1917-2017

Cent ans qui ont bouleversé le monde, la nécessité d’un véritable bilan par Roger Keeran

, par  auteurs à lire , popularité : 5%

Je tiens à remercier Liz Rowley, Pierre Fontaine et Adrien Welsh pour cette invitation à prendre la parole. Je suis honoré de me joindre à vous pour célébrer le 100ème anniversaire de la Grande Révolution russe. Je vous transmets les salutations de mes camarades de MLToday.com, qui se sont joints à d’autres partis marxistes-léninistes et aux marxistes-léninistes indépendants pour organiser notre propre célébration à New-York le 7 novembre. Votre invitation me rappelle la longue relation entre les communistes de nos deux pays. En 1919, face à la répression légale au Canada qui empêcha la formation d’un parti communiste, Tim Buck et d’autres Canadiens, avant de former le Parti communiste du Canada, rejoignirent le Parti communiste d’Amérique.

Notre rassemblement aujourd’hui témoigne de notre confiance sur le fait qu’en dépit des revers, la révolution russe reste la révolution la plus importante de l’histoire humaine et que le socialisme reste le seul et inévitable chemin pour les travailleurs et tous les opprimés pour se libérer de l’exploitation capitaliste, oppression raciale, impérialiste, la guerre et la destruction de l’environnement mondial. Et la révolution russe reste le guide pour atteindre cet objectif, à savoir un mouvement révolutionnaire des ouvriers, des fermiers et d’autres opprimés menés par un parti marxiste-léniniste.

Pendant 100 ans, les pays capitalistes et leurs idéologues ont attaqué la révolution russe. Ces attaques ont commencé quand Winston Churchill a dit que le bébé bolchevik devait être étranglé dans le berceau et que 12 nations capitalistes ont envoyé des troupes en Russie pour faire exactement cela. Il a continué avec l’invasion nazie de l’Union soviétique et ensuite avec la guerre froide et avec l’offensive idéologique incessante qui assimilait le fascisme et le socialisme, Hitler et Staline. Et même après la disparition de l’Union Soviétique, il a continué avec l’idée que l’Union Soviétique s’est effondrée parce que le socialisme n’a pas fonctionné parce que le socialisme va à l’encontre de la nature humaine.

Comment allons-nous gagner les gens, en particulier les jeunes, à la lutte pour le socialisme, s’ils croient que le socialisme est le même que le fascisme, ou que le socialisme est voué à l’échec ? De toute évidence, nous devons contrer ces attaques idéologiques en nous éduquant et en nous dotant d’une véritable compréhension de la révolution.

Aujourd’hui, j’aimerais aborder trois aspects de la révolution russe :

- L’essence de la lutte en 1917
- Le sens de la révolution pour la Russie
- L’impact de la révolution russe

L’essence de la lutte en 1917

La Révolution russe est survenue après des siècles de domination tsariste despotique, qui avaient abouti non seulement à un pays dépourvu de démocratie fondamentale, mais aussi à un pays qui, bien que cinquième puissance industrielle, comprenait essentiellement des personnes analphabètes et pauvres. L’espérance de vie n’était que de 40 ans contre 60 ans dans les autres pays industrialisés.

La révolution a eu lieu la troisième année d’une guerre dévastatrice qui a fait 2.300.000 morts russes et deux fois plus de blessés. L’armée a été vaincue et démoralisée. Les pénuries de nourriture et d’autres fournitures ont tourmenté les villes. Les manifestations et les grèves abondaient. Les femmes ont demandé du pain. Les travailleurs ont demandé des salaires plus élevés. Les paysans ont exigé des terres. Presque tout le monde a demandé la paix.

La révolution a commencé le 8 mars à Pétrograd, capitale de la Russie, par une manifestation de travailleuses du textile et une grève de 20.000 métallurgistes. Le refus des troupes de tirer sur les femmes signalait la fin de la domination du tsar. A ce moment, aucune de ces revendications ou manifestations n’était en soi socialiste ou révolutionnaire. Mais ce mouvement a culminé en novembre avec l’accession au pouvoir des bolcheviks et la proclamation du socialisme. Qu’est-ce qui a transformé cette crise institutionnelle et ce mécontentement massif de mars en révolution socialiste en novembre ?

