Comment l’Euro a transformé l’Espagne et l’Italie en pays du tiers-monde

, par  auteurs à lire , popularité : 2%
]

Alors que les pays européens en difficulté de la zone euro présentent des niveaux d’endettement ou de déficits similaires à ceux du Japon ou de la Grande-Bretagne, pourquoi sont-ils attaqués par les marchés ? Paul Krugman l’un des éditorialistes vedette du New York Times se posait la question en juin dernier. Depuis, il a trouvé la réponse.

En adoptant l’Euro, l’Espagne a abdiqué tout pouvoir en matière de politique budgétaire.

En juillet dernier, l’économiste Paul Krugman s’interrogeait sur son blog sur ce qui pouvait sembler au premier abord un non-sens économique : pourquoi les taux d’intérêt des dettes italienne et japonaise divergent-ils autant, alors même que les deux pays ont un endettement et une démographie comparables ? Le déficit public est même moins important en Italie, notait Krugman. Et pourtant les obligations japonaises à dix ans étaient alors soumises à un taux d’intérêt de 1,09%, contre 5,76% pour les obligations italiennes.

A l’époque, l’économiste admettait ne pas avoir "la réponse complète". Il l’a manifestement trouvée aujourd’hui. Dans un éditorial également publié par le New York Times, Paul Krugman prédit la fin prochaine de l’euro et en tire quelques conclusions. Pour lui, il ne faut y voir ni la preuve de l’échec de l’État providence ni celle de la nécessité de s’imposer des restrictions budgétaires.

Si l’Italie ou l’Espagne rencontrent aujourd’hui de telles difficultés économiques - dont les sommets atteints par le taux d’intérêt de leur dette sont le symbole - c’est qu’en adoptant l’euro, les deux pays ont abdiqué tout pouvoir en matière de politique monétaire. Or, pour Krugman, c’est précisément ce critère qui détermine le taux d’intérêt appliqué aux obligations d’un pays.

"Dans les faits, l’Espagne et l’Italie se sont réduites au rang de pays du tiers monde, qui doivent emprunter dans une monnaie qui n’est pas la leur. Plus précisément, parce que les pays européens ne peuvent pas imprimer leur propre monnaie, même en cas d’urgence, ils rencontrent des difficultés de financement que les nations qui ont conservé leur propre devise ne connaissent - avec les résultats que nous voyons maintenant", écrit-il. En d’autres termes, si aujourd’hui l’intérêt de la dette japonaise s’élève à 1% seulement, contre 7% pour l’Italie, c’est parce que le Japon dispose de sa propre monnaie et des moyens de l’utiliser à sa guise pour soutenir son économie.

Si cette théorie a le mérite de venir contredire l’orthodoxie économique, qui préconise actuellement une rigueur à toute épreuve, elle n’est pas nouvelle, fait remarquer Cullen Roche pour le blog Pragmatic Capitalism. En 1992, Wynne Godley, tenant de la Modern Money Theory, prédisait ainsi : "Si un gouvernement n’a pas sa propre banque centrale pouvant lui signer directement des chèques, il ne peut financer ses dépenses qu’en empruntant sur les marchés, de la même manière que les entreprises, ce qui est sinon impossible, ou du moins très cher, particulièrement dans des conditions d’urgence extrême. Les contraintes budgétaires qui s’appliquent sur chaque gouvernement pourraient alors pousser l’Europe dans une spirale désinflationniste, puis dans une véritable crise".

Voir en ligne : http://www.atlantico.fr/

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).