A propos du syndicalisme rassemblé

, par  Gilles Mercier , popularité : 1%

Le document d’orientation présenté par la Direction confédérale de la CGT pour son 50ème congrès fait du syndicalisme rassemblé l’alpha et l’oméga de sa stratégie. Mais, le bilan de 15 ans de syndicalisme rassemblé ne plaide pas pour sa poursuite. Le texte reconnait d’ailleurs que l’unité syndicale contre la réforme Fillon des retraites n’a porté que sur le rejet du projet de réforme et non sur les propositions alternatives. Et pour cause, les autres confédérations partageaient peu ou prou la logique du plan Fillon.

La Direction confédérale reconnait de plus que les autres organisations syndicales ont une conception différente du dialogue social et de la négociation qui les conduisent à signer des accords avec le patronat que ne signe pas la CGT. Le dernier exemple est celui sur « la sécurisation de l’emploi » qui bouleverse le code du travail, approuvé par la CFDT, la CGC et la CFTC. Leur signature était prévisible puisqu’elles avaient signé avec le MEDEF, la CGPME et l’UPA un document commun en janvier 2012 sur la compétitivité des entreprises et le coût du travail.

La Direction confédérale a jusqu’ici justifié la stratégie du syndicalisme rassemblé par la faiblesse de la syndicalisation et la division syndicale. La faiblesse de la syndicalisation et la division syndicale sont liées à l’histoire du syndicalisme français. Histoire que la direction confédérale réécrit à sa façon, en affirmant dans le document d’orientation au 1.68 que la CGT est née de la prise de conscience… que les salarié-e-s, au delà de leurs différences, devaient être organisés dans un seul syndicat porteur d’une conception solidaire et interprofessionnel.

En 1895 au congrès de Limoge, le débat ne s’est jamais posé en terme de syndicat unique mais surtout ce qu’occulte le texte confédéral, c’est que la CGT s’est créée sur une base de lutte, sur la conscience de l’affrontement de classe entre le capital et le travail. Le syndicat dans la conception de l’époque, explicitée par la Charte d’Amiens, devait émanciper le salariat de son exploitation. Il est évident que face à un syndicalisme qui contestait sa suprématie, la bourgeoisie n’allait pas rester inactive. Adhérer à la CGT, c’était faire une croix sur sa carrière, être en butte à la répression. Cette dernière fut particulièrement féroce sous Clémenceau et Briand. Contrairement à la France, le syndicalisme en Angleterre et en Allemagne ne s’est pas constitué sur une base d’affrontement avec le capital. Il était plus un partenaire qu’un adversaire du patronat et du pouvoir politique. Y adhérer n’était pas synonyme de blocage de carrière et de répression.

En France, la multiplicité des confédérations est la conséquence de l’existence d’une CGT influente. La CFTC fut créée en 1919 à l’initiative du Vatican pour développer un syndicalisme chrétien en opposition à la CGT. La CGC s’est créée face à la montée du salariat chez les cadres et à une CGT sortie très renforcée des grèves de 1936. Compte tenu de son action dans la résistance, la CGT était toute puissante à la Libération. Mais toute une série de scissions allaient l’affaiblir, qu’il faut placer dans le contexte de la violence des luttes de classes qui suivent la Libération et du commencement de la guerre froide.

C’est tout d’abord la scission de la CNT, puis celle de la FGAF (cheminot), puis celle de Force Ouvrière, celle de la FEN, et de syndicats qui allaient passer dans l’autonomie, certains se réaffilieront par la suite à la CGT. 1964 voit la déconfessionnalisation de la CFTC avec la naissance de la CFDT, porteuse d’un réformisme moderne qui va attirer beaucoup de couches nouvelles du salariat qui découvrent l’exploitation patronale. En 1992, la FEN éjecte la tendance U&A à son congrès de Perpignan pour se saborder et créer l’UNSA avec 5 syndicats autonomes. Au lieu de rejoindre la CGT, U&A maintient les enseignants dans un syndicalisme ultra catégoriel en créant une FEN bis avec ses tendances, la FSU. Enfin, il reste Solidaires né en 1998 de l’association de syndicats autonomes, (le groupe des dix né en 1981), dont certains ont depuis rejoint l’UNSA, et de syndicats SUD dont plusieurs ont quitté la CFDT.