Les historiens ont fait deux erreurs dans la compréhension de ce processus. Certains ont sous-estimé et d’autres ont surestimé le rôle des bolcheviks. Ils ont sous-estimé le rôle bolchevique en affirmant que la cause principale de la révolution était la crise institutionnelle du tsarisme et l’action spontanée des masses. Ils l’ont surestimée en prétendant que la révolution russe était un putsch, un coup de main d’une poignée de révolutionnaires endurcis.

Ce qui a fait cette révolution, étaient les actions des masses ensemble avec la direction de Lénine et les bolcheviks. C’étaient les deux éléments indispensables de la révolution, mais ils étaient indispensables parce qu’ils étaient intimement et dialectiquement connectés.

Personne n’a mieux saisi ce phénomène que le journaliste américain John Reed, qui était sur les lieux et a écrit un récit vivant de 1917 dans Dix Jours qui ébranlèrent le monde. Reed dépeint les masses ouvrières et paysannes entrant dans l’histoire : actives dans les rues, sur les grèves, sur les barricades, dans les comités d’usine, dans les Soviets et dans les Brigades rouges. Les gens exigeaient la satisfaction immédiate de leurs demandes et étaient prêts à défendre leurs acquis jusqu’à la mort contre la contre-révolution.

Reed a donné de nombreux exemples de la relation étroite entre les masses et le parti. Par exemple, il a raconté que le 10 novembre, il a pris un train à la périphérie de Petrograd où la contre-révolution de Kerensky devait attaquer. À la gare, il trouva deux soldats armés de fusils et de baïonnettes entourés d’une centaine d’ouvriers, de fonctionnaires et d’étudiants qui attaquaient les soldats avec des arguments et des jurons. Un étudiant a accusé les soldats d’être des « outils d’assassins et de traîtres ». L’un des soldats a calmement répondu : « Vous ne comprenez pas. Il y a deux classes que vous ne voyez pas, le prolétariat et la bourgeoisie ». L’étudiant a interrompu et a insisté sur le fait que les soldats étaient des « paysans ignorants » qu’il s’agissait de « mots stupides » que les soldats répétaient « comme beaucoup de perroquets ». L’argument allait et venait avec l’étudiant interrompant en disant qu’il était un marxiste et avait été en prison et que Lénine était un agent allemand. Le soldat a dit qu’il ne savait pas tout cela, mais que Lénine disait « ce que je veux entendre et tous les hommes simples comme moi, maintenant, il y a deux classes… ». Encore une fois, l’étudiant a interrompu et a déclaré que le soldat était un imbécile et que les bolcheviks détruisaient la Russie. Finalement, le soldat a fini sa pensée. Il a dit : « Cela semble parfaitement simple, mais alors, je ne suis pas bien éduqué. Il semble qu’il n’y ait que deux classes, le prolétariat et la bourgeoisie… seulement deux classes. Et celui qui n’est pas d’un côté est de l’autre ».

En Russie, en 1917, comme ce soldat, des millions d’ouvriers et de paysans ont mieux saisi le véritable sens du marxisme que cet étudiant et, comme ce soldat, ils ont vu Lénine et les bolcheviks exprimer leurs intérêts.

Lénine a recommandé le livre de Reed aux « ouvriers du monde » comme « une exposition véridique et très vivante de l’événement si important à la compréhension de ce qu’est réellement la révolution prolétarienne et la dictature du prolétariat ».

Comme Reed, un autre communiste qui comprenait le rôle de Lénine et des bolcheviks était Tim Buck, le secrétaire général du Parti communiste du Canada depuis longtemps. Il a appelé la qualité que Lénine et les bolcheviks ont montré, « l’audace » – l’audace de la pensée et l’audace de l’action. Buck a déclaré : « Lénine a démontré plus clairement et plus dramatiquement le rôle décisif de l’audace dans la révolution que n’importe quel autre révolutionnaire dont les activités sont enregistrées ».

L’un des nombreux exemples donnés par Buck pendant l’été 1917, était celui des paysans qui exigeaient la terre, alors que tous les autres partis révolutionnaires, y compris les socialistes-révolutionnaires, le parti qui avait initialement soulevé cette revendication, insistèrent pour que les paysans attendent l’Assemblée constituante pour faire passer une loi.

Évoquant l’humeur du peuple, Lénine et les bolcheviks abandonnèrent leur scepticisme initial et appelèrent les paysans à « prendre la terre de façon organisée ». L’approbation légale pourrait venir plus tard. Cette idée correspondait exactement aux souhaits du peuple. Grâce à cette demande et à la demande d’une paix immédiate et d’autres démarches, les bolcheviks ont montré leur compréhension des travailleurs, des paysans et des soldats et leur vision claire de ce qu’ils devaient faire, gagnant ainsi le droit et la capacité de prendre le pouvoir. Buck a dit : « Dans toutes les annales de la civilisation, il n’y a pas d’autre exemple d’une telle audace à couper le souffle ».

