Alexander et Michael Kononovich torturés par le bras armée des putschistes de Kiev, Pravy Sektor

, par  communistes , popularité : 2%

Pendant que l’on nous raconte que Poutine est un nouvel Hitler, les sections d’assaut des néonazis font régner la terreur et le nouveau pouvoir qui les couve en son sein, qui les a même nommés les nouvelles forces de police veut interdire le Parti Communiste et soumet les communistes à la terreur, voir à la torture. dans l’ouest ce ne sont pas seulement les communistes qui sont visés mais toutes les minorités. Il faut bien comprendre la situation réelle, dans l’est et le sud de l’Ukraine comme le notait un récent article du magasine allemand Der Spiegel les trois quart de la population sont pour la Russie. Pas seulement parce qu’ils sont russophones et parce que le nouveau pouvoir autoproclamé a eu pour premier acte de supprimer le russe comme langue régionale. Mais aussi parce que l’est du pays qui est industriel et plus riche que l’ouest est en relation commerciale avec la Russie et que le nouveau pouvoir vient également de sortir de la CEI, d’instaurer un visa avec la Russie. Parce qu’ils savent également que l’Europe et les Etats-Unis viennent avec l’aide du FMI les priver de leurs protections sociales et fermer leurs industries pour déverser le flot des marchandises de l’ouest comme cela s’est fait partout. C’est sur ces bases là que les communistes interviennent en cherchant d’abord à préserver la population contre les malheurs que connaît la Grèce en pire. Et c’est pour cela que les sections d’assaut des néo-nazis torturent et menacent ces militants communistes. parce qu’ils vont partout pour provoquer, faire intervenir des snipers pour provoquer des désordres dans une situation de faillite du gouvernement de Kiev. (note de Danielle Bleitrach)

JPEG - 15.6 ko

Le Premier secrétaire du Parti communiste Petro Simonenko, a annoncé cette terrible nouvelle lors d’une visite de travail à Kharkov. Alexander et Michael Kononovich ont été torturés, soumis à des chocs électriques, passés à tabac par le bras armée du gouvernement des putschistes de Kiev, Pravy Sektor – article et traduction Nico Maury

"Ce qui est clair c’est qu’en Ukraine un régime fasciste national a été établit, ils répriment toute opposition et instaurent une censure féroce contre les idées différentes, contre le droit d’une personne a avoir un point de vue différent de celui imposé aujourd’hui par des hommes masqués armés. C’est l’image du pouvoir actuel"


déclare Petro Simonenko, leader communiste ukrainien. Il a rappelé que le 18 mars des députés fascistes de "Svoboda" ont fait irruption dans le bureau du Président de la première chaîne de télévision nationale et qu’ils ont frappé et forcé ce dernier a écrire une lettre de démission.

La terreur et la violence fasciste règne en Ukraine

"Le dernier exemple en date des actions des bandits nationalistes c’est déroulé en Volhynie, la tyrannie et l’anarchie règne en Ukraine. Dans le bâtiment du Comité régional du Parti communiste plusieurs dizaines de militants de "Pravy sektor" ont pris en otage nos camarades."

JPEG - 11.4 ko

‘Il s’agit de deux frères jumeaux – Alexander et Michael Kononovich" déclare le chef du Parti communiste . Selon des témoins, les terroristes étaient armés et ont menacé, la violence physique, tous ceux qui résistaient. Michael et Alexander ont été capturé dans le siège du Parti par les nazis de "Pravy Sektor", les voyous les ont soumis à des chocs électriques, les ont passé à tabac, ont filmé la scène et les ont menacé de les tuer sur-le-champ si ils ne se mettaient à genoux, et si ils ne renonçaient publiquement a soutenir le Parti communiste et ne déchiraient pas leurs cartes du parti."

Soumis à des chocs électriques, et passés à tabac parce que communistes

"Malgré les menaces et la torture, Michael et Alexander Kononovich ont refusé de répondre aux exigences des terroristes. Ils ont au contraire affirmés leurs principes et leurs convictions profondes. Ces jeunes patriotes de la région de Volhynie sont prêts à faire beaucoup pour sa prospérité. Actuellement ils ont été libéré mais leurs ravisseurs occupent toujours les lieux, se sont des bandits armés "


déclare Petro Simonenko.

"Ni la police ni le SBU n’ont intervenu contre les actions des ultra-radicaux néo-nazis de "Pravy Sektor", ils ont refusé d’ouvrir une enquête pour enlèvement, prise d’otages, torture et tentative de meurtre. "Les extrémistes criminels en Ukraine enlèvent des personnes, capturent des bâtiments, volent des banques, les forces de l’ordre servent pratiquement les intérêts de "Pravy sektor","Svoboda "et des groupes armés de bandits qui mènent des pillages à travers le pays. "

La police et le SBU n’interviennent pas, ils laissent faire

"Toutefois, ce n’est pas surprenant, car toutes les structures de pouvoir sont solidement tenues par représentants des partis et des organisations nationalistes et néo-nazis. Comme vous le savez, le chien ne mange pas de chien"


déclare Petro Simonenko. Le chef du Parti communiste a également fait appel à la communauté mondiale progressite pour demander à leurs gouvernements de cesser de soutenir ce pouvoir pro-fascistes en Ukraine, cette dictature policière détruit l’intégrité du pays.

Voir en ligne : sur le blog de Nicolas Maury

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).