Face à la crise de la mondialisation impérialiste

L’Anti-Trump : la pensée de Xi Jinping sur le socialisme avec des caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère par Andrea Catone, Directeur de la revue Marx Ventuno

, par  communistes , popularité : 2%

Stimulé par une série de questions posées lors d’une interview lors du IXème Forum mondial sur le socialisme - un événement annuel organisé à l’automne à Beijing par le Centre de recherche sur le socialisme mondial de l’Académie chinoise des sciences sociales (CASS) et d’autres organisations politiques et culturelles en RPC - je propose les réflexions suivantes sur la pensée de Xi Jinping concernant l’entrée du socialisme chinois dans une nouvelle ère.

Andrea Catone

La pensée du Secrétaire général du Parti communiste chinois a une valeur stratégique non seulement pour la Chine - et ceci en soi, étant donné la taille du territoire, de la population et de l’économie chinoises, a des répercussions sur le reste du monde - mais aussi pour les partis et les travailleurs communistes, pour les mouvements anti-impérialistes et contre le néocolonialisme, pour toutes les forces démocratiques et progressistes authentiques du monde.

“Nouvelle ère” implique que nous laissions derrière nous une “vieille ère”, que nous entrions dans une nouvelle phase de l’histoire de la Chine et du monde : non seulement de la Chine, mais de l’humanité entière. Et ceci non seulement parce que l’histoire de la Chine ne peut qu’influencer les destinées du monde, mais aussi parce que, comme l’écrit Xi, les destinées de la Chine et du monde sont interconnectées : « En Chine, nous croyons que la Chine ne réussira que lorsque le monde réussira, et vice versa » [1].

L’ère dans laquelle nous entrons est nouvelle, tant pour la Chine que pour le monde.

1. La nouvelle ère pour la Chine

Qu’est-ce qui est nouveau et change pour la Chine ?

Quarante ans après le début de la politique de réforme et d’ouverture, le visage de la Chine a profondément changé. La RPC a fait un bond en avant extraordinaire dans le développement de ses forces productives. D’un point de vue économique et social, c’est la plus grande transformation que l’histoire de l’humanité n’ait jamais connue, qui a eu lieu dans des temps extrêmement courts sur le plan historique, qui mesure les grandes transformations en siècles et non en années ou décennies. Une transformation qui a touché un milliard et 300 millions de personnes, qui a sorti la grande majorité de la population chinoise de la pauvreté et conduit des centaines et des centaines de millions d’agriculteurs à s’urbaniser rapidement. Du point de vue de l’historien, il s’agit d’une entreprise extraordinaire, dont nous ne sommes peut-être pas encore pleinement conscients. Comme toutes les transformations majeures, elle ne se limite pas aux données économiques et à une croissance ininterrompue extraordinaire du PIB d’environ 10% en moyenne par an. La grande transformation de la Chine embrasse tous les domaines : social, culturel, politique, mentalités collectives…

On peut observer une autre caractéristique extraordinaire de cette grande transformation : la compacité, la sagesse, la capacité à corriger les erreurs, de la “classe dirigeante” chinoise, à savoir le parti communiste chinois. Quand je dis cela, je n’ignore pas les moments de tension et même de lutte aiguë qui se sont manifestés au sein du groupe dirigeant chinois sur les lignes à suivre ; cela fait partie de l’histoire et de la vie, qui se développent par contradictions. Mais l’équipe dirigeante chinoise a eu la sagesse et la capacité de surmonter positivement les contradictions, de maintenir fermement l’unité du parti, d’élargir la base des membres, d’étendre son influence dans la société. Et elle l’a fait en maintenant fermement en place les racines de son histoire et ses fondements, en les combinant avec les caractéristiques les plus avancées et les plus progressistes de la riche culture nationale chinoise : ce fut la sinisation du Marxisme.

