Le Front National : Les chiens ne font pas des chats. article de Léon Landini

, par  Leonlandini , popularité : 1%

Le Front National : Les chiens ne font pas des chats.

De nombreuses personnes sont décontenancées par le nouveau visage offert par le Front National depuis l’accession de Marine Le Pen à sa tête, des analystes, des journalistes et d’autres individus proches de Marine Le Pen ont inventé une nouvelle gomme magique : la « dédiabolisation ».

Par ce subterfuge ils souhaitent rassurer le monde et nous faire croire que le FN serait devenu un Parti compatible et pourrait désormais appartenir lui aussi à la sphère démocratique.

Il s’agirait là d’une énorme et surprenante évolution de l’organisation fascisante sinon fasciste, fondée en 1972 par son père et composée à l’origine d’anciens collabos de la pire espèce, entre autres de fascistes notoires, des tueurs de l’OAS et des nervis d’Ordre Nouveau.

Au moment où de braves gens trompés par les médias s’apprêtent peut être à voter pour Marine, avant qu’ils n’accomplissent ce geste, Il convient de leur rappeler qui a fondé le FN et qu’elles étaient les relations intimes que certains criminels notoires entretenaient avec Le Pen.

Par ailleurs, malgré certaines simagrées de désaccords qui apparaissent publiquement entre le père et la fille, cela n’a pas l’air très fondamental, car c’est tout de même le père qui finance et qui soutient la campagne électorale de sa fille, ce qui signifie que leurs désaccords politiques ne sont vraiment qu’apparents.

En juin 1973 le mouvement fasciste appelé « Ordre Nouveau » est dissout par un décret du ministre Raymond Marcelin.

Parmi les tous premiers organisateurs du Front National figurent une kyrielle d’individus issus d’Ordre Nouveau ou d’autres organisations d’extrême-droite et fascistes, qui actuellement encore démontrent par leurs présences aux côtés des Le Pen que ce Parti reste un parti d’extrême droite et que ce n’est pas avec lui que la situation des travailleurs français pourra s’améliorer.

Pour bien resituer la place du Front National dans le monde actuel, il convient de présenter quelques brèves biographies sur les fondateurs de ce Parti.

Voici d’ailleurs quelques exemplaires des promoteurs du Front National qui démontrent clairement que la démocratie n’était pas leur fort.

Commençons par :

Pierre Bousquet  :

Membre du Parti franciste depuis 1935, il était devenu délégué général du bureau de commandement de la jeunesse franciste en 1941. Ancien caporal de la 33è division de grenadiers SS Charlemagne, il fait partie des 300 français qui combattirent les Russes en avril 1945 dans la capitale allemande.

Il a été membre du premier bureau politique du Front National et son premier trésorier pendant 9 ans.

A son sujet, Jean-Marie Le Pen disait : « Bousquet a peut-être eu les responsabilités que vous dites, il a peut-être été un ancien SS, mais moi je suis de ceux qui sont pour la réconciliation des Français…C’était le rassemblement des patriotes français ».

Léon Gaultier

Il a été secrétaire à l’information du Gouvernement de Pétain.

Il fut également un des fondateurs de la Milice Nationale de Pétain.

Lieutenant des Waffen SS, il commanda une unité française sur le Front de l’Est durant l’été 1944.

A son retour en France, frappé d’indignité nationale, il fut emprisonné et condamné aux travaux forcés. Libéré après avoir passé une certaine période en prison, il devint en 1972, cofondateur du Front National, dont il fut trésorier, il figure comme une personnalité importante parmi les membres fondateurs de cette organisation.

François Duprat

L’homme d’extrême-droite qui inventa le Front National.

Auteur spécialisé dans le fascisme et les mouvements d’extrême-droite.

Il eut un rôle fondamental dans la naissance et l’ascension finale du Front National.

Adepte des thèses révisionnistes. Il fut une des figures de l’extrême-droite dans les années 1960/1970. Il était à ce moment-là N° 2 au Front National.

Il était auparavant adhérent de diverses organisations fascistes, comme l’OAS en passant par la Fédération des étudiants nationalistes et Ordre Nouveau.

C’est lui par exemple, qui souffla à Jean-Marie Le Pen, une expression devenue une des marques du parti d’extrême droite, le fameux : « Un million de chômeurs, c’est un million d’immigrés en trop » expression reprise aujourd’hui sous d’autres formes par Marine Le Pen.

Le positionnement économique et social défendu par Duprat au FN et le soi-disant « nouveau » discours de Marine Le Pen, présentent des similitudes frappantes.

François Brigneau :

Militant d’extrême-droite. Il adhère au « Frontisme » en 1937. Membre du Rassemblement National Populaire de Marcel Déat, il s’oriente vers la Collaboration et en juin 1944, au lendemain du débarquement allié en Normandie, il s’engage dans la Milice.

Arrêté au lendemain de la Libération, il est emprisonné à Fresnes où il partage la cellule de son ami Robert Brasillac.

Libéré, au moment de la création du FN il en devient Vice-Président

Un demi-siècle plus tard, « il tire toujours une certaine gloire » de ses engagements et se vante d’avoir été un compagnon de cellule de Brasillac. – Brasillac est surtout connu pour son engagement à l’extrême-droite. Membre de l’Action Française, dans les années 1930 il évolue vers le fascisme. et antisémite Sous l’occupation, il devient rédacteur en chef du journal collaborationniste

« Je suis partout » dans lequel il laisse clairement apparaitre sa haine des juifs, du Front Populaire, de la Résistance et de la République, ainsi que son admiration pour le IIIème Reich. En 1943, Il part aux côtés du journaliste collaborateur Fernand de Brinon sur le front de l’Est, rendre visite pour encourager les soldats de la Légion des Volontaires Français (LVF) contre le bolchévisme.

