Afghanistan, des larmes de crocodiles !

, par  pam , popularité : 6%

20 ans de guerre, 2400 soldats US tués [1], des dizaines de milliers de morts civils, de destructions, des millions de déplacés, plus de 1000 milliards de dépenses, pour quel résultat ? Le chaos et des milliers d’afghans tentant de fuir devant ce nouveau régime taliban.

Que peut-on faire pour aider les afghans qui le demandent et éviter des massacres ? Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas avec une intervention militaire qui vient de faire la démonstration de son échec retentissant.

Ce devrait être la terrible leçon pour tous les militaristes du monde occidental, politiques, experts, journalistes qui nous ont "vendu" l’intervention US comme nécessaire face au terrorisme pour la liberté, en mentant éhontément sur ses causes réelles, bien plus anciennes que les attentats de New York en 2011. Ils nous ont inventé une histoire afghane scénarisée avec de grands méchants, les talibans, et des héros démocratiques, symbolisés par le "commandant Massoud", cachant les intérêts géopolitiques et énergétiques autour de ce pays que Engels appelait "le cimetière des empires".

Ils pleurent aujourd’hui sur les femmes afghanes, sur les civils en fuite et dénoncent le retour d’un régime politique intégriste. Mais depuis des années, les USA jouent un double jeu avec les talibans, instrumentalisent les conflits ethniques, claniques et religieux de ce pays. Les médias fabriquent des dirigeants afghans "présentables" qui ont les mêmes histoires politiques de seigneurs de guerre, moudjahidins ou talibans.

C’est l’occident qui a tout fait pour détruire le seul régime politique afghan qui a donné leur droits aux femmes et l’école aux filles, la république afghane dirigée par des communistes de 1978 à 1992 [2], et ils passent sous silence que l’occident a financé et armés ces talibans et moudjahidins pour déstabiliser l’URSS.

Rappelons que G.W. Bush déclarait le 29 janvier 2002 : « Le drapeau américain flotte de nouveau au-dessus de notre ambassade à Kaboul […] Aujourd’hui, les femmes sont libres. », et quand les Talibans prennent Kaboul le 27 septembre 1996, la secrétaire d’État américaine Madeleine Albright déclarait « c’est un pas positif ».

Pourtant, tout le monde connaissait la nature politique des moudjahidins mobilisés contre le régime communiste avant même l’intervention soviétique. Dès 1978, les Khans et les Mollahs prennent les armes contre un gouvernement qui interdit la vente des femmes, envoie les filles à l’école et forme de premières femmes médecins, avocates ou enseignantes. Les "libérateurs" de 1992 financés par la CIA, dont le très médiatique commandant Massoud n’ont pas eu besoin des talibans pour attaquer les droits des femmes et les conquêtes sociales de la république démocratique d’Afghanistan ! Comme l’écrivait en 2002 Christine Delphy dans la revue "nouvelles questions féministes", "Taliban et Moudjahidins, ce sont bonnet beige et beige bonnet".

Télérama a la même époque confirme dans l’interview d’un musicien afghan : « Lorsque les communistes sont arrivés au pouvoir en 1979, les possibilités de concerts se sont multipliées et il m’est même arrivé d’aller faire des démonstrations dans les classes de musique des écoles de filles… Les difficultés ont commencé lorsque les moudjahidins sont arrivés en 1992 »

Voilà ce que veut cacher Anne Hidalgo surfant sur le politiquement correct des médias dominants en voulant honorer le commandant Massoud ! Voilà ce que veulent cacher tous les pleureurs de salons dont BHL, le célèbre GI des médias.

Car presque 50 ans après avoir été chassé du Viet-nam, il s’agit bien d’une nouvelle défaite des USA [3], une défaite retentissante et dont nos médias veulent cacher le coût humain, matériel et politique. Malheureusement, cette défaite ne s’est pas faite face à un mouvement national progressiste dirigé par des communistes comme au Viet-nam, mais face à un mouvement nationaliste réactionnaire et porteur de pratiques archaïques.