Reed dit simplement qu’en novembre 1917, le parti bolchevik était le seul parti avec un programme constructif et le pouvoir de le réaliser. Et s’ils n’avaient pas pris le pouvoir quand ils l’ont fait, il y avait peu de doute « que les armées de l’Allemagne impériale auraient été à Petrograd et à Moscou en décembre, et la Russie serait de nouveau diriée par un tsar ».

Le sens de la révolution pour la Russie

Le deuxième point qui doit être constaté est ce que la révolution signifiait pour la Russie après 1917 : à savoir, c’était une révolution par les ouvriers et les paysans pour les ouvriers et les paysans.

Naturellement, la plus grande partie de l’attaque idéologique contre la Révolution russe est venue et continue de venir des intellectuels et des universitaires : de George Orwell à Hannah Arendt, de Robert Conquest à Robert McNamara, des auteurs de The God that Failed aux auteurs du Livre noir du communisme.

Ainsi, il est nécessaire de souligner que la révolution russe n’était pas par et pour les intellectuels. C’était une révolution par et pour les ouvriers et les paysans. Ce n’était pas pour rendre la vie meilleure aux intellectuels, mais pour rendre la vie meilleure aux travailleurs et aux paysans. Et la révolution russe a fait exactement cela.

La révolution a mis fin à l’exploitation, un système où une classe de capitalistes et de propriétaires profitait du travail des ouvriers et des paysans. Sous le nouveau système du socialisme, les usines et la terre, les mines et les moulins, le transport et la communication sont devenus la propriété de toute la société.

La révolution a apporté la croissance économique : sous ce système, la croissance économique a eu lieu chaque année entre 1917 et 1985, à l’exception des années de la Seconde Guerre mondiale.

A l’heure où les Américains subissent 30 ans de pertes d’emplois dans l’industrie de base et de stagnation ou de baisse des salaires, il est important de rappeler que l’Union soviétique a fourni le plein emploi, l’augmentation des revenus et la sécurité de l’emploi. Aucun travailleur ne pouvait être licencié sans l’approbation du syndicat.

Soins de santé : au moment où les républicains et Trump veulent priver 27 millions d’Américains de l’assurance maladie, il est important de se rappeler que l’Union soviétique a fourni des soins de santé gratuits pour tous.

Éducation : à une époque où la plupart des étudiants américains quittent l’université profondément endettés et où l’éducation est de plus en plus privatisée, il est important de rappeler que l’Union Soviétique offrait une éducation publique gratuite pour tous, y compris les collèges et écoles professionnelles.

Pensions : à une époque où de plus en plus d’Américains manquent de pensions et où l’âge de la retraite augmente, il est important de rappeler que l’Union Soviétique offrait des pensions à tous les hommes à 60 ans et toutes les femmes à 55 ans.

Vacances : à une époque où l’Américain moyen reçoit deux semaines de vacances payées, il est important de rappeler que les travailleurs soviétiques ont bénéficié de quatre semaines de congés payées.

Égalité : à une époque où l’inégalité des revenus est plus grande qu’elle ne l’a jamais été et où le PDG moyen gagne 210 fois le salaire du travailleur moyen, il est important de rappeler que sous le socialisme, l’égalité des revenus était la plus élevée, seulement 10 fois plus élevé que le revenu moyen.

Culture : et la révolution a apporté non seulement du pain mais aussi des roses. Le peuple soviétique lisait plus de livres et de journaux, fréquentait plus de films, de pièces de théâtre et de concerts et visitait les musées plus que les gens de tous les autres pays du monde.

Femmes : Marx a déclaré que la liberté de tout pays pouvait être mesurée par la liberté des femmes. L’Union soviétique a accordé certains droits et avantages aux femmes bien avant les pays capitalistes et certains droits et avantages que les pays capitalistes n’ont jamais accordés.

Le suffrage : la révolution a apporté le droit de vote aux femmes, trois ans avant les États-Unis, 23 ans avant le Québec et 30 ans avant la France.

Intégration dans le marché du travail : la révolution a pleinement intégré les femmes dans la population active.

Pensions : les femmes ont reçu une pension complète à l’âge de 55 ans.

