Sous le pouvoir des vandales l’Ukraine n’a pas d’avenir

, par  communistes , popularité : 1%

Le Premier secrétaire du Parti communiste d’Ukraine Petro Symonenko a commenté la destruction barbare de la statue de Lénine à Kharkov :

« Dès les premiers jours de l’indépendance, en détruisant des monuments, les représentants des organisations nationalistes, et aujourd’hui pro-fascistes, ainsi que les futurs oligarques et nouveaux riches, ont sans aucun doute essayé de détruire la mémoire historique d’un homme, d’un travailleur, qui a créé notre pays, construit un ensemble unique en termes de développement de la science, de la culture, de l’industrie nationale.

C’est véritablement l’œuvre d’un homme appartenant au monde du travail. C’est pourquoi ils [les nationalistes et les oligarques] ont essayé de détruire les monuments, d’effacer de la mémoire des générations futures l’œuvre de leurs ancêtres qui ont créé un pays unique, offert des conditions exceptionnelles pour le développement et l’épanouissement de chaque individu.

La première vague a éclaté, et après la destruction des monuments, en fait, a eu lieu aussi la destruction du pays. Nous avons perdu un potentiel économique immense et détruit l’unité de notre peuple multinational. Et cela est l’œuvre des oligarques et de ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui, qui ont instauré un régime national-fasciste, avec un seul but : piller le pays et imposer leur idéologie.

Nous pouvons dire que c’est aujourd’hui la troisième vague de vandalisme, parce que la première vague était liée à la période de l’ère soviétique – les monuments à Lénine et aux dirigeants de la révolution, la deuxième vague – fut la destruction de la mémoire historique de la Grande Victoire, la destruction de monuments aux héros de la Grande Guerre patriotique. La troisième vague et phase finale se déroule dans des conditions de guerre, une guerre civile dans laquelle des Ukrainiennes tuent d’autres Ukrainiens et la population civile est massacrée. Et dans cette situation, les monuments de la période soviétique, les monuments aux grands bâtisseurs sont détruits en même temps que l’intégrité territoriale, et c’est l’Ukraine même en tant qu’État qui est détruite.

Je ne dis pas cela par hasard, parce que derrière chaque action de ces voyous politiques, il y a la vie de dizaines, de centaines, de milliers et de millions de citoyens ukrainiens. Ils perdent leur patrie, ils perdent leur État, ils perdent leur territoire, ils ont déjà perdu leurs acquis sociaux, quand ils avaient le droit au logement, à l’éducation, à la médecine, quand les travailleurs étaient assurés d’obtenir un emploi et un salaire garanti, des tarifs, des prix contrôlés. Aujourd’hui, le gouvernement, ou plutôt ce qu’il en reste, est utilisé pour satisfaire les ambitions des grands propriétaires fonciers et des oligarques, mais tout est fait pour qu’à la fin, nous accueillions les Américains et les multinationales européennes.

Un ami m’a raconté une conversation entendue dans le métro de Kiev. En anglais. Entre un jeune homme et quelqu’un qui s’est avéré être un journaliste. Lorsque le jeune homme a demandé dans quel but ce journaliste était en Ukraine, il a répondu qu’il étudiait la région. A la sortie de la rame il y avait deux femmes, et le journaliste a dit, en les montrant : "Celles-là ne doivent pas être les maîtres ici, ce territoire doit nous servir, nous les Américains".

Ceci est la réponse à ceux qui oublient que les visées individuelles de quelques escrocs politiques qui sont au pouvoir ne servent pas seulement leurs intérêts cupides, mais aussi les intérêts de l’Occident, en particulier des États-Unis.

A Kharkov s’est produit un acte de vandalisme : on a détruit un monument à Vladimir Lénine, on l’a détruit au vu de tout le pays. C’est la preuve la plus claire que les vandales sont arrivés au pouvoir.

En décembre de l’année dernière, une journaliste m’a posé une question, en montrant un fragment de granit elle m’a demandé ce que c’était. Elle voulait savoir mon opinion sur la destruction du monument à Lénine sur la Place de Bessarabie. Une chose ne peut pas en être une autre : les vandales ne font jamais le bien, ils font le mal et en détruisant les bases, ils détruisent l’avenir de notre nation. Ainsi, quand la journaliste m’a demandé ce qu’elle avait dans ses mains, je lui ai dit, "des fragments de l’Ukraine".

À une époque, les travailleurs de Kharkov, réalisant la vraie nature des dirigeants de la République populaire d’Ukraine, ont proclamé la ville, première capitale de l’Ukraine soviétique. C’était une période de l’histoire où les profiteurs du grand capital vendaient l’Ukraine aux Allemands, la cédaient ou la vendaient aux Polonais, et en 1920, aux Français… Aujourd’hui leurs disciples, étant au pouvoir, ne font rien pour que l’Ukraine ait un avenir.

C’est pourquoi la destruction de la statue de Lénine à Kharkov aujourd’hui, confirme une fois de plus que sous le pouvoir des vandales l’Ukraine n’a aucun avenir. »

Bureau de presse

Source : Parti communiste d’Ukraine : http://www.kpu.ua

http://www.kpu.ua/ru/78703/petr_symonenko_pry_vlasty_vandalov_buduschego_u_ukrayny_net

Петр Симоненко : При власти вандалов будущего у Украины нет

Réflexion de Danielle Bleitrach :

Si je dis qu’avec cet acte des hooligans d’extrême-droite, favorisés par les autorités nommées par Kiev, ont signé l’arrêt de mort de l’Ukraine… c’est que je sais ce que beaucoup de gens ignorent : l’attachement des populations à l’est pour les statues de Lénine et tout ce qui rappelle l’Union soviétique… Si je dis cela, il se trouvera bien sûr quelques individus qui croient tout savoir sans s’être jamais renseigné pour penser que j’exprime mes propres illusions… Je ne suis pas personnellement attachée aux statues et autres symboles, et j’ai toujours refusé de visiter le tombeau de Lénine… pas par mépris mais par une autre conception de la manière dont on doit conserver la mémoire d’un révolutionnaire… Mais je crois qu’en France personne ne mesure à quel point les populations de l’Est de l’Ukraine et de la Fédération de Russie comme la Biélorussie, restent attachées à l’Union soviétique, à la grande guerre patriotique… Comment l’expliquer... C’est comme une insulte adressée à l’héroïsme de leur grands parents… Ce qui s’est passé à Kharkov est très grave pour la possibilité de vivre ensemble en Ukraine… et ces hordes de nazis étaient exactement le fantasme qui a provoqué la révolte dans l’Est… Mais c’est sans doute trop difficile à expliquer à des gens qui croient tout savoir et qui sont totalement incultes…

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).