Déclaration du Comité Central du KKE sur la position du KKE au Parlement européen

, par  lepcf.fr , popularité : 3%

Déclaration du Comité Central du KKE sur la position du KKE au Parlement européen

1. Le Comité central du KKE a évalué le devenir du groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) au cours de la période récente et la situation objective qui résulte de la composition du Parlement européen après les élections européennes et a décidé que les députés du KKE ne vont pas adhérer à un groupe au Parlement européen. Le Comité central réaffirme l’engagement principal du KKE en faveur du peuple grec : révéler les plans antipopulaires qui sont concoctés par l’UE et surtout contribuer au renforcement de la lutte des peuples contre l’UE impérialiste, pour la socialisation des monopoles, le désengagement de l’UE, pour que les peuples conquièrent leur propre pouvoir. La participation des députés du KKE dans des groupes dont la ligne principale est d’embellir et de soutenir l’UE ne peut pas servir cet engagement.

2. Le KKE jusqu’à récemment participait au groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL). La participation du parti à ce groupe depuis 1994, dans des conditions différentes par rapport à aujourd’hui, a été dictée par la nécessité de faciliter l’intervention des députés du KKE au Parlement européen et utiliser les possibilités qui existaient pour la coordination avec d’autres partis communistes. Dès le début, le groupe GUE/NGL a été formé sur une base confédérale, sans aucune plate-forme politique idéologique commune ou convergence des programmes, tandis que les partis conservaient leur indépendance idéologique et politique et s’accordaient sur des questions techniques liées aux interventions au Parlement européen. Au cours de ces deux décennies et surtout après la fondation du Parti de la gauche européenne (PGE) il y avait une confrontation constante dans le groupe GUE/NGL entre le KKE et les forces qui participent au PGE. Ces forces cherchaient à imposer leurs positions comme des positions du groupe alors qu’ils ont essayé à plusieurs reprises de violer le caractère confédéral du groupe. Les partis du PGE ont joué le rôle principal dans cet effort, en particulier le parti allemand Die Linke et SYRIZA.

3. Cette situation s’est considérablement aggravée dans la période récente. Plus précisément :

Le caractère confédéral de la GUE/NGL en réalité a été modifié, car les partis du PGE ont une ligne politique unique, ils sont regroupés, et ils parlent dans les commissions et les sessions plénières sur la base d’une plate-forme commune, en promouvant des positions politiques du PGE comme des positions de la GUE/NGL. La situation s’aggrave alors que l’UE, dans le cadre du renforcement de son caractère réactionnaire, donne la priorité au fonctionnement des partis européens qui protègent la poursuite du renforcement de la Commission et de ses mécanismes aux tentacules multiples.

Il y a eu des attaques contre le KKE et des tentatives de déformer et de dissimuler ses positions par GUE/NGL.

Des « positions communes » sont promues sur des questions importantes qui sont liées à la politique de l’UE et aux développements internationaux, malgré les désaccords exprimés par le groupe parlementaire européen du KKE, dont les positions ont été dissimulées dans plusieurs cas par GUE/NGL.

Des tentatives de coopération sont en cours entre la GUE/NGL et les groupes politiques des Socialistes et des Verts pour la formation d’un prétendu « bloc de gauche », ce qui ressort également des déclarations du candidat du PGE à la présidence de la Commission, A. Tsipras. En outre, des résolutions communes ont été signées dans le Parlement européen sur des questions très graves, parfois même avec la participation du Parti populaire européen et des Libéraux (par exemple, la résolution commune sur l’accord politique relatif au Cadre financier pluriannuel 2014-2020).

Des forces de la GUE/NGL, comme le parti allemand Die Linke, participent à la campagne anti-communiste de l’Union européenne, à la falsification de la vérité historique, à l’équation anti-historique entre communisme et fascisme, à la diffamation de la construction socialiste et des acquis de la classe ouvrière.

4. Toutes ces années le groupe du Parlement européen du KKE s’est opposé à ces choix dangereux. Ella a combattu la position inadmissible des partis et des députés, qui participent au groupe GUE/NGL et qui ont supporté la guerre en Lybie, l’intervention de l’UE à la République Centrafricaine, aux affaires intérieures de la Syrie ou la campagne de subversion contre Cuba, qui n’ont pas condamné l’intervention de l’UE en Ukraine. Il a combattu la position du PGE qu’une gestion en faveur du peuple est possible alors que les monopoles restent au pouvoir. Il a été en conflit avec des positions qui embellissent le caractère impérialiste de l’UE et prétendent que cette union des monopoles peut devenir une union en faveur des peuples. Cependant, et malgré les efforts du KKE, le groupe GUE/NGL est utilisé comme un instrument du PGE. Tout cela a pour résultat la formation d’une situation totalement négative et de nouvelles conditions qui compliquent objectivement la continuation de notre participation au groupe GUE/NGL. Le maintien du KKE dans un groupe, où ces forces prédominent, constituerait une entrave pour l’autonomie idéologique, politique et organisationnelle du Parti au parlement européen, pour la promotion de la stratégie en faveur de la classe ouvrière et des couches populaires dans notre pays et en Europe, pour le regroupement du mouvement communiste en Europe. En même temps, la continuation de la participation du KKE à la GUE/NGL pourrait être utilisée comme un « alibi de gauche » pour imposer la politique opportuniste et social-démocrate des partis qui agissent en faveur de l’UE et acceptent le joug impérialiste.

5. Le fait que le KKE ne va pas adhérer à un des groupes existants, mais aussi le cadre suffocant dans lequel le parlement européen fonctionne, ne peuvent pas empêcher l’intervention du KKE. Les députés européens du KKE continueront, sans aucun engagement, la lutte pour les intérêts et les droits de la classe ouvrière, en s’opposant à l’UE et à sa politique, en combattant l’exploitation capitaliste et en assurant le droit à une action idéologique et politique du KKE autonome et plus efficace. Ils continueront à dévoiler le véritable caractère de l’UE, mais aussi le rôle néfaste des partis qui se rassemblent autour du PGE, des partis qui ont délaissé la lutte contre l’UE et pour le renversement du pouvoir du capital dans leur pays en général. Ces forces, par leur politique de soutien à l’UE, par leur position en faveur des monopoles, par leur participation aux gouvernements anti-populaires (comme en Italie, en France, comme les gouvernements locaux en Allemagne, en Espagne), non seulement n’ont pas du tout contribué à la promotion des intérêts du peuple, mais au contraire, ont mené le mouvement ouvrier-populaire dans leurs pays à la soumission et au recul.

6. Le KKE continuera infatigablement les efforts pour le regroupement du mouvement communiste, pour le développement des relations bilatérales avec les Partis communistes représentés au Parlement européen, avec des dizaines de Partis Communistes en Europe et dans le monde entier. Il participera activement aux Rencontres Internationales et Régionales et améliorera son travail dans le cadre de l’INITIATIVE des 29 Partis communistes et ouvriers en Europe, contre l’Union Européenne, ses partis et sa politique, pour le développement de l’action commune en faveur des intérêts des peuples.

Voir en ligne : Sur le site du KKE

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).