donetsk, par l’artillerie à longue portée des forces armées ukrainiennes, qui a été intensifié et mis en place à plusieurs reprises. Il existe de nombreux exemples de bombardements par les forces armées ukrainiennes de leurs propres territoires afin de rendre l’ennemi responsable de ces crimes. Des gens purement pacifiques souffrent et meurent chaque jour.

Troisièmement, des représentants des forces armées ukrainiennes planifient et tentent de commettre divers actes de sabotage dans des installations industrielles à haut risque, allant des usines de traitement du gaz et chimiques aux centrales nucléaires, afin de provoquer des catastrophes à grande échelle avec un grand nombre de pertes humaines et blâmer l’ennemi pour cela.

Quatrièmement, dans les actions contre la population civile, les unités nationalistes avec des symboles nazis ouverts et des slogans correspondants sont particulièrement cruelles. Ces personnes se perçoivent comme des fascistes et se présentent ouvertement au monde de cette manière.

Cinquièmement, une attitude complètement différente des belligérants envers les prisonniers. Calme, avec l’application des normes de la Convention de Genève, par les forces armées de la Russie et du Donbass. En même temps, d’autre part, nous entendons des appels francs de responsables ukrainiens pour paralyser les prisonniers de guerre, nous voyons des vidéos sur les chaînes de télévision ukrainiennes où les nazis traitent avec un sadisme particulier les soldats blessés ou capturés de la Fédération de Russie et du Donbass.

Sixièmement, près de deux douzaines de pays de la coalition militante existante dirigée par les États-Unis, incl. armes d’artillerie lourde et systèmes de missiles à moyenne portée, chars et véhicules blindés. Les volumes de ces "aides" s’élèvent déjà à des dizaines de milliards de dollars et continuent de croître.

Septièmement, en Ukraine, le régime nazi utilise activement des mercenaires étrangers de nombreux pays du monde. Le flux principal de ces déchets moraux est allé en Ukraine depuis la Pologne, la Roumanie, la Grande-Bretagne, le Canada, la Géorgie et les États-Unis. Plus de deux mille de ces voyous ont déjà trouvé leur fin sur les terres du Donbass et de l’Ukraine.

Huitièmement, de la bouche des politiciens démoniaques de Kyiv et de certains de leurs partenaires occidentaux, il y a des souhaits et des propositions pour l’acquisition d’armes nucléaires par l’Ukraine. En conséquence, des idées extravagantes et provocatrices similaires sur la nécessité de lancer un jour une frappe nucléaire de représailles sur les centres de décision peuvent être entendues de temps en temps de la bouche des publicistes et des politiciens russes.

Neuvièmement, dans les deux camps des parties combattantes (Russie-OTAN), des voix se font déjà ouvertement entendre dans la propagande, qui envisagent, avec un concours de circonstances réussi, de s’accaparer certaines parties de l’Ukraine ou de la Russie. En Pologne, certains cercles rêvent de Transcarpatie et d’Ukraine occidentale. Il y a des gens en Russie qui veulent résoudre le problème de la restitution des terres historiques. Dans l’UE, certains soulèvent la question de la nécessité de séparer la région de Kaliningrad de la Fédération de Russie. Ce sont des signes d’une évolution possible de la situation vers une guerre beaucoup plus vaste.

Dixièmement, sur les deux belligérants (la Russie et l’Ukraine), même les camps (la Russie avec des alliés et l’Ukraine avec l’OTAN), de différentes manières, mais il y a clairement une augmentation de l’anticommunisme et des soi-disant tendances officielles à la décommunisation. Puisque l’anticommunisme est une caractéristique inaliénable du fascisme, nous devons affirmer le danger de la croissance du fascisme dans les deux camps et dans le monde dans son ensemble.

Onzièmement, la fin proche de la guerre en cours n’est visible d’aucun côté. Les partenaires occidentaux poussent le régime ukrainien à la guerre jusqu’au bout (« jusqu’au dernier Ukrainien »). Les autorités russes n’ont pas de plan précis sur la manière de parvenir à la dénazification et à la démilitarisation avec l’établissement d’un ordre stable dans de vastes territoires comptant plusieurs millions de personnes. Oui, il est fort probable que dès le début ces objectifs aient été plus proclamés qu’élaborés.

De tout ce qui précède, on peut tirer les conclusions suivantes
- La guerre est de nature inter-impérialiste, causée par la rivalité des plus grandes forces impérialistes dirigées par les États-Unis pour la domination mondiale et le désir de réprimer les forces croissantes de l’impérialisme russe, soutenu par la Biélorussie, en partie la Chine et d’autres alliés. Sans aucun doute, l’impulsion pour la guerre est le nouveau cycle, particulièrement aigu, de la crise économique du système capitaliste mondial qui est en train d’être vécu.
- La guerre pour les peuples des républiques du Donbass a un caractère juste et libérateur.
- Pour la Russie, bien que la guerre soit impérialiste, elle est largement de nature défensive, la protégeant d’une éventuelle menace de l’OTAN. Naturellement, l’État russe défend les intérêts de sa classe dirigeante, la grande bourgeoisie.
- Des forces ouvertement fascistes opèrent en Ukraine, qui sont initiées et soutenues par l’Occident, qui est en fait déjà en guerre aux mains de l’Ukraine contre la Russie.
- Aujourd’hui, les pays de l’OTAN, menés par les Etats-Unis, mènent pratiquement une politique étrangère fasciste. Ils ne se contentent pas de fournir des armes à l’Ukraine, ils fournissent des armes, encouragent et aident les vrais fascistes à tuer des gens. Autrement dit, l’Occident lui-même manifeste aujourd’hui une essence ouvertement fasciste.
- Les partis communistes et ouvriers du monde, surtout les pays belligérants, y compris les pays de l’OTAN, et sympathisants, doivent expliquer cette situation aux travailleurs de leurs pays. Sans aucun doute, les efforts communs de toutes les parties doivent viser à réprimer le fascisme en Ukraine et dans la politique étrangère des États-Unis et de ses alliés. C’est une lutte, dans l’ensemble, pour empêcher la possibilité que le conflit ne dégénère en une troisième guerre mondiale.
- Les communistes de Russie, d’Ukraine, du Donbass, de Biélorussie et de leurs alliés devraient soutenir les actions visant à réprimer le fascisme et à en libérer le Donbass et l’Ukraine, mais en même temps, ils devraient expliquer la culpabilité du capitalisme russe et ukrainien, le rôle du contre-révolution qui a eu lieu en Union soviétique dans un développement aussi tragique des événements.
- Les communistes de tous les pays doivent ensemble propager et organiser la lutte pour le socialisme comme seul moyen possible de détruire le fascisme et de créer un monde sans guerres.

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Parties SolidNet
- Parti communiste ouvrier russe
- Parti communiste palestinien

Autres parties
- Organisation des travailleurs communistes de la LPR (KRO LPR)
- Front ouvrier du Donbass (DPR)
- Front du travail d’Ukraine
- Organisation républicaine biélorusse du PCUS

Voir en ligne : publié en russe sur solidnet, traduction deepl

[1attention, dans une première édition, la traduction avait conduit à écrire KPRF (parti communiste de la fédération communiste de Russie, le principal parti communiste), mais ce n’est pas le cas, avec nos excuses pour cette erreur qui pouvait créer une incompéhension politique importante

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).