L’ensemble de ces organisations syndicales malgré leurs différences et leurs divergences ont un point commun, elles se définissent comme réformistes. C’est ce que refuse d’admettre le syndicalisme rassemblé. Pour ces organisations, les intérêts du salariat ne sont pas fondamentalement antagoniques de ceux du patronat, des aménagements sont possibles. Or, la mondialisation exacerbant la concurrence entre groupes capitalistes rend les besoins de financement de ces derniers infinis : les richesses créées par les salariés doivent servir au maximum sinon en totalité à l’accumulation du capital et ne plus être socialisées ou le moins possible, quitte à remettre en cause le renouvellement de la force de travail.

Chaque organisation syndicale au niveau de l’entreprise, de la branche professionnelle, de l’Etat se positionne face aux exigences du patronat et de l’Etat qui épaule en permanence le patronat. C’est ce qui fait que la CGT est différente de toutes les autres organisations. Elle n’a signé et ne signe aucun accord défavorable aux salariés. Le syndicalisme rassemblé, sous entendu autour de la CGT, qui pour ses concepteurs est la première étape menant à l’unité organique [1] est un leurre. Il n’y a pas d’un côté le patronat et de l’autre l’ensemble des organisations syndicales. Il y a d’un côté le patronat et le syndicalisme d’accompagnement et de l’autre le syndicalisme de lutte. Le syndicalisme d’accompagnement qui peut prendre des formes contestataires, ne remet pas en cause la domination du capital sur le travail.

C’est un leurre de croire que l’unité de sommet entre directions d’organisations syndicales est bénéfique aux salariés. Le syndicalisme rassemblé est une conception de sommet, d’états majors, qui présente l’inconvénient majeur de taire les divergences et de ne pas tenir informés les salariés des options et orientations de chacun (ainsi la direction confédérale a été très discrète au sujet de l’accord patronat syndicats de janvier 2012 cité plus haut). Afin de ne pas rompre une unité établie sur le plus petit commun multiple, la CGT s’est interdit jusqu’ici de prendre seules des initiatives. Mais, elle y est contrainte par la violence de la politique du capital et du pouvoir, la position des organisations syndicales réformistes et la volonté de lutte de sa base.

Thierry Lepaon peux toujours essayer de tendre la main à la CFDT, cette dernière a une orientation dont elle ne déviera pas. D’un syndicalisme sociétal des années 60 et 70, elle est passée progressivement et de plus en plus ouvertement à un syndicalisme d’accompagnement de la politique du capital. Quant à FO, continuatrice de la vieille CGT confédérée de Léon Jouhaux et dont J-Cl Mailly assume le réformisme [2], elle pratique le double langage. Elle condamne l’accord signé par le MEDEF, le CFDT, la CGC et la CFTC mais signe comme la CFDT et la CGC avec la Direction de Renault, un accord qui n’est que la déclinaison de l’ANI ainsi que l’accord avec le MEDEF sur les retraites complémentaires.

La stratégie du syndicalisme rassemblé est un échec. Elle se heurte à la nature réformiste des autres organisations syndicales. Vouloir la pérenniser met la Direction confédérale dans une position inconfortable. Soit elle continue de rechercher des accords sans principe avec des organisations syndicales qui refusent de se battre contre le patronat et se met à dos sa base, soit elle prend l’initiative des luttes et met le syndicalisme rassemblé à la poubelle de l’Histoire.

La CGT doit être porteuse d’une autre conception de l’unité, basée sur la lutte, et donc sur son autonomie d’expression et d’action, privilégiant l’unité des salariés appuyée sur une intense lutte des idées et de propositions réellement alternatives.

Gilles Mercier

Syndicaliste CGT Recherche

[1Louis Viannet « Syndicalisme : quelles perspectives ? » p76-82 Réinventer le Syndicalisme. Revue « Mouvements » janvier-février 2006.

[2J-C Mailly, Les Echos, 25 mars 2004

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).