Aujourd’hui on n’annexe plus on arrime.

, par  Gilbert Remond , popularité : 3%

Depuis quelques jours, l’ensemble des médias et une grande majorité de la classe politique du pays se répandent tous azimuts pour dire leur soutien à la nouvelle révolution orange qui remet en mouvement les idées démocratiques en Ukraine, désignant du coup à la vindicte citoyenne les vilains dictateurs qui gouvernent ce pays. Tout cela parce que ceux-ci, oh sacrilège !, ont refusé l’union.

Notez au passage la nouvelle désignation. L’on ne dit plus "union européenne" mais "union" comme aux temps de la guerre civile que nous connaissons sous le nom de "guerre de sécession", qui aux états-unis avait opposé les états du sud, partisans de l’esclavagisme à ceux du Nord porteurs des valeurs de progrès, de civilisation et de démocratie. Devinez qui est qui, dans la géniale transposition que l’on nous propose subrepticement ?

J’avais pour ma part dans un premier temps eu un moment de doute. Tiens, ai-je cru un court instant, ils veulent retrouver l’union soviétique. Non non non, il ne s’agissait absolument pas de cela, vieux rêveur, mais de pouvoir enfin ramener dans notre zone d’influence ce que ni Clémenceau en dix-huit, ni Dalladier en trente-neuf, ni Hitler à partir de quarante et un, n’avaient pu réussir à faire. Il s’agit comme ils disent "d’arrimer l’Ukraine à l’union". Aujourd’hui on n’annexe plus on arrime. Plus besoin de divisions blindées, seuls les nœuds coulants sont nécessaires, car il s’agit bien de tenir par la gorges les peuples, en particulier par les politiques monétaires.

D’ailleurs ce matin, j’entendais sur "France Inter" cette chose incroyable qu’aucun de nos gouvernements ne supporterait bien longtemps si une telle chose se passait sur leur territoire, à savoir que l’ambassadeur d’Allemagne était venu apporter son soutien aux manifestants pro-européen qui occupent "pacifiquement" l’hôtel de ville de Kiev, ainsi que notre ministre des affaires européennes à qui d’ailleurs la station donnait l’antenne pour qu’il puisse longuement s’expliquer sur les raison de sa présence et que, oui sans s’immiscer dans les affaires intérieures du pays, il était heureux de voir qu’une partie de la population voulait se tourner vers les valeurs de la démocratie et du progrès économique. Non mais imaginez cinq minutes ce qu’aurait déclenché la présence d’un ministre soviétique ou de l’ambassadeur de Chine au pied des barricades du quartier latin en soixante huit, ou si l’un de ces personnages était venu dans la Sorbonne occupée ou dans l’Odéon pour exprimer leur solidarité !!

Pour nos parangons de vertu démocratique, tout cela est plus que normal, d’ailleurs il s’agit là de la grande liberté libérale, de la libre circulation des idées et des produits, surtout des produits, parce que pour les peuples, c’est autre chose voyez vous ! Comme le disent certains de nos édiles au sujet de ces rom de l’est qui prétendent à la liberté de déplacement, il est dommage que les pompiers se pressent d’arriver quand leurs baraquements flambent.

Comme il ne faut savoir compter que sur nous même pour rétablir la vérité des faits et que plus que jamais nous devons mettre en doute la fabrication de l’opinion à laquelle se livre la presse industrielle, je vous invite à lire les contributions diffusées par des blogs de la contre offensive.

Amicalement

Gilbert

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).