Il faudrait au contraire dire la vérité sur les objectifs des USA en Afghanistan, au-delà d’en faire comme le disait Kissinger le "viet-nam de l’URSS". Les données publiées par Laurent Brun sont éclairantes. Un seul fait, la production de pavot a explosé depuis l’intervention des USA ! A noter que les talibans avaient en 2000 interdit la production d’opium qui s’était alors concentré dans les zones contrôlées par l’alliance du nord dirigée par Massoud ! Mais le mollah Omar avait vite reconnu qu’il avait besoin du trafic de drogue pour les revenus des paysans. De fait, la surface cultivée a plus que doublé sous la surveillance de l’armée US !

Oui, Macron, Biden et les principaux médias occidentaux versent des larmes de crocodiles en s’inquiétant de la situation des femmes afghanes après le retour des talibans. Non, ils n’ont pas mené une guerre pour les femmes afghanes, les droits des femmes ne peuvent avancer dans ces guerres dont elles sont toujours les premières victimes.

C’est la leçon historique pour tous les internationalistes véritables, tous les progressistes et amis des peuples. On ne résout aucun problème d’un pays par la guerre. Il n’y a pas de "droit d’ingérence humanitaire" crédible qui justifierait l’intervention militaire.

Le PCF a bien raison de dénoncer l’intervention de l’OTAN, qui au passage était réalisée sur la base d’une résolution de l’ONU mais qui n’a fait l’objet d’aucun rapport d’activité ni de bilan depuis 20 ans !

Evidemment, la situation laissée par le départ de l’armée US est une catastrophe pour les afghans, mais aussi pour les pays voisins et toute la région. Un expert militaire russe conclut "les Américains laissent derrière eux un pays avec un gouvernement impuissant et une seule industrie lucrative – la production de drogues à l’échelle de tout un pays." le retrait des États-Unis d’Afghanistan est une menace pour la sécurité de la Russie”

La Chine qui combat dans le Xinjiang les intégristes ouighours revenus d’Afghanistan et qui avait proposé aux USA une alliance contre le terrorisme s’inquiète du retour des talibans. Les médias occidentaux lui reprochent de parler aux talibans. Mais les USA parlent aux talibans depuis plus de 20 ans !

C’est un conseil à tous les pays du monde et tous les dirigeants politiques qui croient qu’on peut passer un accord avec les USA, (message à l’attention spéciale des marxistes kurdes !). On ne peut jamais faire confiance à un accord avec les USA ! Biden avait répondu le 8 juillet que le gouvernement afghan avait la capacité de se maintenir en place et affirmait au président afghan qu’il maintiendrait son soutien aérien et le réapprovisionnerait en nourriture, en équipement et en fonds, après le retrait complet, qui sera achevé le 31 août.... Mais il a vidé discrètement la base principale de l’armée US en pleine nuit avant d’accélérer son départ.

Bien sûr, la puissance US va redisposer ses forces, utiliser le Pakistan, et tous les pays de la région dans lesquels ils peuvent être présent [4] car ils n’abandonneront pas leur véritable objectif, construire des bases de long terme dans leur affrontement avec la Chine. Personne ne sait ce 17 août ce que feront les talibans, les accords qu’ils passeront ou pas avec les différentes forces afghanes, les objectifs politiques qu’ils poursuivront entre nationalisme, anticommunisme et affairisme.

Mais dans ce désastre, il faut refuser de hurler ou de pleurer avec les loups qui ont mis ce pays dans ce chaos, il faut défendre le rôle de l’ONU dans une intervention diplomatique pour exiger des talibans le respect des femmes et des hommes afghans de toutes origines, pour assurer le droit au départ de ceux qui le souhaitent dans de bonnes conditions, et aussi très vite pour faire reculer la place des trafics de drogue de l’économie afghane, assurer la survie de toute la population et de trouver le chemin politique d’une reconstruction dont personne d’autre que les acteurs de ce pays ne peuvent décider.

[1et une centaine de soldats français

[2avec intervention soviétique de 1980 à 1989

[3il faut d’ailleurs comparer la fin de la présence soviétique, avec un défilé militaire du départ, et un régime qui tiendra face aux moudjahidins et talibans financés et armés par les USA pendant plus de 2 ans, jusqu’à ce que Gorbatchev et Eltsine lui coupe les vivres, alors que l’armée US est parti en catimini et dans le chaos, laissant un semblant de gouvernement qui ne fera semblant de résister que pendant quelques jours

[4et notamment en Syrie pour continuer à y exploiter illégalement du pétrole

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).