Conseil National du 11 avril 2014

, par  Danielle Trannoy , popularité : 2%

Notre camarade Danielle Trannoy nous fait passer ses notes suite au Conseil National et à la réunion préparatoire qui l’a précédé.

Plusieurs camarades n’ayant pu participer au CN du 11 avril, la réunion était réduite (Laurent Santoire, Paul Barbazange, Caroline Andréani et moi-même) ; voici quelques points évoqués :

Prévoir une prochaine réunion du Réseau : proposons la date du vendredi 13 juin, dans une salle de Fabien (Caroline s’en charge), car est prévu un CN les 14 et 15 juin, sur le bilan des municipales et des européennes.

Sur les municipales :

Demander aux camarades de bien vouloir communiquer leurs réflexions sur les résultats et expériences des municipales. Car les expériences ont été diverses et éclatées :

Les communistes ont été mis à rude épreuve : assaillis par le PS, la droite et l’extrême-droite, les diversions gauchistes… afin de faire disparaître l’obstacle que représente le PCF dans le paysage politique français.

De nouvelles reconfigurations politiques, de nouvelles alliances sont apparues au cours de ces municipales laissant présager d’autres rapprochements à venir qu’il conviendrait d’analyser. Des accords Droite-PS vont se poursuivre pour les mêmes objectifs de classe (servir le capitalisme et restructurer l’Etat-Nation). Paul a évoqué des rapprochements UMP-FN. De l’instrumentalisation du FN par le PS, de Mitterrand via Terra Nova…

Nouvel affaiblissement : près d’un tiers des municipalités communistes ont été (encore) perdues. A cela s’ajoute la perte des élus dans les municipalités socialistes, balayées par le rejet populaire.

Ce qui est le plus inquiétant, c’est l’absence de lien entre un programme national du PCF et les projets locaux. L’absence de bataille lisible de haut en bas.

Les modifications des communes, cantons, conseils généraux, régions et métropoles n’ont pas fait l’objet d’une bataille politique d’envergure à la hauteur des enjeux. Au contraire, une bataille en demi-teinte s’est installée, seul le travail apporté par l’ANECR a été utile aux communistes sur le terrain. Puis aucun lien dans la campagne. Cela laisse-t-il supposer des accords locaux avec le PS ?

Des résistances ont été gagnées : les communistes qui se sont battus localement sans un programme national, mais avec un vrai projet local travaillé avec la population et des forces organisées, en ne cachant pas l’identité communiste. Dans ces municipalités (re) gagnées, conservées, les résultats sont différents (Vénissieux, Aubervilliers…). Ils seront certainement des points d’appui pour renforcer et reconstruire une force communiste. A condition que la réflexion collective circule.

Les accords avec le PS, ou, dans le cadre du FdG, avec ou sans le PG, etc… montrent de grandes fragilités qu’il serait important de porter à la connaissance de tous les communistes, car ces rapports des forces vont se retrouver dans les instances intercommunautaires…

De grandes fragilités apparaissent dans les résultats (La Courneuve, Montreuil…). Nous ne connaissons pas toutes les configurations, notamment celles qui s’annoncent dans les grandes intercommunalités, les métropoles, les régions.

Où seront défendus les intérêts de la population ?

Comment se retrouvent les communistes résistants aux pressions de collaboration avec le PS, aux stratégies aventuristes avec le FdG ? Quelles analyses portent-ils ?

Au cours de ce premier échange, nous faisons le même constat :

L’absence d’une ligne politique claire permettant de faire le lien entre les problèmes locaux et les grandes orientations du capital. Quels que soient les cas de figure, les communistes localement se sont battus pour tenter de se dégager de la situation de confusion dans laquelle nous sommes actuellement englués.

Cette stratégie « du local » n’a pas permis d’informer les populations des redécoupages de l’Etat-Nation de la commune aux régions ; le débat a été absent de notre message (ou très ponctuel selon les endroits où les communistes se le sont emparé). La séparation artificielle entre les politiques locales et les objectifs de l’UE, imposée par la direction, a limité le débat. Pourtant toutes ces questions sont dans les têtes. L’UE est une prison !

L’abstention : fait politique majoritaire touchant le monde du travail.

La stratégie Front de Gauche est partout en échec. La Direction porte la responsabilité de l’échec de la stratégie de rassemblement et d’un nouvel affaiblissement du PCF. Mais la mutation n’arrive-t-elle pas au bout de son objectif ?

Au niveau du Réseau FVRPCF : l’avenir du PCF et "rassembler les communistes" restent notre préoccupation.

Avoir une expression pour inviter les camarades à une réunion de travail, peut-être en les sollicitant soit par téléphone, soit en réunions locales régionales.

Nous avons à notre disposition deux documents de travail importants pour que les communistes se réapproprient leur organisation et rassembler les communistes dans et hors parti :

Le texte du Congrès : "Unir les communistes pour un PCF de combat, marxiste, populaire et rassembleur" (février 2012 – 36e congrès) où toutes les questions étaient posées pour un parti de résistance au capitalisme et de construction du socialisme.

La déclaration des Assises : "Pour faire tomber le tabou du refus de débat : Sortir de l’UE, de l’Euro, de l’OTAN et de l’Alliance Atlantique. Sortir du capitalisme".

Dans la gravité de la situation politique, la section du Bassin d’Arcachon a soulevé la nécessité de la tenue d’un Congrès.

Le Conseil National du 12 avril confirme un état des lieux catastrophique.

Pierre Laurent annonce la tenue d’une conférence nationale pour l’automne (il fait cette proposition personnelle). Il faudra rester vigilant pour l’organisation d’une instance statutaire, car dans « Communistes » est annoncée une importante réunion… sans précision !

On ressent une nette ambivalence entre un Front de Gauche, qui a raté, et des alliances inavouables avec le PS gouvernemental. La tendance serait de refaire un nouveau Front de Gauche. Certains sont donc orphelins.

La grogne des 28 secrétaires fédéraux montre un aspect de la dramatique situation pour les élections européennes du 25 mai. Aucun débat sur le fond ; les positions sont verrouillées. L’accord est encore plus confus que le texte de la convention « Refonder l’Europe » (quel titre !!!). Forte contestation vis-à-vis de la Direction d’avoir cédé à nouveau au PG en cédant la Région Centre et le chantage de la rupture.

Plusieurs intervenants disent que la stratégie est en échec, critiquant le PG et son gauchisme, mettant la Direction le « dos au mur », regrettant l’absence d’autonomie du PCF. La rupture semble consommée. Après les élections européennes, il semble que chacun partira de son côté.

La Direction interpelle donc pour qu’un effort soit fait au niveau des militants de bien vouloir accepter l’accord (qui est dans le droit fil du PGE) et les listes (qui n’étaient pas toutes complètes). Le vote traduit des désaccords.

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).