Faire barrage au coup d’Etat rampant en Ukraine ! Déclaration du CC du Parti Communiste de la Fédération de Russie. 26/01/2014

, par  communistes , popularité : 7%

Les événements en Ukraine prennent un tour de plus en plus inquiétant et dramatique. Dans plusieurs régions, des groupes formés d’éléments radicaux et bien organisés se sont emparés par la force des organes locaux du pouvoir. Les soutiens du pouvoir légalement élu et les forces de maintien de l’ordre subissent une véritable terreur morale et physique. Le Maïdan de Kiev, de pacifique et démocratique qu’il était, vire au brun. Le ton est donné maintenant non plus par de sincères défenseurs des droits de l’homme, mais par des éléments ouvertement fascistes.

Des partisans d’Hitler sont déjà au pouvoir dans les pays baltes. Maintenant ils cherchent à s’emparer du pouvoir en Ukraine. Ce sont des milliers de combattants bien préparés et rémunérés de Galicie qui se battent contre les forces de l’ordre, fiers de leur filiation spirituelle avec le laquais fasciste Bandera. On en est venu à la tentative d’interdiction dans deux régions, de l’activité du parti communiste d’Ukraine. La persécution des communistes est l’un des signes les plus évidents du fascisme qui menace.

Il n’y a rien de spontané dans ces événements. Ces processus sont dirigés par des marionnettistes expérimentés, rompus à l’organisation de coups d’état en Yougoslavie, Géorgie, Libye, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique latine.

Des politiciens et des diplomates occidentaux dirigent ouvertement les pogromes en Ukraine, comme s’il ne s’agissait pas d’un État souverain, mais d’une de leurs colonies. Un rôle actif est joué par des provocateurs et des agitateurs de Pologne et des pays baltes. L’ingérence dans les affaires intérieures d’Ukraine a atteint un niveau d’indécence jamais vu jusqu’ici. La moindre tentative de rétablir un ordre élémentaire dans le pays suscite des accusations d’emploi démesuré de la force, du chantage et des menaces de sanctions.

L’Occident fait preuve d’une hypocrisie incroyable, exigeant la liberté d’action non seulement pour les éléments anti-russes et anticommunistes mais aussi ouvertement pro-fascistes et antisémites. Il faut appeler les choses par leur nom : l’Ukraine est la victime d’une agression extérieure, exécutée par des activistes d’Ukraine occidentale. On a vu cela dans le monde déjà maintes fois. En Ukraine, c’est le même scénario qui est à l’œuvre, celui qui a mené à la désintégration de la Yougoslavie, de la Libye et un début de guerre civile en Syrie.

Cependant, il serait faux de ne voir dans les événements tragiques d’Ukraine que l’intrusion de forces extérieures. La raison principale du large mécontentement dans le peuple est la politique économique et sociale des présidents et des gouvernements qui se sont succédés depuis 1991, reflétant les intérêts du grand capital. Une poignée d’oligarques devient de plus en plus riche, des dizaines de millions d’ukrainiens de plus en plus pauvres. L’expérience tragique de l’Europe montre que la paupérisation du peuple est le terreau sur lequel mûrissent les forces les plus sombres du fascisme. L’oligarchie ukrainienne est une partie si dépendante du capital financier international qu’elle s’avère impuissante à défendre les intérêts nationaux.

Les dirigeants de l’Ukraine tout d’abord n’ont pas été capables de refuser clairement le « partenariat » désastreux avec l’union européenne, et ensuite d’assurer le rétablissement d’un minimum d’ordre dans les rues de la capitale, occupé de facto par les extrémistes.

La technologie de prise du pouvoir est la même qu’en 2004, par le chaos dans les rues et la violence. Cependant les dirigeants de l’Ukraine actuelle n’ont pas été capables d’assimiler les leçons de l’histoire. L’inaction du pouvoir est synonyme d’indulgence envers ceux qui cherchent à plonger l’Ukraine dans des luttes intestines, l’arracher à la Russie, la livrer aux appétits de l’union européenne.

Au lieu d’utiliser tous les leviers du pouvoir pour rétablir et consolider la légalité et l’ordre, le gouvernement du pays ne fait que céder du terrain et faire des concessions aux forces occidentales, qui sont perçues par elle comme un signe de faiblesse et font naître l’exigence de plus grandes concessions.

Peu à peu le pouvoir passe entre les mains de ceux qui vont finir par détruire l’économie de l’Ukraine, transformant le pays en une ressource de main-d’œuvre à bon marché pour les oligarchies mondiales et un marché pour écouler des produits bas de gamme. Qui dégraderont de manière drastique la position internationale de l’Ukraine.

Et tout ce gâchis a lieu au moment où l’on fête le 70e anniversaire de la levée du blocus fasciste de Léningrad, à la veille du 70e anniversaire de la victoire du peuple soviétique dans la grande guerre patriotique. C’est une offense à la mémoire de millions de Russes et d’Ukrainiens, de tous les peuples qui sont tombés dans la lutte contre l’hitlérisme.

Les citoyens de Russie ne peuvent rester indifférents devant les menées effrontées de l’Occident pour créer une fois encore un régime hostile à nos frontières. Nous ne pouvons ignorer la tendance dangereuse au renforcement des manifestations fascistes en Europe.

Le parti communiste condamne fermement la tentative larvée de coup d’état en Ukraine. Nous appelons toutes les forces de gauche de toutes les forces patriotiques et antifascistes d’Ukraine, de Russie et d’Europe a élever une voix de protestation contre la tentative des héritiers du laquais hitlérien Bandera de s’emparer du pouvoir en Ukraine.

Le président du CC du PCFR

Guennadi Ziouganov

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).