Un militant et un érudit. En souvenir de Domenico Losurdo (1941-2018)

, par  communistes , popularité : 6%

Angelo d’Orsi se souvient du travail de Domenico Losurdo, traduit par Danielle Bleitrach pour histoire et societe

Non seulement le destin peut être cruel, mais il est souvent ironique. Quand j’ai appris le décès de Domenico Losurdo (né à Sannicandro dans les Pouilles en 1941), je m’attendais à une telle nouvelle. Mais mon esprit s’est tourné vers le philosophe socratique Antonio Labriola. Il n’avait aucun amour pour l’écriture et, surtout, il faisait confiance à son érudition plutôt qu’à un texte sur papier. Il est mort d’un cancer de la gorge, ce qui l’a empêché de parler avant même qu’il ne prenne sa vie. Losurdo, historien et philosophe, militant communiste, enseignant et érudit de très haut niveau, écrivain prolifique et, bref, ce que nous appelons un "grand esprit", est mort d’une tumeur au cerveau. Il nous l’a rapidement enlevé, nous laissant stupéfaits. Son cerveau qui semblait si imparable, aussi généreux que rigoureux, une véritable machine de guerre, a été vaincu par une maladie stupide.

Il était toujours prêt pour son activisme quasi-frénétique – que ce soit pour écrire un article, travailler sur un projet de recherche ou donner une conférence. Il prenait un train avec un petit sac, avec ses chemises rayées (et jamais une cravate) et ses vêtements de mi-saison, couvrant des kilomètres pour apporter sa vision du monde autour de l’Italie, de l’Europe et du monde entier. Il y a peu de pays où Losurdo n’ait jamais été invité pour des conférences, des conférences ou des présentations de traductions de ses livres. Et il y avait beaucoup de ces livres, tous riches ou même surchargés de doctrine. Il serait impossible de fournir un résumé même incomplet de ces travaux, ici. Le fait est que Domenico – Mimmo pour ses amis – était vraiment un homme ayant beaucoup de centres d’intérêts, de la philosophie aux doctrines politiques, avec son érudition illimitée capable de couvrir de vastes domaines de la connaissance.

En tant que philosophe de formation, Losurdo différait d’une bonne partie de ses collègues non seulement en raison de son respect primordial pour l’histoire – y compris la dimension biographique des auteurs qu’il étudiait – mais aussi parce qu’il alimentait chacun de ses écrits sur l’historicité. Il savait bien – pour citer encore Labriola – que « les idées ne tombent pas du ciel ». Il a toujours regardé en dessous, sous les idées, pour rechercher leurs bases structurelles et leur contexte idéologique. En tant que matérialiste historique authentique et averti, il cherchait à éclairer les liens entre l’économie et l’idéologie, entre les intérêts sociaux et les débats culturels. Losurdo était un marxiste convaincu, à la fois par ses idéaux politiques et par le choix méthodologique précis qu’il avait fait.

Losurdo, communiste impénitent, a embrassé l’action du petit parti auquel il a adhéré, le PdCI, visant à donner naissance à un nouveau et peut-être grand parti communiste italien. Quand, lors de ses premiers essais électoraux, il obtint des résultats assez modestes, et je lui en fis remarquer avec un peu de méchanceté, il me répondit : « Nous travaillons sur le long terme » et il m’a réitéré son invitation à le rejoindre. Naturellement, je n’ai pas accepté cette invitation, et je n’ai pas non plus partagé toutes les positions ou approches de Losurdo. Cela, même si j’ai passé en revue et présenté plusieurs de ses livres, et, surtout, mené de nombreuses batailles en commun avec lui, tout d’abord la lutte contre la rhétorique sioniste qui est prête à brandir le tabou de l’antisémitisme afin de marginaliser et isoler quiconque critique les dirigeants d’Israël.

Discutant de certaines de ses œuvres, je ne me suis pas arrêté de critiquer. J’ai toujours surligné ses prodigieux capacités de production et l’originalité de plusieurs de ses analyses, qui ne pourrait jamais être pris pour acquis, bien que parfois ils étaient en effet prévisible pour ceux qui savent la pensée Losurdo. L’une de ses pierres angulaires était l’anti-impérialisme, et il s’est battu pour valider la catégorie théorique "l’impérialisme" et la catégorie étroitement liée de "colonialisme" à donner leur place dans l’analyse géopolitique en général. Il était un admirateur critique (et loin de l’entêtement) de Staline en tant que grand protagoniste de la lutte mondiale contre le fascisme nazi (bien que nous ayons été en désaccord sur ce point) et ces dernières années il était très concerné par la Chine. expert analyste de l’idéologie du Parti communiste chinois. Mais jusqu’à la fin, il est resté un militant, un combattant, et dans ses interventions publiques, il n’a jamais abandonné un certain ton, qui est la substance du rassemblement public. Un ton capable de capturer le public et de le garder à l’écoute, même si ce n’est pas toujours pour le convaincre.

Longtemps maître de conférences en histoire de la philosophie à l’université d’Urbino, puis professeur émérite, il a occupé divers postes universitaires prestigieux au niveau international, notamment dans le monde des études de Hegel, Marx et Engels.

Sa vaste bibliographie comprend des titres tels que – et ici je choisis arbitrairement – Heidegger et l’Idéologie de la guerre : Communauté, Mort et Occident (Humanity Books, 2001), peut-être son travail le plus fascinant ; Guerre et Révolution : Repenser le XXe siècle (Verso, 2015), une pierre angulaire théorique de la lutte contre le révisionnisme historique ; Nietzsche, il Ribelle aristocratico (Bollati Boringhieri, 1997 – bientôt avec Brill), un véritable chef-d’œuvre malgré sa vaste masse ; Libéralisme : une contre-histoire (Verso, 2011), un paysage qui a révélé le "côté obscur" de la pseudo-démocratie libérale ; Il linguaggio dell’Impero (Laterza, 2007), une analyse d’autant plus valable aujourd’hui face au "Trumpisme" ; Lutte de classe : une histoire politique et philosophique (Routledge, 2016), une lecture originale du conflit éternel entre opprimés et oppresseurs ; et Un mondo senza guerre (Carocci, 2016), un livre qui combine une analyse érudite d’un monde en guerre avec une perspective d’alternative radicale. Et le dernier était son Il marxismo occidentale (Laterza, 2017). Son sous-titre révélateur « Comment le [Marxisme occidental] est né, comment il est mort, comment il peut revivre » a parfaitement saisi la double nature de l’auteur en tant que savant et militant. Son décès est une triste nouvelle pour le monde de l’érudition, mais aussi pour le monde de l’activisme politique. À cet égard, aussi, il est difficile de voir comment nous pourrions remplacer Domenico Losurdo. Son décès est une très grave nouvelle.

Publié à l’origine dans La Repubblica.

Voir en ligne : sur le blog histoire et société de Danielle Bleitrach

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).