L’histoire des cinq

, par  Jacqueline Roussie , popularité : 3%

Gerardo Hernandez, Antonio Guerrero, Ramon Labañino, Fernando Gonzalez et René Gonzalez, « les Cinq » comme on les appelle, sont des Cubains emprisonnés depuis plus de 13 ans aux États-Unis.

Les Cinq étaient des agents cubains faisant partie du réseau "Avispa". Ils avaient été envoyés dans les années quatre-vingt-dix à Miami par leur gouvernement pour infiltrer les groupes terroristes de Floride et prévenir les attentats contre leur pays.

Il faut savoir que les États-Unis, depuis plus de cinquante ans, soutiennent, voire organisent le terrorisme à l’encontre de Cuba. Ils n’ont jamais admis que Cuba soit un pays souverain, libre de son choix de société. En 1960, le sous-secrétaire d’État pour les Affaires interaméricaines, Lester D. Mallory, préconisait dans un mémorandum : « La majorité des Cubains soutient Castro, il n’y a pas d’opposition politique efficace. (…) Tous les moyens doivent être entrepris rapidement pour affaiblir la vie économique de Cuba (…) Une mesure qui pourrait avoir un très fort impact serait de refuser tout financement et livraison à Cuba, ce qui réduirait les revenus monétaires et les salaires réels et provoquerait la famine, le désespoir et le renversement du gouvernement ».

Depuis telle est la ligne de conduite des U.S.A. envers Cuba, non seulement il y a le blocus, mais les actes terroristes se sont multipliés du fait des organisations financées et souvent mises en place par les gouvernements des États-Unis.

Ces attentats ont fait de nombreuses victimes. Il est impossible de les citer tous, mais signalons tout de même celui contre le vol 455 de la Cubana, le 6 octobre 1976.

Cet attentat a causé la mort des 73 passagers et membres de l’équipage. Ses concepteurs sont Orlando Bosch et Luis Posada Carriles. Orlando Bosch est décédé en 2011, il avait été gracié par George Bush père en 1990. Luis Posada Carriles, lui, après quelques années d’emprisonnement, et de nombreuses années de cavale et de terrorisme, vit tranquille sous le soleil de Miami après avoir été jugé sur les conditions de son entrée clandestine aux États-Unis !!! Dans un interview au New York Times paru les 12 et 13 juillet 1998, Posada Carriles a déclaré : « La CIA nous a enseigné bien des choses, les explosifs et leur usage, les meurtres, les bombes, les sabotages. Quand les cubains travaillaient pour la CIA, on les appelait les patriotes ».

Après l’écroulement de l’Union Soviétique, les États-Unis ont multiplié les attentats contre les infrastructures touristiques de La Havane pour ruiner le tourisme de l’île, source de devises. C’est ainsi que le jeune italien Fabio di Celmo a trouvé la mort en 1997.

En 1998, les membres du réseau "Avispa" ont appris que de nouveaux attentats étaient programmés contre des avions de lignes desservant Cuba. Ils en ont informé leur gouvernement. L’écrivain Garcia Marquez servant d’intermédiaire entre les gouvernements de Cuba et des USA, une délégation du FBI s’est rendue à La Havane en juin 1998. Trois mois plus tard, le 12 septembre 1998, étaient arrêtés ceux-là même qui avaient constitué le volumineux dossier remis à La Havane, par les autorités Cubaines, aux agents du FBI. Entre temps, le sinistre Hector Pesquerra avait été nommé chef du FBI de Sud Floride. Après leur arrestation, les Cinq ont été enfermés pendant 17 mois dans des cellules d’isolement de la prison de Miami dans des conditions extrêmes.

En décembre 2001, le tribunal de Miami à l’issue d’une parodie de procès, a condamné les Cinq à de très lourdes peines. En tout, 4 perpétuités plus 75 ans. Mais, comme l’a déclaré, le 14 octobre 2009 dans le New York Times, le docteur Pastor, ancien conseiller de la sécurité nationale du président Jimmy Carter pour l’Amérique latine : « Un jugement contre cinq agents de l’intelligence cubaine se déroulant à Miami est aussi juste qu’un jugement contre un agent de l’intelligence israélienne qui aurait lieu en Iran ».