Le PCC a étudié très attentivement l’expérience du socialisme soviétique et a tiré les leçons de la dissolution de l’URSS et des démocraties populaires en Europe centrale et orientale et dans les Balkans entre 1989 et 1991 (Parmi les nombreuses études, j’aimerais mentionner la conférence internationale organisée par la CASS en 2011, dont les actes ont été publiés par Li Shenming [2]). Parmi les causes diverses et complexes qui ont conduit à la catastrophe de 1989-91, l’échec politique, idéologique et organisationnel du PCUS, qui aurait dû jouer le rôle principal dans le processus de transition socialiste, joue un rôle décisif.

La Pensée de Xi accorde une attention particulière au Parti communiste, sous tous les angles : elle rappelle à chaque membre du parti, et en particulier aux dirigeants, que les règles et la discipline du parti doivent être strictement respectées [3], que dans un parti communiste il ne peut y avoir place pour la corruption, que celle-ci doit être combattue avec une extrême vigueur [4] ; elle appelle au travail quotidien pour un rapprochement toujours plus étroit entre le parti communiste et les masses [5]. De plus, Xi réaffirme la fondamentalité du marxisme : « Nous ne devons jamais oublier nos origines et nous devons rester engagés dans notre mission. Le communisme chinois trouve son origine dans l’adhésion au marxisme, au communisme et au socialisme chinois et dans la loyauté au Parti et au peuple » [6]. Xi Jinping travaille pour l’étude et le développement du marxisme, en donnant une impulsion aux écoles du marxisme qui se répandent dans les instituts et les universités de Chine.

L’extraordinaire progrès économique, social et politique de la Chine au cours des dernières décennies lui a permis d’atteindre un certain stade dans le développement des forces productives. Le chemin de cette avancée extraordinaire a été marqué - comme toujours dans tout processus historique complexe - par des contradictions : entre classes sociales, entre ville et campagne, entre zones côtières et intérieures, entre régions plus ou moins avancées. Dans le rapport de Xi Jinping au 19ème Congrès du PCC (octobre 2017), ils ont été condensés dans la formule « développement déséquilibré et inadéquat ». La qualité et l’efficacité du développement ne sont pas ce qu’elles devraient être, la protection de l’environnement est insuffisante, il existe encore de grandes disparités dans la répartition des revenus, dans le développement des zones urbaines et rurales et entre les différentes régions du grand pays ; le niveau de bien-être est encore insuffisant. Le PCC, qui a été formé sur l’étude et l’analyse concrète des contradictions (je me souviens des écrits bien connus de Mao, Sur la contradiction, 1937, De la juste solution des contradictions au sein du peuple, 1957), dans le 19ème Congrès saisit le caractère des contradictions et le changement de la principale contradiction :

« Le principal problème est que notre développement est déséquilibré et inadéquat. C’est devenu le facteur limitant le plus sérieux pour répondre aux besoins croissants de la population en vue d’une vie meilleure. Nous devons reconnaître que l’évolution de la contradiction principale qui afflige la société chinoise représente un changement historique qui affecte l’ensemble du scénario et impose de nombreuses nouvelles exigences au travail du Parti et au pays. Sur la base d’efforts continus pour soutenir le développement, nous devons consacrer beaucoup d’énergie à remédier aux déséquilibres et aux insuffisances du développement et faire tout notre possible pour améliorer la qualité et les effets du développement. Nous serons ainsi mieux à même de répondre aux besoins économiques, politiques, culturels, sociaux et écologiques sans cesse croissants de notre peuple et de promouvoir le développement humain global et le progrès social global. »

La nouvelle ère pour la Chine est donc celle du dépassement d’un développement déséquilibré et inadéquat et de la transition vers un développement harmonieux, respectueux de l’homme et de l’environnement, qui soit écologique et qui privilégie une croissance qualitative plutôt que quantitative. La construction moderne du socialisme aux caractéristiques chinoises se divise en trois phases : d’ici à 2020, elle vise à achever la création d’une société avec un niveau de bien-être généralisé ; de 2020 à 2035, elle vise à jeter les bases de la modernisation socialiste ; de 2035 au milieu du siècle, elle vise à transformer la Chine en un pays socialiste moderne fondé sur l’harmonie, la beauté et une civilisation démocratique.

