L’Ukraine, c’est le retour de 39 dans les cartons de la CIA

, par  Gilbert Remond, Michel Gourmel , popularité : 8%

Effectivement l’observation des photos laisse ouvertes de telles interprétations. Le visionnage des vidéos mises en ligne par Danielle Bleitrach sur son site "Histoire et société" montre en tout cas l’épaisseur ridicule des cordons de police, qui se laissent déborder sans vraiment résister. Elles montrent l’assaut menée par la horde des "supporters de foot" casqués, bottés, habillés pour nombre d’entre-eux de treillis, qui submergent les stands pacifiquement dressés devant la maison des syndicats, immédiatement suivi par l’embrasement des tentes et des jets de cocktails Molotov contre le bâtiment où sont allés se réfugier les militants.

Nous voyons aussi les barrages dressés par les mêmes personnes pour empêcher l’arrivée des pompiers, sans que là encore les forces de l’ordre ne se montrent très convaincues par la nécessité de rétablir la liberté de circulation.

Si l’utilisation de lance flamme devait être confirmée, ce n’est pas seulement un crime qui aurait été commis, mais un crime de guerre sciemment perpétré avec des armes interdites par la convention de Genève. Michel Gourmel parle d’un retour à 1939, or en effet les lances flammes ont été interdits depuis le 8 mai 45. La marque du feu est la signature du fascisme.

Notre vigilance doit être entière ; l’Europe du capital, une fois n’est pas coutume, prépare la guerre. Ne nous y trompons pas, il ne s’agit pas comme certains nous le disent d’une guerre civile entre communautés qui ne peuvent s’entendre, mais d’une guerre d’agression téléguidée par l’impérialisme à partir de forces mercenaires et d’organisations fascistes.

L’Europe parle de russophones, les putschistes de Kiev parlent de rats qu’il faut éliminer où de terroristes, selon les besoins de leurs discours et les auditeurs qu’ils privilégient ; le drame d’Odessa le montre, il s’agit d’ouvriers et de démocrates qui résistent avec tous les moyens contre des forces obscures et qui pour certains se sont organisés en milice.

Les autres, le plus grand nombre sont désarmés. Le scénario des premières semaines ne tient plus. La population soutient les partisans de l’autonomie. Ils font face à main nu, avec des pancartes et des banderoles, aux troupes de Kiev. J’ai par moment une image qui me vient, celle de la population tchèque en discussion avec les tankistes des troupes du pacte de Varsovie. Mais aujourd’hui ces images n’émeuvent plus les commentateurs de notre presse démocratique. Ces Ukrainiens sont des pestiférés, ils ont la marque de l’infamie, ils sont russes !

Gilbert Rémond


Ukraine, la barbarie nazie :

La combustion, le feu, les flammes, je connais bien cela, en tant que chimiste, (même si je n’ai pas de connaissance particulière du matériel militaire).

Les nombreuses photos d’Odessa permettent une certaine analyse, même si les enquêtes sont étouffées par le pouvoir comme pour le putsch de Maïdan.

1°) De nombreux corps sont calcinés, alors que rien ou peu de choses autours sont brûlées, des feuilles de papiers parterre autours des corps sont parfois intactes.

2°) L’incendie est essentiellement à l’extérieur et aussi dans une seule et unique pièce semble-t-il.

3°) Souvent le bas du corps est intact (certains pantalons sont impeccables).

4°) Ce sont donc les personnes qui ont donc été spécialement incendiées, et au niveau de la figure, et les bras, qui ont servi à se protéger, vainement le visage.

5°) Ce qui a été utilisé : soit des produits chimiques, auxquels on a mis le feu, mais cela semble compliqué, les produits seraient allés n’importe où, auraient arrosé n’importe qu’elle partie du corps.

6°) Ce qui m’a donné l’idée de ce qui s’est passé, c’est la présence d’une photocopieuse montée sur des casiers, elle a un peu fondue en haut, au niveau des visages, j’ai tout de suite imaginé la flamme - à l’horizontal - dirigée volontairement sur le visage ! Les gens ont été grillés, vifs, AU LANCE FLAMME. L’incendie n’étant là que pour couvrir le crime atroce.

7°) De plus, un autre site montre que les personnes qui ont tenté de fuir par les fenêtres ont été tuées par balles de l’extérieur.

8°) Conclusion : à Odessa, 48 disparus en tout, dans ce pogrom nazi ! En comptant les 4 personnes assassinées pendant la manifestation par les "pacifistes" Ukrainiens.

Nous sommes en 1939

75 ans en arrière : l’Ukraine ou l’Allemagne, les points communs :

— Les Nazis règnent en maîtres.

— Le PS et la Droite laissent faire, voir, soutiennent ouvertement les pires horreurs.

— Les communistes sont interdits [sous le prétexte que pour sauver le pays ils ont proposer le fédéralisme comme en Allemagne (pourtant les communistes sont très éloignés de Poutine que la pensée unique agite comme épouvantail)].

— Les Juifs s’apprêtent à fuir le pays, déjà le nombre d’arrivée en Israël de juifs Ukrainiens a doublé par rapport à l’année passée.

— Les rabbins incitent leurs ouailles à faire leurs valises, le Grand Rabbin d’Ukraine exhorte les Juifs à fuir Kiev...

— L’Union Européenne laisse faire ou soutien les putschistes.

— Les USA n’ont rien à y redire pour l’instant (ce sont eux les auteurs du putsch) ; ils ne se sont décidés qu’à la Noël 1941 d’intervenir, et encore, après les très suspects évènements de Pearl Harbor, et aussi (surtout) à cause des liens particuliers avec l’Angleterre.

— La France a presque retrouvé les frontières de son ancien empire colonial de 1939, grâce à l’action de l’UMP, du PS, Sark-Hollande, MAM, Juppé, Kouchner et Fabius et de leurs allliés.

Allez-vous les laisser faire ?

Jusqu’à quand ?

Jusqu’où ?

Transmettez l’information étouffée par la pensé unique.

Il est essentiel que le monde entier sache ce qui se passe RÉELLEMENT et se libère !

Demain 8 mai ! Fête de la victoire du Nazisme ou fête de la victoire sur le Nazisme ?

Michel Gourmel

Lien du reportage photo avec commentaires (attention, âmes sensibles s’abstenir)

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).