Les femmes ont obtenu un congé de maternité payé, ce qui arrive rarement sous le capitalisme.

Les femmes ont pu obtenir des services de garde gratuits, encore indisponibles sous le capitalisme.

Les femmes avaient accès à des blanchisseries et à des cantines publiques, chose inédite sous le capitalisme.

La révolution a apporté aux femmes des lois libérales sur le divorce et des droits reproductifs.

De plus, selon Kristen Ghodsee, professeur d’études russes et d’Europe de l’Est à l’Université de Pennsylvanie, parce que les pays socialistes défendaient l’égalité au travail, à la maison et dans la chambre à coucher, « les femmes sous le communisme jouissaient de plus de plaisir sexuel. Une étude des Allemands de l’Est et de l’Ouest menée après la réunification en 1990 [a prouvé] que les femmes orientales avaient deux fois plus d’orgasmes que les femmes occidentales. ».

Cela peut aider à expliquer la grande nostalgie du socialisme en Russie aujourd’hui. Selon un sondage réalisé en 2016 par le Centre Levada à Moscou, 50% des Russes « préféreraient vivre sous l’ancienne Union Soviétique et aimeraient voir le système socialiste restauré ».

En 2015, Svetlana Alexievitch a remporté le prix Nobel pour un livre très douteux appelé La Fin de l’Homme rouge, dans lequel elle tente de contrecarrer cette nostalgie par des histoires orales colorées mais non documentées. Pourtant, elle ne pouvait pas nier l’omniprésence de la nostalgie. Elle cite un professeur : « Les étudiants d’aujourd’hui ont vraiment vu et senti le capitalisme : l’inégalité, la pauvreté, la richesse éhontée. Ils ont vu la vie de leurs parents, qui n’ont jamais rien obtenu du pillage du pays… Ils rêvent de leur propre révolution, ils portent des t-shirts avec des photos de Lénine et Che Guevara. ». Elle dit qu’il y a la demande pour tous, des cafés style soviétique, des bonbons soviétique, salami soviétique et vodka soviétique. Il y a des douzaines d’émissions de télévision sur le thème soviétique et de nombreux sites consacrés à la nostalgie soviétique.

Bien sûr, la nostalgie du socialisme n’est pas la même chose que le désir de se battre pour le socialisme, mais cela montre néanmoins que la majorité du peuple soviétique n’a pas acheté la version socialiste du capitalisme.

L’impact de la révolution russe

Le troisième point sur la révolution russe est qu’elle a eu un impact international durable.

Immédiatement après la révolution, les travailleurs du monde entier sont venus défendre la révolution. Des ouvriers du monde entier ont formé des unités internationales de l’armée rouge dans 85 villes soviétiques. Des soulèvements révolutionnaires ont eu lieu en Allemagne, en Hongrie et en Finlande. Des dizaines de milliers de travailleurs en Europe et en Amérique du Nord ont manifesté leur soutien à la révolution.

Aux États-Unis, Elizabeth Gurley Flynn des IWW, Eugene Debs du Parti socialiste et William Z. Foster, chef de la grande grève de l’acier de 1919, devinrent tous partisans de la révolution russe. Après avoir été témoin de la révolution, John Reed est retourné chez lui pour aider à former le Parti communiste.

Au Canada, Tim Buck et d’autres inspirés par la révolution ont formé le Parti communiste du Canada.

Il n’est pas exagéré de dire qu’au XXème siècle, tous les partis communistes, toutes les luttes socialistes, toutes les luttes contre le fascisme, toutes les luttes contre le colonialisme et la libération nationale et de nombreuses luttes pour le travail et les droits démocratiques s’inspirèrent de la révolution russe, et dans de nombreux cas ont bénéficié d’un soutien matériel direct de l’Union soviétique.

C’était le cas des grandes révolutions chinoise, vietnamienne et cubaine.

C’était vrai des luttes anticoloniales en Afrique.

C’était vrai de la lutte palestinienne et de la lutte contre l’apartheid sud-africain.

Cela signifiait à son tour que presque tous les héros de la lutte progressiste au XXème siècle étaient des partisans de la révolution russe.

Fidel Castro a déclaré que jusqu’en 1986, les Soviétiques fournissaient une bouée de sauvetage à la révolution cubaine. L’Union soviétique fournissait un marché pour le sucre et fournissait au pays de la nourriture, de l’essence, du savon et même du bois pour enterrer les morts.

