Pierre Laurent dans le rhône, rude journée pour le secrétaire national !

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 2%

La direction le reconnaît : elle veut Mélenchon et a depuis longtemps décidé avec le PG et la gauche unitaire. Et si elle n’avait pas le dernier mot ?

Il faut bien qu’il l’avoue ! Devant des militants -favorables ou pas au Front de gauche- qui se demandent pourquoi les communistes ne désigneraient pas leur candidat, Pierre Laurent crache le morceau : Le PG et la gauche unitaire, c’est à dire quelques dirigeants politiques, ne l’accepteraient pas et rompraient l’union.

Il reconnait ainsi que les choses ont été tractées il y a bien longtemps -entre autres par Marie-Georges Buffet-... et théorise une fois de plus l’effacement nécessaire du PCF au nom du rassemblement.

Pas question de se battre, de faire bouger les choses avec des partenaires qui sans nous, n’existent quasiment pas dans la réalité de la société française !

Un peu coincé devant des militants pas du tout d’accord, il en appelle à l’histoire du parti, le front populaire, la résistance et finit par dire que présenter un candidat à la présidentielle, ce n’est peut-être pas une obligation.

Il le reconnait, imposer Mélenchon aux communistes va être dur ! Il faudra que la minorité accepte et rester unis.

Les communistes n’auront donc pas à choisir un candidat mais à se prononcer sur une unique proposition de la Conférence nationale.

Et oui, Pierre, il faudra rester unis. Cela vaut pour toi. Et si les communistes, majoritairement, refusaient de marcher dans la combine ?

Qui dit que les millions d’électeurs qui ont voté pour des candidats communistes aux cantonales ne seraient pas heureux de cette nouvelle ?

Rien n’est réglé et tous ceux qui veulent un candidat communiste peuvent se rassembler pour changer la feuille de route.

Le printemps va être chaud pour ceux qui décident sans les communistes !

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).