Après la Libération il est jugé pour sa participation à la collaboration et à cause de ses virulents écrits antisémites et contre la Résistance, il fut condamné à mort et fusillé.

Au début des années 1960, Jean Marie Le Pen n’ayant rien renié de son passé sulfureux, se rend en Espagne pour aller saluer d’anciens compagnons de combat.

Il est allé rendre visite à Abel Bonnard – à Louis Darquier de Pellepoix – à Léon Degrelle – et à Otto Skorzeny.

Pour la bonne compréhension et pour savoir ce que valaient ces rencontres il nous semble utile de rappeler qui sont ces individus.

Abel Bonnard :

Maurassien, il évolue vers le fascisme dans les années 1930.

Partisan d’un rapprochement franco-allemand, il devient, durant la seconde guerre mondiale, une figure de la collaboration avec l’occupant nazi.

Nommé ministre de l’Education Nationale en 1942, il fait partie des « ultra » et des derniers partisans du régime de Vichy.

Au moment de la Libération, par crainte de se faire arrêter il se réfugie à Sigmaringen en Allemagne.

Après la Libération, un tribunal le condamne à la peine de mort par contumace, il s’exile en Espagne où sous la protection de Franco il y meurt en 1968.

Louis Darquier de Pellepoix

Individu politique d’extrême droite, il est principalement connu pour son engagement antisémite et pour son activité de collaborateur durant la seconde guerre mondiale.

Partisan de la collaboration avec l’Allemagne nazie, il est en mai 1942 nommé par Pierre Laval, à la direction du Commissariat général aux questions juives, c’est à ce moment-là que la déportation de juifs atteignit leur apogée.

A la Libération, se sachant rechercher il fuit en Espagne. Condamné à mort par contumace, il y reste protégé par Franco et y meurt à l’âge de 82 ans, sans jamais avoir été inquiété et sans jamais avoir rien renié.

Léon Degrelle : Journaliste et homme politique engagé à l’extrême droite. Il est surtout connu pour son engagement antisémite et pour son activité de collaborateur durant la seconde guerre mondiale. Partisan de la collaboration avec l’Allemagne nazie, il est nommé en mai 1942 par Pierre

Laval, à la direction du commissariat général aux questions juives en remplacement de Xavier Vallat jugé beaucoup trop modéré.

Il entama une carrière politique, en fondant le mouvement Rex, au départ Parti nationaliste, qui devint rapidement un Parti fasciste, puis durant la seconde guerre mondiale, se rapprocha du national-socialisme, pour finir dans la collaboration avec l’occupant allemand.

Engagé volontaire, il combattit sur le front de l’Est avec le grade de commandant dans la 28è division SS Wallonie, la guerre terminée pour fuir l’épuration, comme beaucoup d’autres crapules de son genre, il partit se réfugier auprès de Franco en Espagne.

Il y vécut près de cinquante années, non seulement en toute quiétude mais en s’érigeant toujours comme un ardent défenseur du nazisme et des thèses négationnistes. Il s’imposa comme une référence de l’extrême droite.

Otto Skorzeny.

Il rejoint le Parti nazi autrichien en 1931.

Comme colonel SS il participa à de très nombreuses opérations prestigieuses, telle que l’évasion d’une prison italienne de Mussolini en 1944.

Mais le souvenir que beaucoup de déportés ont gardé de lui, c’est que devant l’avancée de l’armée rouge, les nazis déplaçaient les déportés d’un camp à un autre.

Cela se faisait à pieds et le colonel Skorzeny suivait à motos ce troupeau de malheureux et dès que l’un d’entre eux n’arrivait plus à suivre, il sortait un révolver niché dans sa botte et lui tirait une balle dans la tête. Cela nous a été affirmé à de multiples reprises par des anciens déportés ayant eu à vivre ces effroyables moments.

Jean Marie Le Pen et sa fille.

Jean Marie Le Pen n’a toujours rien renié de son passé, au contraire c’est sans aucune vergogne qu’il répète ses infamies.

En effet le 2 avril 2015, il revient sur ses propos polémiques de 1987, qui ont été condamné par une écrasante majorité de la population française, en réaffirmant que les chambres à gaz ne sont qu’un détail de l’histoire.

Et le 9 avril 2015, il refuse de considérer que Philippe Pétain était un traitre.

Non seulement sa fille n’a jamais contredit les déclarations de Jean Marie Le Pen, mais voilà que les sondages, concernant l’élection présidentielle, la place en tête des candidats au poste de président de la République, avec cet avantage se croyant devenue intouchable, elle vient d’effectuer une déclaration plus qu’ambiguë sur le Vél’ d’Hiv qui a soulevé beaucoup de vagues. Cette déclaration correspond parfaitement à celles que son père a effectué et continu à effectuer régulièrement en prenant la défense de ceux qui ont voulu trainer notre pays dans la boue et dans le déshonneur.

Avec mes fraternelles salutations à vous tous.

LANDINI Président du Pôle de Renaissance Communiste en France.

Président de l’Amicale des Anciens FTP-MOI des bataillons
Carmagnole-Liberté

Texte paru sur le site « d’Initiative Communiste ».

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).