Maxime Gremetz emmené au SAMU après une charge policière

, par  communistes , popularité : 2%

Nous apportons notre solidarité fraternelle au député communiste Maxime Gremetz, bousculé par les forces de l’ordre à la fin de la manifestation du 7 Septembre.

Comme toujours, la bataille idéologique transforme les victimes en coupables potentiels, mais la vidéo complète montre sans aucune ambiguïté le contexte de la bousculade ; une intervention musclée des forces de l’ordre chargée de "nettoyer" une place, alors que rien ne s’y passe d’autre qu’une fin de manifestation calme et pacifique. Nul groupe d’agitateur, pas de casque ou de visage caché, pas de bagarre ou de jet de projectile... Et au milieu, un député qui répond à un journaliste !

Ces faits ne viennent bien sûr que s’ajouter à la longue liste des agressions contre les syndicalistes, manifestants, contestataires dans toute la France.

Mardi 7 septembre – 20H30 à Paris : Maxime Gremetz, député de la Somme, vient d’être emmené au SAMU suite à une intervention policière. Mr Gremetz manifestait contre la réforme des retraites depuis le milieu d’après midi. Après la dispersion de la manifestation, le député s’écarte puis téléphone. Il est dos au CRS quand ceux ci chargent, il est bousculé, le choc éteint notre caméra. Tout le monde reprend ses esprits quand un jeune homme est interpelé sans raison apparente, le député demande des explications. Il est important de préciser que dès l’annonce de la fin de manifestation, plusieurs personnes sont arrêtées dans des conditions similaires : elles ne bougent pas, ne disent rien et sont hors des limites imposées par les cordons de CRS. S’agit-il d’individus qui ont été filmés dans des situations violentes ou sont-ils victime de la politique du chiffre, voir même de dissuasion politique ? Aucun policier ne répond…

Notre équipe rallume la caméra quand les CRS repoussent Mr le Député à coup de bouclier, un barrage est établit entre lui et nous. Le temps de faire le tour, Maxime Gremetz insiste pour avoir des explications sur l’interpellation en cours, il est repoussé du bout d’une matraque et à coup de pieds dans les tibias. Après la bousculade il tombe au sol. Les pompiers mettent ensuite 20 minutes avant d’arriver, le camion passant dans la mauvaise rue sans qu’aucun membre des forces de l’ordre ne lui fasse signe, les officiers en civils préférant filmer le député à terre. Pompiers et SAMU rejoignent enfin les lieux. Mr Gremetz semble très éprouvé, il est emmené dans l’ambulance…

De ce que nous avons pu voir, il est impossible de dire que Mr Maxime Gremetz est tombé lorsqu’il a reçu un coup, il semblerait même y avoir un petit laps de temps entre les deux. Mais nous l’avons très clairement vu recevoir des coups de boucliers.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).