Travailleurs sans-papiers (Paris) : nouvelle grève dans une manucure du Bd de Strasbourg

, par  Jacques Tourtaux , popularité : 2%

Cette fois encore, le boulevard de Strasbourg à Paris est le théâtre d’une nouvelle grève de salariés chinois et africains - essentiellement des femmes - employé(e)s d’une onglerie. Faisant suite au conflit victorieux de leurs collègues au numéro 50, les employé(e)s du 57 ont débuté une grève, jeudi 22 mai, parce qu’ils n’ont pas perçu intégralement leur salaire depuis des mois et ne sont pas déclarés par leur employeur. Seuls deux d’entre eux disposent d’un titre de séjour.

Ils occupent la boutique du 57 Boulevard de Strasbourg avec le soutien de l’union syndicale du commerce CGT de Paris, de l’union locale CGT du 10ème arrdissement et de l’union départementale CGT de Paris.

Ces travailleurs revendiquent avec la CGT que leur travail soit reconnu et rétroactivement déclaré, que leurs salaires soit versés intégralement. Ils demandent également à être régularisés afin de mettre un terme à cette situation d’exploitation et de travail dissimulé.

« A Paris, Le boulevard de Strasbourg avec ses salons de coiffure et d’esthétique, est l’exemple flagrant d’un système d’exploitation scandaleux, de conditions de travail déplorables et d’insalubrité qui ne cesseront que lorsque les travailleurs sans-papiers de ces salons seront régularisés et déclarés », affirme la CGT dans un communiqué.

Une grève qui fait écho au récent conflit mené dans une onglerie de la même rue, où des travailleuses - chinoises et africaines - viennent d’obtenir la régularisation de leur situation après trois mois de grève.

Écouter Patrick Picard, secrétaire général de l’Union Départementale de Paris.

Buffalo Grill : grève au menu

Un mouvement de grève touche la chaîne de restaurants Buffalo Grill ce week-end. Les salariés protestent contre la suppression envisagée de leurs heures supplémentaires.

Les salariés de la chaîne de restaurants Buffalo Grill sont en grève ce week-end. Une soixantaine sur 200 ont été touchés par le mouvement samedi 31 mai. Ce dernier pourrait être reconduit le week-end prochain.

A l’origine de cette grève, le souhait de la direction de moduler le temps de travail afin qu’il n’y ait plus d’heures supplémentaires. Des heures qui représentent 5 à 10% du salaire des employés de Buffalo Grill qui rappellent que leur entreprise réalise "12 à 15 millions de bénéfice net".

Outre ce manque à gagner, les salariés ont surtout l’impression d’être des pions. « Vous avez le droit de faire des heures supplémentaires quand on a besoin de vous, mais elles ne sont pas payées », résume Michel Gibert, assistant manager chez Buffalo Grill.

http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/06/01/buffalo-grill-greve-au-menu/

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).