Dans son rapport au XIXème Congrès, Xi a énuméré 14 points :
- 1. la direction du parti sur tous les aspects de la société ;
- 2. la politique doit être axée sur les personnes ;
- 3. approfondir la réforme dans son ensemble ;
- 4. un nouveau concept de développement (innovation, coordination, économie verte, ouverture et partage) ;
- 5. Le peuple est le maître du pays ;
- 6. respecter la primauté du droit, gouverner le pays dans son ensemble conformément à la loi ;
- 7. développer un système de valeurs socialistes et de confiance dans leur propre culture ;
- 8. soutenir et améliorer les moyens d’existence de la population ;
- 9. la coexistence harmonieuse de l’homme et de la nature (civilisation écologique) ;
- 10. la sécurité nationale ;
- 11. la pleine direction du Parti sur l’armée ;
- 12. « Un pays, deux systèmes » : promouvoir la réunification avec Taiwan ;
- 13. lutter pour une communauté internationale avec un avenir commun pour toute l’humanité (ceci a été inclus dans le nouveau statut du PCC) ;
- 14. gouverner le parti d’une manière complète et rigoureuse.

2. La nouvelle ère pour le monde

La nouvelle ère ne concerne pas seulement la Chine, mais le monde entier. Quelle ère touche à sa fin et laquelle doit-on commencer ? Quel est le caractère de la nouvelle ère ?

Il y a une trentaine d’années, après 1989-1991, qui a mis fin à l’URSS et aux démocraties populaires en Europe, la mondialisation impérialiste, menée par les États-Unis, qui se sont présentés comme les gagnants absolus de la guerre froide, a gagné du terrain dans le monde.

Cette mondialisation, mise en œuvre par des guerres bellicistes, a bouleversé d’importantes régions de la planète, la zone des pays de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) ; elle a conduit à l’absorption par l’OTAN et l’UE, sous le contrôle du capital occidental, des anciens pays socialistes d’Europe orientale et des Balkans et certaines anciennes républiques soviétiques ; elle a perturbé les économies des pays africains.

Mais l’avancée de la mondialisation impérialiste s’est arrêtée devant la résistance de la Russie qui, depuis 1999, a viré Eltsine et a été gouvernée sous la direction de Poutine ; et qui n’a pu faire face aux contradictions croissantes au sein du système capitaliste. La crise qui a débuté aux États-Unis en 2007-2008 (une bulle financière résultant d’une expansion aveugle du crédit - les prêts hypothécaires à risque - pour répondre à une demande insuffisante) a été répercutée sur les économies de l’UE, dont le système interne inspiré de l’”ordolibéralisme” allemand a permis à certains pays plus forts - l’Allemagne en premier lieu - de transmettre la crise aux pays plus fragiles, les “PIIGS”, qui ont dû adopter une politique de rigueur, de baisse ou d’élimination des prestations, d’ajustement des salaires. Cela a aggravé la crise dans ces pays, avec une baisse de la demande intérieure et un recul du PIB dans une spirale récessive. Cela a conduit à une chute verticale du soutien aux partis politiques qui ont gouverné pendant la crise, avec une croissance exponentielle des mouvements populistes et "souverainistes", qui proclament la dissolution de l’UE comme seule solution possible.

