Non au procès politique ! Soutien aux jeunes de Saint-Étienne !

, par  Stéphane Tambuzzo , popularité : 7%

Non au procès politique ! Nous soutenons les jeunes poursuivis pour les actions contre la "Loi Travail" à Saint-Étienne !

Le 13 juillet 2016, Martin, 24 ans, Nina, 24 ans, Jules, 25 ans, et Yvan 29 ans, sont convoqués devant le Tribunal de St-Etienne pour y être jugés. Ils sont accusés de dégradations, de rébellion et de violences sur policiers suite à la manifestation du 12 mai au cours de laquelle un millier de personnes est allé interpeller les deux députés de St-Etienne sur la loi travail et le 49-3. Ces accusations graves - dont les conséquences peuvent être lourdes pour la vie de jeunes qui sont : étudiant en sociologie et surveillant, employée, assistant de vie scolaire, musicien -, sont mensongères. Il s’agit d’un procès politique pour frapper des opposants à la "loi travail", et faire déraper un mouvement social qui ne faiblit pas malgré toutes sortes de manœuvres. Car depuis plusieurs mois c’est une stratégie de la tension qui est mise en œuvre dans de nombreuses villes par le gouvernement Valls-Cazeneuve, pour faire peur, décrédibiliser le mouvement et le faire basculer dans la violence.

A St-Etienne, depuis début mars, les journées de mobilisation contre la loi travail se succèdent à l’initiative des organisations syndicales et de jeunesse. Elles sont marquées par la présence dynamique des jeunes, dont des milliers d’entre eux sont descendus dans la rue. Pas difficile de comprendre pourquoi. Déjà victimes d’une précarité de masse, ils seront au premier rang pour encaisser la suppression des droits, garanties et protections contenus dans le code du travail que cette loi démantèle, puisque la possibilité pour le patronat d’imposer des accords d’entreprises inférieurs à la loi et inférieurs aux conventions collectives des branches donnera le signal d’un dumping social généralisé.

A ceux qui veulent précariser les jeunes, les jeunes répondent "résistance", et le cortège jeune l’a fait, en actes et avec des images fortes : le 31 mars en construisant avec des parpaings le "mur du dialogue social" devant le Préfecture, le 9 avril en dénonçant les banques alors qu’éclatait le scandale des Panama papers, le 28 avril en guillotinant le Code du Travail sur les marches de l’Hôtel de Ville, le 3 mai avec la parade des esclaves enchaînés du MEDEF, le 12 mai en interpellant les députés et en tendant une banderole sur la façade de la permanence de JL Gagnaire, supporter de la loi travail, du 49.3 et complice de l’évasion fiscale des profits des grandes entreprises. Ce sont ces actions pleines de sens que le pouvoir ne supporte pas. Elles ont été menées sans aucune violence physique. A St-Etienne, les commerçants ne ferment jamais leurs vitrines - pas besoin… Elles ont été faites sans violences vis-à-vis des policiers, alors même que depuis le 31 mars, des policiers sans brassards - certains cagoulés -, infiltrent le cortège des jeunes, les insultent, les menacent et les provoquent.

Le 12 mai, un millier de personnes a interpellé les deux députés de St-Etienne. Une banderole a été déployée depuis le balcon de la permanence de JL Gagnaire, absent au rendez-vous. Il reconnaît lui-même « ni vol ni vandalisme » dans sa permanence.
Mais le 13 mai le ministre de l’intérieur Cazeneuve de passage à St-Etienne a appelé à « punir les casseurs » et « professionnels de la haine ». Arrêtés chez eux avec perquisitions de leurs logements et de celui de certains de leurs parents le jeudi 2 juin à 6 heures du matin, dans une opération qui a mobilisé une centaine de policiers, puis gardés à vue 36 heures, Martin, Nina, Jules et Yvan ont été traités comme des « terroristes ». Le 13 juillet prochain, ils seront conduits au Tribunal accusés de dégradations, rébellions violences sur policiers. C’est un procès politique dont l’objectif est de faire taire et dérailler le mouvement social contre la loi travail, et de punir des jeunes qui s’occupent de la politique de leur pays.

Nous ne sommes pas dupes de la stratégie du gouvernement pour imposer une loi inspirée par le MEDEF. Nous exigeons que cessent ces opérations de provocation, nous exigeons le respect des libertés publiques. Nous affirmons notre solidarité avec les jeunes menacés et notre soutien à leur engagement citoyen, syndicale et politique contre la loi Travail.

Nous exigeons leur relaxe ! Nous appelons à les soutenir et à être à leurs côtés le 13 juillet au Tribunal de Saint-Étienne. Deux actions à retenir :

- Manifestation à 11h mercredi 13 juillet, départ devant la Bourse du travail de Saint-Étienne !
- Rassemblement à 13h mercredi 13 juillet, devant le Tribunal de Grande instance de Saint-Étienne !

