Ce qui s’est passé le week-end du 13 et 14 novembre.

, par  Charles Hoareau , popularité : 6%

Il y a des moments où, un évènement s’impose dans l’actualité, au point d’écraser tous les autres dont pourtant il faudrait parler. C’est ce qui s’est encore passé ce week-end.

Ainsi donc, dans ce que la presse nomme un foyer « pour travailleurs immigré-e-s » pour ne pas dire un foyer ADOMA et comme si le sinistre était moins grave et plus fatal parce qu’il s’agissait « d’immigrés », le feu a pris tuant au moins sept personnes [1] dans la nuit de samedi à dimanche : un résident, qui a sauté du sixième étage, six autres personnes asphyxiées par une épaisse fumée brûlante. Le bilan pourrait s’alourdir car 11 personnes sont encore dans un état grave, dont trois enfants en réanimation et 8 personnes mises dans des caissons ¬hyperbares.

Le feu a tué et la seule vision de l’immeuble fait comprendre comment à partir de poubelles situées à l’extérieur d’un bâtiment et adossées à celui-ci, le piège mortel peut se refermer sur les résidents. Le foyer de Dijon, comme celui de Félix Pyat à Marseille, comme tant d’autres foyers en France est un entassement sur plusieurs étages de cubes dont on ne peut sortir qu’en franchissant un long couloir étroit et bas de plafond, puis en descendant un escalier pas large non plus, espaces rapidement envahis par la fumée toxique en pareille circonstance.

7 morts, 11 blessés et la direction d’ADOMA dit que les systèmes de sécurité ont fonctionné…Mais alors ça veut dire quoi « fonctionner » ? Moi je croyais naïvement que ça voulait dire zéro mort, zéro blessé…Il y aurait un nombre de morts acceptable ?

C’est une question de technologie ? La faute à pas de chance ?

Les hasards de l’actualité font que l’on parle ces jours-ci de l’Opéra-Comique de Paris bâtiment inauguré il y a plus de 100 ans dont on a su préserver la décoration initiale tout en l’équipant de matériaux ignifugés. Ce qui a été possible pour un lieu de culture ne le serait pas pour un lieu d’habitation ? Ne peut-on pas prévoir des logements bien plus sécurisés que ceux de ces foyers-là ? Comme par hasard c’est une insécurité dont on ne parle jamais…et qui tue.

L’autre élément qui rend encore plus insoutenable un tel évènement et que l’on redoutait dès son annonce, c’est que plus l’enquête avance, plus la thèse de l’incendie volontaire semble se confirmer : le racisme aurait-il donc à nouveau tué ? Des « immigrés » et des français un peu trop noirs, un peu trop pauvres ?...

Sur des forums dont le Net regorge, y compris d’ailleurs ceux de la presse dite respectable et citée comme telle dans les revues de presses de nos médias matinaux, des anonymes s’en donnent à cœur joie sur le parallèle entre le nombre de chômeurs et le nombre « d’étrangers », sur la France qui n’a pas les moyens d’accueillir…etc… vous connaissez. Certains messages semblent même se réjouir et sous entendent que cela ne va pas s’arrêter là. Des menaces à ne pas sous-estimer ?

Curieusement la presse électronique de ce lundi soir est déjà très largement passée à autre chose que ce « fait divers » qui a de toute façon bien moins mobilisé les médias que les ennuis de santé de Johnny Hallyday ou les déboires de l’équipe de France de foot [2] : question d’échelle des valeurs…

Pourtant n’y aurait-il pas, à partir de ce dramatique évènement, des questions à se poser sur la place de l’homme dans notre société ? Sur le rôle des pouvoirs publics qui viennent de privatiser ADOMA ? Sur les conséquences de la politique du bouc émissaire ? Sur les conditions de logement de nombre de travailleurs pauvres parce que surexploités ?
Une Une de journal n’y suffirait pas…

Il faudrait parler aussi, si on avait encore de la place en Une, de la multitude des endroits où des gens de tous horizons ont, encore ce week-end, conjugué à leur manière dans la rue ou ailleurs le « On lâche rien ! » des manifs de cette rentrée, initiatives qui ont mobilisé des milliers de salarié-e-s, de retraité-e-s, de chômeurs…et dont la presse parle si peu en ce lundi pluvieux.

En serrant un peu on pourrait parler des grévistes de Marseille 02 qui, soutenus par la population, refusent encore et toujours dans une grève totale qui a dépassé son 1er mois, une réforme que La Poste veut leur imposer.

On pourrait aussi parler de la rencontre internationaliste de Vénissieux, la 3ème du genre, qui a réuni dans une ambiance de réelle fraternité plus de 150 personnes venus écouter et débattre avec des représentants des partis communistes d’Espagne, d’Irak , de Cuba, du Bénin, de Grèce, du Nicaragua…dans une journée qui a soulevé l’enthousiasme des participant-e-s.

On pourrait aussi parler des conséquences graves de la loi sur les retraites sur les comptes de l’assurance chômage…

Oui vraiment, si on avait la place en Une on devrait parler de tous ces évènements qui se sont produits ce week-end.

A part ça je ne vois vraiment pas de quoi on pourrait parler d’autre…et qui occupe tant la presse « respectable » [3]

[1] dont 3 français…moins français que d’autres ?

[2] sur Google actualité plus de 1000 articles sur la santé de Johnny en 2009, 22600 sur l’équipe de France en Afrique du Sud, 283 sur le foyer et ses morts…

[3] plus de 1600 articles sur une vague histoire de chaises musicales

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).