Rencontre nationale du réseau du 7 janvier

Campagne(s) communiste(s) : quels contenus ? Proposition de pistes d’action Intervention de Paul Barbazange

, par  Paul Barbazange , popularité : 3%

Le débat lors de cette rencontre a été passionnant. Riche de la diversité des expériences et des situations. Comment entrer partout dans la construction de campagne autonome pour les deux campagnes présidentielles et législatives sans céder ni à la France insoumise ni aux pressions des groupes socio-démocrates dans notre parti ? Cette question ambitieuse a irrigué les échanges. Je souhaite que la publication de nombreuses interventions sur le site nous aide à y associer plus de communistes. S’ajoutant à la brève et efficace introduction de Jean pierre nous prolongerons ainsi nos réflexions.

Aujourd’hui, bien que séparés par nos conditions de vie militantes différentes nous sommes tous des communistes expérimentés qui ont choisi de rester membres actifs du PCF pour transmettre le meilleur de l’héritage de près de 100 ans de luttes idéologiques et politiques. Les mois a venir vont être terriblement complexes, nous savons notre parti comme la classe ouvrière affaibli par les dernieres années, les derniers mois.
Paradoxalement le besoin d’expression et d’organisation communiste devient plus sensible à plus de militants, adhérents ou non. Jeunes surtout, mais aussi de tout âge. Nous avons légèrement amélioré notre résultat lors du congrès en voix et en pourcentage, la conférence nationale s’est prononcée à 54 % pour une candidature communiste, ainsi que 47 % des communistes lors du vote final.
Nous avons deux gros points faibles la Région parisienne où nous reculons et la région marseillaise ; deuxième ville de France quand même !
Nous sommes moins isolés que l’actuelle direction ! J’en suis convaincu. La principale erreur serait, épuisé par les coups, de mal apprécier cette situation. Nous ne sommes plus en 1992 quant le parti communiste italien a été bradé par ses militants en moins de 6 mois, immédiatement après la disparition du camp socialiste. La crise du capitalisme accélérée depuis 2008, les difficultés de l’impérialisme et l’évolution possible vers un monde multipolaire, ainsi que le BREXIT après le vote des français en 2005 dégagent un espace historique aux savoirs, aux analyses et aux pratiques marxistes.
L’Eurocommunisme des années 80 a fini de mourir dans la soumission de Syriza aux lois d’airain du capital en 2016. Nous devons impulser dans le parti une analyse de qualité sur ce qui vient de se passer en Grèce. Notre incapacité à l’analyse de fond après la disparition du camp socialiste, notre impuissance théorique sur cet objet ne doit pas se reproduire. Prenons des initiatives en aidant à ce que se posent les bonnes questions, y compris à des non communistes. Ce n’est pas P. Laurent qui nous aidera.
Le terrorisme et l’état de guerre sur le territoire français, très insuffisamment pris en compte par le réseau doivent devenir un des sujets d’action communiste.

Le besoin d’analyses, de perspectives, de projets et d’actions communistes peut s’exprimer plus fort. Dans mon département dans le peloton de tête en nombre d’adhérents, c’est la raison fondamentale qui a permis à un jeune membre de notre réseau Nicolas Cossange d’être élu SD avec 80 % des voix, le secrétaire de la JC est aussi membre du réseau. Si tous deux ne sont pas là aujourd’hui comme ils avaient prévu de l’être, c’est parce qu’ils sont grippés ou retenus.
Dans un nombre réel de circonscriptions législatives du pays nous pourrons influencer le choix des candidatures, les contenus. Il nous sera possible d’être dans la campagne des présidentielles sur un contenu communiste cohérent. La question du "cadre autonome de campagne" sur laquelle la direction semble en difficultés doit beaucoup nous préoccuper aujourd’hui. Il nous est possible de poursuivre et renforcer l’orientation politique de "Faire vivre et renforcer le PCF". C’est pour cela qu’il faut être présents dans les présidentielles comme aux législatives. Mélanchon est maintenant notre candidat à la présidence. Il n’est pas le Mélanchon de 2012. Sur des questions essentielles il est aujourd’hui bien plus éloigné de nous qu’en 2012. Et sur des question lourdes de sens : démocratie, respect des organisations, écologie sur le mode décroissant, surtout salaire. Par contre n’oublions pas que sur d’autres nous sommes plus proche de lui que de P. Laurent : la distance à prendre avec l’Europe du capital par exemple.
Passons donc les six mois à venir à défendre une perspective communiste : Ruptures avec le capital et son fonctionnement, développements de la démocratie populaire, luttes, actions pacifistes. Au moment du congrès nous avons défendu ce programme communiste avec fermeté. Depuis nous n’avons pas cédé ce qui nous a permis d’être un des pivots, si ce n’est le pivot le plus clair du rassemblement pour une candidature communiste. Pendant plusieurs mois nous avons travaillé avec des communistes d’opinions différentes réunis sur la nécessité d’avoir un candidat à la présidentielle. Aujourd’hui il nous est possible de continuer malgrè les différences.
Dans l’Hérault nous allons demander à André Chassaigne de venir présenter les candidats communistes aux législatives. Ce sera pour nous une occasion de plus de réaffirmer que notre conviction est bien que dans le PCF il y a aujourd’hui deux stratégies antagoniques : ceux qui pensent avec R Hue et ses continuateurs que le congrès de Tours a été contre productif et ceux qui affirment toujours la nécessité d’un parti porteur des intérêts des exploités, tourné vers la sortie du capitalisme.
C’est notre raison de militer, l’histoire la valide. Deux options opposées qui ne recoupent pas forcément les derniers vote, de nombreux communistes on choisi Mélenchon pour un faisceau de raisons de nature différentes en étant eux même conscients de la nécessité du parti répondant à la violence du capitalisme. Travaillons cette question maintenant. Sachons permettre que se dégagent partout entre tous ceux qui pensent nécessaire l’organisation communiste de larges synergies d’action. La vie rends cette ambition possible. C’est ce qui nous permettra d’unir les communistes à l’interne et de veiller à l’extérieur du parti à d’autres synergies avec tous ceux qui pensent aussi la révolution anti capitaliste obligatoire.
Socialisme ou barbarie comme le disait Castro.

Paul Barbazange secrétaire de la section de Béziers, membre du CN.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).