Pour un manifeste du Parti communiste du XXIème siècle

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 13%

Le 39ème congrès du PCF doit statutairement avoir lieu en 2021. Il est donc temps de s’y mettre. Il n’est pas inutile dans ce moment de lire ou relire le texte du 38ème congrès, qui rassembla les communistes autour de la nécessité de l’existence, du renforcement et de l’influence de leur parti, ouvrit un tournant stratégique après des années d’effacement et affirma la nécessité d’un candidat communiste à l’élection présidentielle en ces termes :

"L’élection présidentielle est un moment structurant de la vie politique. Si elle bride les potentialités du mouvement populaire en les conditionnant à une personnalisation du débat politique, surdétermine l’ensemble des échéances électorales, elle est incontestablement l’occasion pour chaque formation de mettre en débat son projet et ses idées à l’échelle du pays. Le Parti doit travailler à créer les conditions d’une candidature communiste à l’élection présidentielle de 2022."

Les communistes firent d"En avant le Manifeste", au départ texte alternatif, la base commune du 38éme congrès. Au final, il a très largement rassemblé les communistes. En le parcourant, les camarades constateront que contrairement à ce qui est encore parfois affirmé par certains, ce texte ne se résume pas à un accès de colère des communistes suite à de mauvais résultats électoraux et qu’il est un point d’ appui pour l’analyse et l’action.

Son titre lui-même, appel à l’élaboration d’un Manifeste, invite à un nouvel effort de créativité... En avant le PCF !

Notre 38ème congrès est vital.

Au mois de juin 2017, nous décidions, à l’issue de la séquence électorale de la présidentielle et des législatives, de convoquer un congrès extraordinaire.
Notre affaiblissement électoral et notre perte de visibilité nationale étaient et sont toujours au cœur des préoccupations des communistes qui veulent reconquérir l’influence de notre parti et reconstruire une organisation révolutionnaire de notre temps.

À l’heure où le niveau inédit de connaissances et de techniques de l’humanité place celle-ci dans la situation jamais connue de répondre à ses besoins et aux défis du siècle, le capitalisme devient un obstacle au développement de l’humanité. Pire, par sa course aveugle au profit, il met en danger le devenir même de la biodiversité, de la vie humaine ; il entraîne notre planète vers l’abîme. Ces contradictions prennent un relief tout particulier dix ans après le déclenchement de la crise et tandis qu’une autre de plus grande ampleur se profile.

Alors qu’il prétend apporter des réponses aux défis que celle-ci soulève, Emmanuel Macron entraîne la France vers un alignement néolibéral, livrant le pays de la Grande Révolution, de la Commune et de la Sécurité sociale aux appétits capitalistes internationaux.

Il veut mettre à profit la confusion politique et l’absence d’alternative progressiste crédible pour conduire à marche forcée la destruction d’un modèle social conquis de haute lutte. Il cherche à faire de la France un pilier d’une Europe au service du capital, des marchés financiers et de la mondialisation capitaliste.

Cette politique accentue les vulnérabilités de la France et les fractures sociales dans un monde en crise.

Dans notre monde pris dans les convulsions d’une crise systémique, les courants réactionnaires s’emploient à dévoyer les colères.

En France, après une période d’observation, des luttes importantes se développent. Elles concernent les bases même du modèle social français qu’elles défendent et dont elles cherchent un nouveau développement : services et entreprises publics, exigences d’égalité, notamment entre femmes et hommes, refus du déclassement et des discriminations, égalité des territoires et enjeux écologiques, la protection sociale et son mode de financement à partir des richesses produites, l’emploi, sa sécurité et sa promotion, l’augmentation des salaires, toutes les batailles sur l’éducation et la formation, les droits et pouvoirs des salarié.e.s sur les lieux de travail.

Les communistes sont de ces luttes mais, au-delà, ils veulent travailler à ouvrir un siècle d’humanité, un siècle communiste conjuguant démocratie poussée jusqu’au bout et orientation révolutionnaire visant à sortir enfin de la société de classe, à relever jusqu’au bout le défi écologique, à assurer la paix et le libre développement de la personne humaine dans toutes ses dimensions.

Il n’y a jamais eu autant besoin de révolution, d’idées et de luttes révolutionnaires ; d’un parti et d’un projet communistes pour permettre au mouvement populaire de s’élargir et de se renforcer jusqu’à contraindre le gouvernement à des reculs, imposer de nouvelles conquêtes, ouvrir une issue politique. Leur absence dans le champ politique laisse la voie libre à tous les dévoiements.

Avec notre 38ème congrès, nous voulons donner de la force à cette ambition communiste qu’appelle notre époque ; nous voulons donner un nouvel élan à notre organisation révolutionnaire, avec une mise en dynamique de notre force militante qui compte toujours parmi les plus importantes.

C’est pour cela que les communistes ont voulu un congrès extraordinaire pour une réorientation stratégique, une mobilisation nouvelle dans l’action et le développement d’une ambition communiste.

Un bilan stratégique et organisationnel est nécessaire pour permettre un débat sans tabou et des décisions audacieuses.

Nous voulons conjurer le risque d’effacement.

Nous avons la conviction qu’il ne peut y avoir de transformation révolutionnaire sans un Parti communiste fort et influent, porteur de cette ambition.

C’est un défi pour le Parti communiste, pour être utile à notre peuple et être à la hauteur des enjeux historiques du siècle.

Nous affirmons la nécessité d’un renouvellement de notre organisation et d’une relance ambitieuse de notre travail politique, étroitement liés à la mise en dynamique nationale de nos militant.e.s.

Nous y répondons en six chapitres :
• un bilan critique
• relever les défis de la crise et de notre temps
• le communisme de notre temps : visée historique, chemin de lutte
• un nouvel internationalisme pour relever le défi de la mondialisation capitaliste
• pour une nouvelle stratégie de rassemblement et d’unité populaires
• pour un parti communiste utile, agissant, audacieux et novateur, internationaliste et révolutionnaire.

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).