Contre tous les "Fous de Dieu"

, par  Jean Levy , popularité : 1%

Cet article de Jean Lévy commence par la croisade des albigeois qu’a oublié A Lecoq de Béziers dans son texte ! Et nous rappelle quelques-uns des récents crimes de nos dirigeants successifs. A verser au dossier de réflexions pour éviter l’engrenage sécuritaire qui donnerait la victoire aux "Fous de Dieu".

La croisade contre l’hérésie cathare à Béziers, la Saint-Barthélémy à Paris et un bûcher pour les hérétiques.

Au-delà de l’horreur que suscite la multiplication en France et dans d’autres pays, des attentats sanglants, fruits vénéneux du fanatisme religieux, il faut raison garder.

Aujourd’hui au nom de l’Islam, comme hier, tout au long de l’histoire du monde, au nom de Dieu, de tels crimes ont été commis.

Rappelons-nous notre propre histoire :

Après la prédication pour lutter contre l’hérésie cathare, le légat du pape Innocent III décide de lancer une croisade contre eux. Nous sommes le 22 juillet 1208. Les 20.000 croisés assiègent Béziers et peuvent pénétrer dans la ville en 1209. C’est la tuerie organisée. Le chef de la Croisade, Arnaud Amaury, légat pontifical et abbé de Cîteaux, déclare « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ».

Des centaines, voire des milliers d’habitants sont massacrés au nom de Dieu.

Mais ce massacre ne reste pas un évènement isolé.

Notons, entre autres, celui de la Saint-Barthélemy, à Paris, le 24 août 1572, qui fit plus 10.000 victimes, hommes, femmes et enfants supposés protestants en une seule nuit...

Tout au long des siècles suivants, les autorités religieuses et royales massacrent allégrement les hérétiques, les hommes et les femmes qui se séparent de Rome et du Souverain pontife, qui osent embrasser une autre religion ou mettent celle-ci en doute. Les bûchers de l’inquisition flambent place de grève, à Paris comme en province. Les "fous de Dieu" sont alors catholiques. Comme ils sont également musulmans aujourd’hui. Ou, ailleurs, hindous, encore à notre époque...

Aussi, les propos présidentiels qui présentent les attentats des tueurs islamistes contre une église de France comme attaque contre la République, manquent de retenue dans un pays régi depuis plus d’un siècle par les lois laïques de 1905, où la religion, toutes les religions, sont affaires privées. L’attentat de St Etienne du Rouvray, comme celui de Nice (qui massacra parmi les 84 victimes, nombre de musulmans et d’athées) est un crime contre la personne humaine, simplement.

Mais "qui fait la guerre à qui" ?

Le pouvoir PS de François Hollande comme celui de Nicolas Sarkozy, qui l’avait précédé, dénoncent les "fous de Dieu", lorsqu’ils sont musulmans, alors que les gouvernements PS et UMP sont responsables, l’un comme l’autre, de guerres offensives menées exclusivement contre des Etats laïques, bien qu’à majorité musulmane, tels la Libye de Kadhafi, l’Irak de Saddam Hussein, ou ces années-ci, contre la Syrie de Bachar-al Assad.

N’est-ce pas Fabius, alors ministre des Affaires Etrangères, aujourd’hui président du Conseil Constitutionnel, qui déclarait que le président syrien "n’avait pas le droit de vivre" et que ses opposants d’Al Nosra, une organisation terroriste, filiale d’Al-Qaïda, "faisaient du bon boulot"... De quoi faire naître des vocations.

De récentes et révoltantes vidéos ne représentent-ils pas ces tueurs en train d’égorger un enfant de dix ans ?

Et comment ne pas rappeler ce 31 août 2013, où François Hollande et son gouvernement attendaient le feu vert de la Maison Blanche pour bombarder Damas, et déclencher la guerre contre un pouvoir qui résiste à l’assaut des tueurs islamiques, feu vert heureusement refusé par les Américains et les députés britanniques ?

Oui, certes, il faut éradiquer la menace des fascistes verts, de Daesh comme d’Al-Qaida.

En reprenant langue avec le pouvoir laïc du président Bachar-al Assad, avec ses services de renseignement (comme le président syrien l’avait maintes fois proposé), cesser d’armer directement ou par le biais du Qatar et de l’Arabie Saoudite, les bandes terroristes, et leurs volontaires français, danger potentiel en cas de retour dans notre pays.

C’est en reprenant la politique de coopération traditionnelle avec la Russie, comme l’avait tenté le général de Gaulle, que se créera un nouveau rapport de force sur notre continent, contre le terrorisme

Ce n’est pas en réduisant les libertés des citoyens français que la guerre contre les "fous de Dieu" sera gagnée. C’est en changeant de politique vis-à-vis du monde arabe, c’est en soutenant les forces laïques de ces pays, c’est en sortant du ghetto social les millions de français musulmans de nos banlieues en les sortant du choix de misère - trafic ou djihad - en pratiquant une politique d’intégration républicaine conforme à nos traditions, et non en ayant recours au communautarisme religieux qui divise et oppose les citoyens, que les choses pourront changer en France

Et faire reculer le terrorisme vert.

Jean Lévy

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).