Che Guevara est revenu d’une visite en Union Soviétique et a déclaré qu’il était convaincu que la classe ouvrière restait au pouvoir et il a été impressionné par le fait que 260 millions de personnes vivaient sans concurrence et sans exploitation.

Tous les dirigeants du Congrès national africain – Nelson Mandela, Waltr Sisulu, Oliver Tambo, Joe Slovo et Moses Kotane – étaient des partisans de la révolution russe.

Aux États-Unis, les dirigeants afro-américains Paul Robeson, Web Dubois et Angela Davis ont salué la révolution russe et sa signification pour les Noirs. Dubois a déclaré que l’Union Soviétique était sur le point de vaincre les préjugés raciaux. Après avoir visité l’Union Soviétique, Angela Davis a loué la grande Révolution d’Octobre : « le socialisme pourra mener à bien la lutte contre le racisme ».

Même les mouvements ouvriers et démocratiques, apparemment très éloignés de la révolution, n’en ont pas moins été positivement influencés.

C’était vrai du mouvement ouvrier. Au lendemain de la révolution, l’affiliation syndicale en France et en Italie a augmenté dans chaque pays de quelques centaines à plus de deux millions.

Au Canada et aux États-Unis, les communistes ont été encouragés à introduire des idées de lutte des classes dans les syndicats réactionnaires de l’AFL. Et dans les années 1930, les syndicalistes communistes étaient au premier rang des luttes pour organiser les travailleurs industriels du CIO.

Le système socialiste baasiste en Irak, le socialisme libyen sous Quadaffi et le socialisme baasiste actuel de la Syrie d’Assad s’inspirent de la révolution russe. Bien que le socialisme arabe ne soit pas exactement le socialisme prolétarien, ces systèmes ont néanmoins ét les émules de la propriété publique soviétique, de l’éducation gratuite, des soins de santé gratuits et des droits des femmes. Ce n’est pas par hasard qu’après la chute de l’Union soviétique, l’impérialisme américain a ciblé chacun de ces pays pour un changement de régime.

Même le mouvement des femmes modernes et la libération des homosexuels ont été indirectement inspirés par la révolution russe.

Le livre de Betty Friedan, The Feminine Mystique, publié en 1963, a inspiré le mouvement des femmes modernes. Friedan avait de nombreux liens avec le Parti et travaillait pour le syndicat United Electric Workers Union, dirigé par les communistes.

Le mouvement moderne de libération gay est à l’origine de la Mattachine Society, fondée par Harry Hay en 1950. Harry Hay était un communiste unique qui a organisé la Société Mattachine sur les principes bolcheviques.

Quand vous regardez les impacts de la révolution russe, vous pouvez comprendre pourquoi l’historien EH Carr a déclaré que la révolution russe « a été la source de répercussions plus profondes et plus durables dans le monde que tout autre événement historique des temps modernes ».

Lorsque nous regardons ces impacts, nous pouvons affirmer que cent ans plus tard, la révolution russe continue de secouer le monde.

Vive la révolution russe !

Roger Keeran, Montréal, le 28 octobre 2017

Roger Keeran est un historien universitaire (New-York) membre du parti communiste des États-Unis, co-auteur du livre "Le socialisme trahi - Les causes de la chute de l’Union soviétique" aux éditions Delga.

Brèves Toutes les brèves

  • CUEM : Calendrier 2017-2018

    Cercle universitaire d’études marxistes
    « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit (...)

  • Voix sans Voile

    Cher-e-s camarades,
    Je vous annonce la sortie prochaine de mon livre, intitulé "Voix sans Voile", préfacé par PIERRE (...)

  • Viols à Solférino ?

    A quand les bordels dans les couloirs de Solferino pour « les migrants » ?
    C’est une insulte d’abord pour ces (...)

  • Glucksman et Schmidt...

    André Glucksmann et Helmut Schmidt sont tous deux morts ce 10 Novembre...Aucun rapport, mais ça en fait deux de moins (...)

  • Qui était Boris Nemtsov ?

    Dans son discours devant la manifestation des communistes à Moscou le 1er mars 2015 , Sergueï Pavlovitch Oboukhov (...)

  • Un livre sur le Viet-nam

    Raymonde Dien ancienne militante, des années cinquante, pour la paix au Viet-Nam puis contre la guerre d’ Algérie, a (...)

  • Hommage à Georges Marchais…

    Hommage à Georges Marchais…
    Au nom de l’avenir, par Georges Gastaud Marchais n’est plus, ils débaptisent Le parvis (...)

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).