La manif du 5 mai est contre l’austérité ou pour la décroissance ?

L’art du tout et son contraire

, par  Gilles Mercier , popularité : 8%

Visiblement pour JL Mélenchon, la Ve République n’est pas dépourvue d’intérêt, puisqu’il se répand
dans les médias sur son désir d’être le Premier ministre de F Hollande. C’est-à-dire, Premier ministre
du Président de la République à qui les institutions de la Ve République confèrent des pouvoirs très
étendus. Voilà qui est quelque peu en contradiction avec la nécessité qu’il y aurait à écrire une autre Constitution pour que l’antilibéralisme ondoie la société de ses bienfaits.

Visiblement pour JL
Mélenchon, il est tout fait envisageable d’être le Premier ministre d’un Président de la République
qui mène une politique si favorable au Capital ! Pour ce faire, il compte constituer une nouvelle
majorité parlementaire avec les députés écologistes et une grande partie des députés socialistes. Il
affirme travailler à cela. Rappelons que la quasi-totalité des députés PS a voté l’ANI et que les
écologistes se sont abstenus (abstention qui permet à ces derniers d’apparaitre propres alors qu’il
n’y avait aucune raison de s’abstenir pour ceux qui veulent défendre les salariés).

On ne peut pas dire pis que pendre de F Hollande, notamment concernant la loi d’amnistie et vouloir
être son Premier ministre. Dire tout et son contraire n’est pas un gage de crédibilité.

Donc le 5 mai, on manifeste contre la finance et l’austérité ! Fort bien. Mais le cortège aura un peu
l’allure de l’auberge espagnole car les écologistes appellent aussi au 5 mai. Le journal l’Humanité
s’est bien gardé de publier l’intégralité de l’appel. Cela se comprend, cela fait un peu désordre.

http://www.lepartidegauche.fr/vudailleurs/articleblog/700-ecologistes-appellent-la-grande-marchecitoyenne-
5-mai-pour-la-6e-republique-22455

« Que nous l’appelions écosocialistes, alterdéveloppement, objection de croissance, 6e République ou
autrement, tou-te-s nous voulons un système démocratique écologique et social au service des
citoyen-nes ».

Le contenu présenté de façon soft est néanmoins clairement anti-technologies.

Oser parler dans le
texte de surconsommation alors que 9 millions de concitoyens vivre en dessous du seuil de pauvreté
est insultant. Oser rendre la surconsommation responsable des inégalités, c’est exonérer le patronat
et le gouvernement de leur politique antisociale. Le problème pour les écologistes n’est pas le
rapport de classe mais la technologie. Il n’est pas étonnant que Paul Ariès chantre de la décroissance,
membre du Parti de gauche soit à l’initiative de cette pétition. Parmi les signataires, nous trouvons
une des responsables du Parti pour la décroissance (si ça existe !), des responsables des groupuscules
Gauche Anticapitaliste et FASE, tous deux constitutifs du Front de Gauche.

Ce que veulent les signataires, c’est à travers les assemblées citoyennes remettre en cause les choix
technologiques du pouvoir. La VIe République sera celle des khmers verts !

Le Parti de Gauche dédié à JL Mélenchon fleure bon la décroissance. Tapez « décroissance » dans la
fonction recherche du site web du Parti de Gauche, c’est édifiant !

Comment répondre aux besoins de développement du pays, aux énormes besoins sociaux dans le
cadre de la décroissance ? La décroissance ce n’est pas produire autrement, c’est produire moins !
C’est pire que l’austérité !

Comment concilier dans une même manifestation des démarches aussi opposées ?

Du coté du PCF, on n’est pas très regardant sur ses alliés, quant au journal l’Humanité qui est devenu
le publicitaire de JL Mélenchon, on fait semblant de ne rien voir.

Qu’importe, pour JL Mélenchon l’important c’est de rassembler autour de sa personne.

Visiblement Tartarin Mélenchon avec son 5 mai ne fait pas peur à la bourgeoisie. Les médias si
sévères avec les syndicalistes CGT, l’invitent beaucoup en ce moment. La bourgeoisie sait mettre en
valeur ceux qui la servent.

Le Front de gauche est voué à l’échec pour deux raisons intimement liées.
- 1. L’idéologie de gauche est en crise. La gauche, autre nom de la social-démocratie (qui ne se
réduit pas au seul Parti Socialiste) c’est la gestion sociale du capitalisme, c’est-à-dire une
répartition moins inégalitaire des richesses. Mais, avec la mondialisation les besoins de
financement du capital deviennent infinis. Il n’y a plus de place pour la socialisation des
richesses créées, ces dernières doivent toutes aller à l’accumulation du capital.

Le rapport
pertinent n’est pas gauche/droite, mais capital/travail. Comme la social-démocratie n’a jamais eu d’autres ambitions que d’être le gérant loyal du capitalisme, sa gestion n’est en rien différente de celle de la droite (expression politique directe du capital). Or la violence sociale est telle que les Français en ont assez de cette alternance qui ne change rien.

- 2. La gauche par nature vise à une politique d’alliance au détriment du contenu. Le PCF n’ayant jamais voulu analyser les causes de l’effondrement du socialisme et de son recul, n’a cessé de se cacher derrière des alliances sans principe au nom du réalisme. Comme il n’a plus d’activité dans l’entreprise, ni dans les quartiers, il épouse par électoralisme l’idéologie dominante, celle du développement durable, en la peignant d’un vernis contestataire. Il n’ose plus affirmer son identité. Après s’être caché derrière le défunt rassemblement antilibéral, il ainsi devenu le vassal du Parti de gauche qui n’a jamais affronté le corps électoral et dont les ambitions sont démesurées ! Une telle alliance sans contenu si ce n’est celle du verbiage de JL Mélenchon ne peut que mener nulle part.

Le Front de Gauche participe ainsi à la pédagogie du renoncement, en faisant la démonstration de son impuissance, ce qui alimente l’abstention ou pire compte tenu de la violence de la crise, le vote Le Pen qui ne se réduit plus au tenant de l’Algérie française.

Gilles Mercier

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).