Cérémonie des voeux
Impressions pour avoir participé aux voeux de Rouges vifs 13 Diversité communiste et nécessité commune d’action.

, par  Paul Barbazange , popularité : 2%

Réunir et rassembler la diversité des communistes n’est pas, ne sera jamais chose simple. Surtout en période électorale quand tant de questions allant des hommes et de leurs histoires locales jusqu’aux choix stratégiques tendent plutôt à éloigner. Surtout quand au travers d’une violente crise systémique le "neuf" tape à la porte et qu’il faut inventer. Raison de plus pour profiter des moments qui rassemblent et permettent de progresser, tant en ce qui concerne les contenus que la fraternité.


Vendredi 13 janvier 2012, j’ai répondu avec Marie Christine Burricand à l’invitation de nos camarades Rouges vifs 13 qui recevaient leurs amis pour les vœux.

J’ai passé une excellente soirée. Belle par le nombre (nous étions plus nombreux que l’année précédente), belle par la diversité : des FRALIB bien sûr qui étaient près d’une dizaine et heureux d’être là (et encore d’autres fralibiens se sont excusés car ils avaient une autre initiative ailleurs), des précaires du commerce, des chômeurs, des gens des quartiers alentours, des jeunes militants associatifs de l’antiracisme et du droit des migrants, des militants d’associations de quartiers, des militants syndicaux d’entreprises... Un rassemblement, à mes yeux, plus jeune et directement lié à la production que dans de nombreuses sections du PCF.

Belle par l’atmosphère, par le discours rigoureux de Serge prenant justement l’exemple des FRALIB pour illustrer les positions de l’organisation qu’il préside sur la sortie de l’euro et de l’UE. UE qui est à contrario de ce qui se fait en Amérique du sud (et dont la gauche française pourrait s’inspirer) où après être sortis de l’ALENA, les peuples se regroupent avec l’ALBA et maintenant la CELAC.

Belle parce que les participant-(e)-s sont reparti-(e)-s en se disant que l’espoir est dans les luttes présentes et à venir et que plus que jamais, c’est dans la rue (et les entreprises occupées) que ça se passe.

Pourtant, même là, l’intervention de Jean Luc Mélenchon la veille à la télé a marqué. Et au delà du discours, occupé les échanges. Tout comme d’ailleurs, les conditions concrètes de l’ensemble de la séquence électorale en cours (et ses avatars dans les diverses circonscriptions des Bouches du Rhône !).

Les luttes seront décisives, avant, pendant et après les élections. La façon dont les communistes, membres ou non du PCF participeront à ces luttes, proposeront des luttes, des rassemblements politiques, influera fortement. Le résultat électoral dépendra de ces luttes, mais le développement des luttes dépendra aussi pour partie des résultats électoraux. Nous le savons.

Nous avons dans ce domaine une vraie expérience : 1936, 1945, 1968, et même 1981 et 1995. Sommes nous, les uns et les autres en capacité d’interroger, de bouger avec les militants cette question ?

Sommes nous les uns et les autres capables d’agir pour briser l’attentisme électoral ? Mener les luttes et manifestations politiques nécessaires ? Dans combien de sections, de fédérations du PCF, avec combien de groupes communistes ont eu lieu de réelles mobilisations de lutte politiques contre la crise... trop peu !

Comment se situent les syndicalistes CGT, FSU, SUD par rapport aux luttes, par rapport aux échéances politiques, à leurs contenus ?
Comment appréhender la réalité du Front de gauche... son hétérogénéité, sa diversité, ses multiples évolutions possibles... vers un outil politique au service d’ambitions personnelles, vers une social-démocratisation ou vers un outil utile aux luttes ?

Il ne peut suffire d’avoir un programme plus ou moins bon... Le mouvement ouvrier en avait un en 1981 ! Il ne peut suffire d’avoir un candidat bon orateur et débatteur télévisé de talent.

Arriver à organiser les luttes anticapitalistes, avant, pendant et après la séquence électorale, préoccupait tous les participants. Répondre n’était facile pour personne.

Comment les articuler aux moments électoraux : campagnes, meetings et votes ? Comment faire "exploser" les calendriers et les programmes électoraux ?

La forte présence des FRALIB par les questions politiques que posent leur lutte peut aider à éclairer certains aspects.

Jean-Luc Mélenchon, le lendemain même de sa désignation par 57 % des communistes (rappelons à cette occasion que 43% avaient donc voté pour une candidature issue de leurs rangs) a visité leur usine. Il a indiqué son intention d’instaurer des contrôles et taxes douanières aux frontières européennes. Malheureusement, c’est en Pologne que le trust UNILEVER essaie de délocaliser les emplois. C’est bien l’Europe capitaliste qui est en cause, sa construction depuis 1956 contre les exploités.

La question de la protection des salariés et des productions en France en face de la rapacité des transnationales et de leur outil politique et institutionnel européen.

Cette lutte pose tout aussi clairement la question des financements : accès aux crédits, répartitions et contrôles des crédits bancaires. Pour réussir, la reprise sous une forme coopérative aura besoin de crédits. Quelque chose d’autre sera-t-il possible sans bouleversement révolutionnaire de la sphère du crédit ? Aujourd’hui par BCE et banques interposées, l’argent va à la spéculation, aux profits, au paiement de la dette... à la rente capitaliste et non à l’emploi, à la production. Au dernier trimestre les banques ont failli remettre en cause la poursuite de la production à Net Cacao. Maintenant ce sont les raffineries Petroplus qui ne disposent plus des fonds bancaires de roulement nécessaires à la production.

Le pouvoir doit changer de main. Ce sont eux ou nous !

Le front de gauche est encore très loin de le dire avec suffisamment de cohérence et de vigueur. Je l’ai senti en écoutant jusqu’au bout Mélenchon. Je l’ai senti bien plus fort dans cette amicale rencontre. Le problème n’est ni le Front de gauche, ni Mélenchon : la question à laquelle nous nous heurtons est quelles luttes, quels niveaux pour la lutte et quels contenus de classe ?

Quelle articulation entre luttes et séquences électorales ?

Quel rassemblement arriver à construire entre communistes dans le cadre national ?

Comment aborder les questions internationales : Europe, Euro, guerres coloniales...?

Oui, j’ai passé un bon moment avec des camarades communistes de Rouge vifs 13. Oui l’essentiel se réglera dans les luttes le plus souvent à l’entreprise. Oui le peuple de France, les 92 % de salariés, ont besoin d’un grand parti communiste national.

Travaillons à son existence, avant, pendant et après son congrès de 2012.

Nous avons tous, communistes au delà des nuances qui nous séparent, à nous saisir de cette question.

Paul Barbazange

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).