La mondialisation libérale a également affecté la structure économique des États-Unis, qui est devenue de plus en plus financiarisée, soutenue par le dollar, dont le poids mondial en tant que monnaie de réserve et la dénomination des prix internationaux des matières premières, à partir du pétrole, est soutenu par la force militaire (les États-Unis seuls dépensent presque autant en armes que le reste du monde pris ensemble). Malgré l’énorme force militaire, les États-Unis ont dû faire face à la résistance des pays occupés, que les États-Unis et leurs alliés les plus fidèles, le Royaume-Uni, n’ont pas été en mesure de normaliser. Ils ont donc remplacé l’objectif de normalisation et de pacification de ces pays sous le contrôle direct ou indirect des États-Unis par la “stratégie du chaos” (adoptée par Obama et Hillary Clinton), qui ne visait plus à normaliser, mais à rendre ingouvernable une région cruciale du monde afin d’empêcher les autres pays d’en bénéficier. C’est une stratégie désespérée qui a affecté le consensus au sein de l’establishment américain. La victoire électorale de Trump fut la réponse au malaise interne américain [7]. Trump tente maintenant une autre voie, y compris la guerre commerciale pour regagner la place des États-Unis (“America first”).

La montée de Trump à la présidence américaine et l’avancée des forces populistes en Europe et au-delà sont une réponse à la crise d’hégémonie des classes dirigeantes occidentales, qui avaient tout centré sur la mondialisation impérialiste et sur l’unipolarité des États-Unis et de leur branche armée de l’OTAN. Cette réponse n’est pas progressiste, mais régressive : face à un monde de plus en plus interconnecté et à la construction possible d’une communauté de destin partagé pour l’humanité, Trump et les populistes-souverainists proposent une fermeture protectionniste dans leur cour intérieure, la priorité absolue de leur État par rapport aux autres (Donald Trump : "America first" ; Matteo Salvini : "Les Italiens d’abord"). Face à la crise des démocraties libérales, ils proposent un retour à la démagogie populiste, qui a caractérisé le fascisme des années 20 et 30 du XXème siècle. Au XXème siècle également, avec la Première Guerre mondiale, un premier cycle de mondialisation s’est achevé, de ce que Marx définissait comme la tendance inhérente au développement bourgeois vers la réalisation d’un marché mondial. A la première mondialisation de la fin du XIXème et du début du XXème siècle, il y avait deux réponses : l’une progressiste, socialiste et internationaliste, représentée par l’URSS ; l’autre réactionnaire, représentée par le fascisme et le nazisme. Un siècle plus tard, nous nous trouvons - avec toutes les différences nécessaires - dans une situation similaire : d’une part, la crise de la mondialisation impérialiste, de son faux internationalisme qui, au nom des droits de l’homme, a bombardé la Serbie et l’Irak, l’Afghanistan et la Libye, et a encouragé des révolutions colorées de la Géorgie à l’Ukraine, en essayant également d’attaquer Hong Kong ; d’autre part, les réponses réactionnaires de la fermeture protectionniste, de la réaffirmation de l’unipolarisme qui ne fixe aucune limite à l’exercice absolu de la souveraineté, avec pour conséquence la négation de l’existence d’une communauté mondiale (Trump nie les traités internationaux sur le climat et l’environnement, ne reconnaît aucun autre droit que celui de son propre super État). Ces deux positions - mondialisation impérialiste et souveraineté populiste - sont réactionnaires et mauvaises pour les peuples et le développement de la planète.

3. La Chine et le monde dans la nouvelle ère

Face à la crise structurelle - économique, politique et culturelle - de la mondialisation impérialiste, nous avons assisté ces dernières décennies à la croissance extraordinaire de la Chine - et d’autres pays dans lesquels la révolution menée par les partis communistes, comme le Vietnam, a gagné.

La réforme et l’ouverture initiées par Deng Xiaoping en 1978 signifiaient l’ouverture de la Chine au marché mondial ; mais cette ouverture n’était pas aveugle, elle était plutôt dirigée et contrôlée par le PCC, qui avait son propre projet stratégique clair pour le développement des forces productives. Alors que la mondialisation menée par les États-Unis était caractérisée par l’impérialisme, et donc, comme l’écrivait l’économiste Chossudovski, la “mondialisation de la pauvreté” [8], l’ouverture de la Chine au marché mondial peut être définie comme une “mondialisation anti-impérialiste”, en ce sens que la Chine a adopté des stratégies et méthodes qui, en ouvrant ses régions et secteurs économiques au capital mondial, ont orienté le développement interne du pays.

