Le texte en discussion du « nouveau projet européen du PCF » est, à mon avis, d’orientation social-démocrate de gauche.

, par  Jean-Jacques Karman , popularité : 3%

Position de Jean Jacques Karman membre du CN du PCF.

Premièrement, ne confondons jamais l’Union Européenne, organisme créé par les capitalistes, avec l’Europe continentale. Dans le texte, la nature capitaliste de l’Union Européenne n’y est jamais mentionnée. L’Union Européenne serait-elle neutre ? Les beaux mots de démocratie et de liberté apparaissent à plusieurs reprises, mais sans contenu de classe. Par contre, sont absents ceux de luttes de classe, impérialisme, socialisme, classe ouvrière, rupture avec le capitalisme, révolution, nationalisation...

Nous sommes loin d’une analyse marxiste, loin des enjeux actuels de la lutte des classes en Europe. Nous sommes devant un texte humaniste qui a forcément ses limites et surtout qui ne transformera jamais l’UE capitaliste en Europe des travailleurs.

Il ne faut pas perdre de vue que la lutte des classes est d’abord nationale, et c’est à partir de ruptures avec le capitalisme dans plusieurs pays que pourra se construire une structure internationale non capitaliste dans cette partie du monde.

Aujourd’hui, la « refondation de l’UE » proposée par le texte n’est que l’appendice de la thèse réformiste, au plan national, de la 6ème République (bourgeoise), alors que pour le Parti communiste français, l’objectif devrait être la première République sociale, démocratique et populaire de France, ouvrant la possibilité d’une organisation sociale et démocratique avec des pays voisins, y compris des deux côtés de la Méditerranée. Personnellement je me sens plus proche de l’Algérie que de la Lituanie.

Dans le texte, des initiatives pour la paix sont proposées (il n’ose pas, quand même, proposer la refondation de l’OTAN), mais rien n’est indiqué sur la nécessaire sortie de l’OTAN. Il est même proposé « un plan Marshall euro-méditerranéen », proposition incroyable pour des communistes lorsqu’on sait la nature de la référence historique. La « transformation » des missions de la Banque centrale européenne est énoncée, donc son maintien, alors que la priorité pour des communistes devrait être dans chaque pays, la nationalisation de tout le secteur bancaire (sans indemnisation des capitalistes) pour revenir à la question nationale du changement de société.

Jusqu’au traité de Maastricht en 1992, notre parti a toujours été, avec raison, contre l’Union Européenne capitaliste. Ensuite, nous avons vécu une dérive avec « Bouge l’Europe » chère à l’ex-communiste et ex-président du PCF Robert Hue. Comme si l’Union Européenne du capital pouvait devenir une Europe sociale. L’Union Européenne ne peut pas devenir une Europe sociale ni être refondée pour devenir une Europe solidaire. Cet organisme a été façonné dans le seul but de servir les intérêts du capital. Pour les intérêts du peuple, il faut détruire l’Union Européenne et au plus vite construire autre chose, d’une autre nature de classe. Les avancées en Amérique Latine sur cette question doivent être analysés

L’expérience désastreuse de la participation communiste au gouvernement social-démocrate de Jospin de 1997 à 2002 devrait nous enseigner qu’il n’y a pas de troisième voix et qu’il n’y a que deux côtés à une barricade, celui du capital et celui de la classe ouvrière et du peuple.

La seule position juste impose une résistance face à la remise en cause des avancés sociales pour le peuple. Celles-ci ont été obtenues dans le cadre de la lutte des classes au plan national face au capital. Il est impératif d’abroger tous les traités européens et de rompre tous liens avec l’Union Européenne capitaliste. Ainsi que de remettre en cause l’Euro, qui est intimement lié à l’UE, comme viennent de le décider plusieurs partis communistes en Europe.

Jean-Jacques Karman

Aubervilliers, le 11 novembre 2013

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).