Premières organisations signataires :

Mouvement des Jeunes Communistes de la Loire (MJCF42), Comité CGT des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires de Saint-Étienne (CGT-CTPEP), #OnPeutVivreMieux, Parti Communiste de la Loire (PCF42), Collectif pour la solidarité entre les peuples et contre les guerres impérialistes, Loi Travail : Non Merci 42, Union Départementale CGT 42, Comité Antifasciste Saint-Etienne, Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF - organisation nationale), Union des Étudiants Communistes (UEC - organisation nationale), Union des Étudiants Communistes de la Loire (UEC42), Nouveau Parti Anticapitaliste de la Loire (NPA42), Syndicat CGT des Travailleurs Précaires et Privés d’Emploi de Montpellier, Jeunes Communistes de Lyon, Union locale CGT d’Aulnay-Sous-Bois, Union locale CGT Saint-Etienne, Organisation de Solidarité Étudiante (OSE), Ensemble ! 42-Sud, Mouvement Jeunes Communistes du Loiret (MJCF45), Mouvement Jeunes Communistes du Loire-et-Cher (MJCF41), Association des Amis de l’Humanité Loire, Union locale CGT Roanne, Comité Départemental de la Loire pour la Relaxe des 8 de Goodyear pour les Droits et la Défense des Libertés Individuelles et Collectives (DDLIC42), Union locale CGT Rive-de-Gier, Collectif Truc Machin, Coordination des Groupes Anarchistes Saint-Étienne (CGA), Coordination des Intermittents et Précaires de la Loire (CIP42), Comité Nationale CGT des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires (CNTPEP-CGT - organisation nationale), Réseaux Citoyens, Section PCF de Saint-Étienne, Mouvement des Jeunes Communistes des Bouches-du-Rhône (MJCF13), Mouvement des Jeunes Communistes d’Ardèche (MJCF07), Section PCF de Firminy, Union locale CGT Feurs, Union Syndicale Régionale de l’Agroalimentaire et des Forêts Rhône-Alpes (USRAF-CGT Rhône-Alpes), Union locale CGT de Boën, Section PCF de Rive-de-Gier, Parti de Gauche Loire (PG42), Mouvement des jeunes Communistes de l’Hérault (MJCF34), Comité CGT des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires de Lyon 7e-8e,...

Premiers signataires :

Jean-Michel Gourgaud (secrétaire général de l’UD CGT 42), Cécile Cukierman (conseillère régionale PCF Rhône-Alpes-Auvergne et sénatrice de la Loire), Camille Lainé (secrétaire nationale du MJCF), Bureau nationale de l’UEC, Antoine Guerreiro (secrétaire national de l’UEC), Raphael Da Silva (secrétaire politique de section des JC de Lyon), Alain Pecel (secrétaire fédéral du PCF42), Yves Ravel (ancien adjoint au sport PCF de la mairie de Saint-Etienne), Corinne Oumakhlouf (co-secrétaire départementale du PG42), Martin Pontier (secrétaire fédéral du MJCF42), Denis Rivier (secrétaire du comité NPA de Saint-Étienne), Laurent Barbier (secrétaire général de l’UL CGT d’Aulnay-sous-Bois), Sylvain Valla (secrétaire général de l’UL CGT Saint-Etienne), Damien Neel (responsable d’OSE), Ghiles Salhi (secrétaire général de la CGT-CTPEP de Montpellier), Mathilde Moulin (secrétaire fédéral du MJCF45), Alexis Bouchou (secrétaire fédéral du MJCF41), Daniel Linossier (président de l’Association des Amis de l’Humanité Loire), Marie-Hélène Thomas (élue communiste à la ville de Saint-Étienne), Maryse Bianchin (élue communiste à la ville de Saint-Étienne), Olivier Morin (journaliste à l’Humanité et conseiller municipal communiste à Mont-Pres-Chambord [41]), Serge Lenoir (secrétaire général de l’UL Roanne), Ginette Moulin (secrétaire adjointe de l’UL Rive-de-Gier), Christophe Faverjon (maire d’Unieux [42]), Marc Faure (maire de la Ricamarie [42]), Cyrille Bonnefoy (premier adjoint au maire de la Ricamarie [42]), Philippe Nackaerts (secrétaire général du CNTPEP-CGT), Nathalie Desa Ferriol (conseillère départementale de la Loire), Violette Auberger (conseillère départementale de la Loire), Roger Dubien (Réseaux Citoyens), Vanessa Pecel (secrétaire de la section PCF de Saint-Etienne), Coralie Cros (secrétaire fédérale du MJCF07), Jean-Jacques Charroin (secrétaire de section du PCF Firminy), Marie-Christine Eigeldinger (secrétaire générale de l’USRAF-CGT Rhône-Alpes), Ludwig Beraud (secrétaire général de l’UL CGT Feurs), Camil Antri Bouzar (secrétaire fédéral du MJCF13), Catherine Barra (secrétaire générale de l’UL CGT de Boën), Christophe Privas (secrétaire de section PCF Rive-de-Gier), Mireille Carrot (secrétaire générale adjointe de l’UD CGT42 et membre de la commission exécutive confédérale), Romain Barbazange (secrétaire fédéral du MJCF34), Tennessee Garcia (secrétaire général du CTPEP-CGT Lyon 7e-8e), Patrick Soulinhac (secrétaire général de l’UL CGT Lyon 7e-8e), Jean-Luc Ferrapie (secrétaire général de l’UL CGT d’Andrezieux-Bouthéon), Magali Badiou (secrétaire générale du syndicat CGT des territoriaux de Saint-Étienne et secrétaire fédérale CGT du Service public), Georges Günther (Réseaux Citoyens), Thomas Boulard (conseiller municipal PCF de Divion [62]), Gérard Charrue (secrétaire général du CTPEP-CGT de l’Yonne), Laurie Narduzzo (secrétaire générale de l’UL CGT Ondaine),...

Voir en ligne : Signez la pétition en ligne

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).