Au cours des trois décennies qui ont suivi 1978, jusqu’au seuil du 18ème Congrès du PCC (2012), la Chine s’est efforcée de rester discrète au niveau international, a soigneusement évité de devenir un protagoniste, tout en tissant - le Forum de Shanghai, les BRICS - un réseau important de liens avec les autres pays. Il s’agissait d’un choix judicieux qui a permis à la Chine de se concentrer sur les questions de développement interne et de se doter d’une base économique pour faire un nouveau bond en avant. Le développement des forces productives chinoises a été la principale préoccupation et, comme à l’époque du front uni antijaponais, tout devait être subordonné à l’objectif principal. Mais de même qu’après la défaite du Japon, le PCC a repris les objectifs stratégiques de la Révolution chinoise, de même, une fois qu’il a atteint un niveau de développement adéquat, la Chine se prépare à une nouvelle phase qui nécessite le développement d’une nouvelle politique.

C’est là qu’intervient le programme chinois d’une "nouvelle mondialisation" non impérialiste, par opposition à la mondialisation défaillante des États-Unis. L’idée fondatrice de cette “nouvelle mondialisation” est innervée et articulée dans une grande initiative, l’initiative Belt and Road, la nouvelle Route de la Soie. Il s’agit d’une initiative concrète de développement pour la Chine et le monde, et en même temps d’une proposition culturelle, étroitement liée au nouvel internationalisme de la Chine, à la lutte pour construire une communauté de destin partagé pour l’humanité entière.

Aujourd’hui, la Chine est le seul pays au monde qui propose au monde entier, à l’humanité entière, un projet extraordinaire de développement humain, qui peut devenir hégémonique, une idée clé acceptée et partagée par les peuples du monde.

Nous sommes à la croisée des chemins. L’ancienne route - qui malgré la fumée de la nouveauté est aussi celle de “America first” de Trump - est fermée, est en faillite. Tant la mondialisation impérialiste que le protectionnisme souverainiste et exclusif sont désastreux : ce sont deux formes réactionnaires spéculaires.

Xi propose une “nouvelle mondialisation”. C’est un projet non seulement économique, mais aussi culturel, d’universalisme concret dans la reconnaissance de la diversité et dans la proposition de lutter pour la construction d’une communauté de destin partagé pour l’humanité. C’est la vision stratégique de l’avenir du monde entier en tant que monde de plus en plus interconnecté, qui exige un nouveau type de mondialisation, complètement différent de celui mené par les États-Unis et les pays occidentaux, qui est en place depuis 1991. Les relations entre les pays du monde entier doivent être fondées sur une réciprocité gagnant-gagnant. En ce sens, la pensée de Xi Jinping est à l’opposé de celle de Trump sur “l’Amérique d’abord” : Xi pense à la communauté du destin commun de l’humanité, pas seulement à la destinée de sa nation. La pensée de Xi est universaliste, pas particulariste. Cet universalisme n’est cependant pas un universalisme abstrait, mais un universalisme concret, qui considère les conditions économiques et sociales concrètes, les contradictions entre classes sociales et États.

Dans son discours à l’ONU pour le 70ème anniversaire, le 28 septembre 2015, Xi Jinping a dit :

« Nous devons accroître les échanges entre les civilisations pour promouvoir l’harmonie, l’inclusion et le respect des différences. Le monde est plus coloré en raison de sa diversité culturelle. La diversité génère le commerce, le commerce crée l’intégration et l’intégration rend possible le progrès.