Depuis ce jugement, les appels se sont succédés, les uns annulant les autres. Le dernier en date, celui du 4 juin 2008 a ratifié les verdicts de culpabilité des Cinq. Il a confirmé les sentences de Gerardo et de René, et demandé de revoir à la baisse celles des trois autres Cubains. A la suite de cette décision, les avocats des Cinq ont demandé l’arbitrage de la Cour Suprême de Justice. Contre toute attente, et malgré les 12 demandes des nombreux « amis de la Cour », celle-ci a refusé le 15 juin 2009 d’étudier le dossier des Cinq.


Antonio Guerrero

Devant le tribunal de Miami :
- Le 13 octobre 2009 : Antonio a eu sa condamnation à perpétuité plus 10 ans ramenée à 22 ans,
- Le 8 décembre 2009, Ramón a eu sa condamnation à perpétuité ramenée à 30 ans tandis que la peine de Fernando a été ramenée de 19 à 17 ans et 9 mois.


Ramon Labanino

C’est mieux, mais cela reste une terrible injustice quand on est innocent !
La juge Joan Lenard, a justifié les 17 ans et 9 mois infligés à Fernando par le fait que cette condamnation devait « servir d’exemple à ceux qui auraient l’intention de venir aux USA pour espionner des citoyens des Etats-Unis et empêcher que ceux-ci exercent leurs droits constitutionnels ». Elle confirmait ainsi que pour le gouvernement des États-Unis, il est légitime et conforme à la constitution des U.S.A. d’organiser des attentats terroristes contre un pays souverain.


René Gonzalès et Fernando Gonzalès

René conserve sa condamnation à 15 ans, il a été libéré le 7 octobre 2011, mais doit rester 3 ans aux États-Unis ! Gerardo garde sa double condamnation à vie plus quinze mois. Pour lui, une nouvelle sentence a été écartée, sous prétexte, entre autres, qu’une perpétuité de plus ou de moins ne changerait pas sa situation ! Gerardo est maintenant le seul des Cinq à être dans une prison de haute sécurité où les conditions de vie sont des plus dures. Le 14 juin 2010, la demande d’un appel collatéral en son nom a été présentée à la Cour Fédérale de Miami. C’est pour lui le dernier recours prévu par le système légal des États-Unis. Un des points de cet appel concerne le fait que des journalistes qui couvraient le procès des Cinq, entre décembre 1999 et décembre 2001, avaient été achetés par le gouvernement fédéral de Floride. Ces journalistes peu scrupuleux, contre de l’argent, publiaient des articles ou faisaient des reportages haineux, dans le but de monter l’opinion publique contre ces Cubains en cours de jugement, et aussi contre Cuba. A partir de là, le sixième amendement de la Constitution Américaine qui garantit un jugement juste devant un jury impartial a été bafoué.


Gerardo Hernandez

Selon l’avocat Leonard Weinglass : « Le cas de Gerardo est exemplaire car il purge deux condamnations a perpétuité plus 15 ans, alors qu’il est effectivement innocent des charges retenues. De plus, c’est la première personne dans l’histoire des USA à être accusée de la disparition d’un avion abattu par les forces armées d’un autre pays défendant son espace aérien.

De plus [...] les procureurs des États-Unis ont reconnu à la fin du procès dans une motion de "circonstance imprévue" qu’ils n’avaient aucune preuve suffisante pour le faire condamner, en qualifiant la chose "d’obstacle insurmontable" pour obtenir une condamnation si la juge donnait aux jurés des instructions sur cette base. Cependant, l’appel [de la défense] fut refusé, les instructions données, et le jury l’a condamné. Il n’y a qu’à Miami [que c’est possible]… ».

Il faut aussi savoir que les épouses de René et Gerardo ont leurs visas systématiquement refusés par les autorités US, elles ne peuvent donc pas rendre visite à leurs maris, ce qui aggrave les peines, et est absolument inhumain.

Rappelons, pour terminer, que le 27 mai 2005, le Groupe de Travail de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU sur les Détentions Arbitraires a déclaré « arbitraire et illégale » la détention des Cinq, car le procès n’a pas eu lieu dans le climat d’objectivité et d’impartialité requis par l’article 14 de la convention internationale des droits civiques et politiques.

Jacqueline Roussie

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).