Dans leurs interactions, les civilisations doivent accepter leurs différences. Ce n’est que par le respect mutuel, l’apprentissage mutuel et la coexistence harmonieuse que le monde pourra maintenir sa diversité et prospérer. Chaque civilisation représente la vision et la contribution uniques de son peuple, et aucune civilisation n’est supérieure aux autres. Les différentes civilisations devraient avoir un dialogue et des échanges au lieu d’essayer de s’exclure ou de se remplacer les unes les autres. L’histoire humaine est un processus d’échange actif, d’interaction et d’intégration entre différentes civilisations. Nous devons respecter toutes les civilisations et nous traiter d’égal à égal. Nous devrions nous inspirer les uns des autres pour stimuler le développement créatif de la civilisation humaine. » [9]

Pour la Chine, la pensée de Xi est une innovation et s’inscrit dans la continuité de celle de Mao Zedong, Deng Xiaoping et d’autres leaders et théoriciens du socialisme à caractères chinois. La continuité s’inscrit dans une vision de la Chine en tant que pays en développement qui a besoin d’une période relativement longue pour développer ses forces productives et doit se concentrer sur cet objectif énorme : la Chine a obtenu de nombreux succès en quelques décennies et est maintenant la deuxième économie en importance dans le monde et se développe de plus en plus. Mais le changement que Xi a apporté n’en est pas moins important, car, compte tenu du niveau de développement des forces productives chinoises, Xi indique que la Chine est entrée dans une nouvelle phase, qui nécessite une nouvelle mondialisation. L’initiative Belt and Road n’est pas seulement une proposition concrète pour les pays d’Asie, d’Europe et d’Afrique ; c’est aussi une métaphore de l’idée de projeter la Chine dans le monde. C’est l’idée de la nouvelle mondialisation que Xi a exposée dans de nombreux discours contre la politique protectionniste de l’administration Trump.

En résumé, on peut dire qu’aujourd’hui dans le monde il y a deux visions opposées de l’avenir, et donc deux politiques opposées : la nouvelle mondialisation proposée par la Chine et un nationalisme exclusif, qui est une véritable régression pour l’humanité.

La conception internationaliste de Xi n’est pas l’effacement des intérêts nationaux de la Chine et du socialisme aux caractéristiques chinoises ; au contraire, c’est la reconnaissance que ces intérêts peuvent mieux se développer dans un monde interconnecté. C’est la dialectique de l’universel et du particulier, du national et de l’international.

Dans la “nouvelle ère”, nous entrons dans la nouvelle phase du développement de la Chine, qui vise à surmonter sa principale contradiction actuelle, comme l’a indiqué le 19ème Congrès du PCC, et la proposition aux peuples du monde, au mouvement ouvrier et à toutes les forces authentiquement démocratiques et progressistes d’une sortie en avant (et non réactionnaire et rétrograde) de la crise de la mondialisation impérialiste.

C’est aux partis communistes et aux travailleurs du monde, aux forces véritablement démocratiques et progressistes, de relever le défi stratégique que propose la pensée de Xi.

Voir en ligne : Sur le site Marx21.it

[1Xi Jinping, The governance of China, vol. II, Foreign Languages Press, Beijing 2017, p. 597.

[2Voir : Nad etim razmyšljaet istorija. Zametki k 20-tiletiju s momenta razvala SSSR [Voilà de quoi parle l’histoire. Notes pour le 20ème anniversaire de l’effondrement de l’URSS], Social Sciences Academy Press, Beijing, 2013.

[3[3] Xi Jinping, The governance of China, vol. II, op. cit., pp. 164-170.

[4Xi Jinping, The governance of China, vol. II, op. cit., pp. 176-184, e diversi altri scritti e discorsi.

[5Xi Jinping, The governance of China, vol. II, op. cit., pp. 456-478.

[6Xi Jinping, The governance of China, vol. II, op. cit., p. 355

[7Je vous renvoie à mon « Mutamenti nel quadro mondiale. Trump, la Ue, L’Italia », in MarxVentuno n. 1-2/2018, également disponible sur https://www.marx21books.com/mutamenti-nel-quadro-mondiale-la-politica-internazionale-di-donald-trump-la-ue-litalia/ ou http://www.marx21.it/documenti/catone_mutamentinelquadromondiale.pdf

[8The Globalization of Poverty and The New World Order, Global Research, 2003.

[9Cf. “A New Partnership of Mutual Benefit and a Community of Shared Future”, in The governance of China, vol. II, p. 573

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).