Les communistes ukrainiens récoltent 4 millions de signatures pour un référendum contre l’intégration européenne

, par  lepcf.fr , popularité : 4%

L’accord d’association UE/Ukraine est un premier pas dans l’intégration de l’Ukraine à l’UE. Tous les partis bourgeois d’Ukraine sont pour, le gouvernement finasse sous pression russe. Seuls, les communistes mènent une campagne de masse contre l’intégration européenne.

Plus de 3,5 millions de signatures selon le secrétaire-général du PC ukrainien (KPU) Petro Simonenko, 4 millions pour les députés Alexander Golub et Olga Borita : la campagne de pétition du KPU pour un référendum sur l’intégration européenne est un succès massif.

Le PC ukrainien seul contre l’intégration européenne

Du côté des partis bourgeois, derrière les fausses divisions, c’est l’Union sacrée pour l’Union européenne. Le Parti des régions de Janukovitch, les ex-orangistes du bloc européiste de Ioulia Timochenko, les petits partis d’oppositions soutenus par l’UE sont tous pour l’Accord d’association UE/Europe.

Seul le Parti communiste d’Ukraine (KPU) a fermement dénoncé cet accord d’Association avec l’UE comme une « trahison des intérêts nationaux », et exigé un référendum (« seule planche de salut pour l’Ukraine ») pour que le peuple puisse exprimer son rejet de l’UE.

Depuis les élections de 2012, le KPU peut compter sur la présence de 32 députés communistes à la Rada (le parlement ukrainien), sur lesquels s’étaient portés près de 3 millions de voix.

Si, désormais, le gouvernement de Janukovitch, catalogué comme pro-russe – en réalité pro-oligarques d’Ukraine ou de Russie – a « suspendu » les négociations, c’est sur pression russe sans doute, mais aussi face à la pression populaire croissante dans le pays.

Car, selon la Constitution ukrainienne, toute pétition récoltant plus de 3 millions de signatures peut faire objet d’un référendum. « Mais le gouvernement a peur d’un référendum, peur de son propre peuple », souligne le secrétaire-général du Parti communiste Petro Simonenko.

L’UE, une union du grand capital : « ils veulent notre marché, nos matières premières, notre main d’œuvre »

Depuis des mois, les militants communistes alertent la population sur les dangers de l’Accord d’association UE/Ukraine, et plus largement l’intégration européenne, brisant le mur d’incompréhension entretenu par le gouvernement sur les implications de cet accord.

L’analyse de classe de l’accord est assez claire. Pour le KPU, l’UE est une union du grand capital européen, et l’Accord d’association est une tentative de mettre la main sur l’immense marché ukrainien, ses matières premières abondantes et sur une main d’œuvre peu onéreuse.

L’Accord d’association est le premier pas vers l’intégration dans l’UE. Et le député communiste Alexandr Golub rappelle le sort réservé aux voisins bulgares et roumains, où règnent corruption et misère depuis l’intégration.

L’accord est semblable, souligne de son côté la députée Olga Borita, aux accords passés avec les pays africains, légitimant l’ingérence de l’UE dans les affaires intérieures, les politiques de libéralisation-privatisation, et in fine le pillage économique du pays.

Si on suit l’analyse de A. Golub, l’accord est dans les intérêts de l’UE :

« l’UE va gagner de nouveaux marchés, qui ne pourront pas rivaliser avec ceux de l’UE en termes de qualités et de prix. L’UE gagnera un accès aux matières premières et aux travailleurs ukrainiens, bien éduqués et relativement peu chers ».

Du côté ukrainien : « Seules quelques familles en Ukraine, celles qui contrôlent le commerce des matières premières, en profiteront », fait remarquer Golub, tandis que plusieurs secteurs industriels seront démantelés, pas assez compétitifs, transformant l’Ukraine en un pays sous-développé.

Destruction de l’appareil productif national et chômage de masse, libéralisation-privatisation et hausse des tarifs (de l’énergie surtout) donc appauvrissement général et dépendance extérieure : les communistes ukrainiens dénoncent l’UE telle qu’elle est pour convaincre la population.

Les positions des communistes gagnent du terrain : union douanière avec les pays d’ex-URSS, rupture avec le cap néo-libéral

Selon les derniers sondages, si le pays est profondément divisé – quasiment à 50/50, selon une fracture nettement ouest (pro-européen)/est (contre l’UE) – les positions des communistes, le rejet de l’intégration européenne gagnent du terrain, grâce à son travail de masse.

Quelle alternative proposent les communistes ukrainiens ?

Sur le plan des accords internationaux, les communistes ukrainiens privilégient les accords économiques avec les anciens pays d’URSS, dans le respect de l’indépendance de chacun des pays.

Dénonçant la collusion de l’UE avec les intérêts géopolitiques des États-Unis, le KPU souligne la volonté de l’OTAN d’encercler la Russie et d’instrumentaliser l’Ukraine pour la mettre en première ligne de l’affrontement entre grandes puissances.

Le KPU prône – dans le respect de la souveraineté du pays et des intérêts des travailleurs ukrainiens – l’intégration de l’Ukraine dans l’Union douanière Russie-Ukraine-Biélorussie.

Il réaffirme également, sur le plan interne, son « programme anti-crise » reposant sur la nationalisation des grandes entreprises, la fixation d’un tarif maximum pour les services publics ou encore le refus des projets de « libéralisation-privatisation » du système de retraites ou de santé.

C’est ce programme de rupture avec les intérêts du capital, de rejet de l’intégration européenne, porté par un travail de masse qui a permis aux communistes de réaliser en 2012 leur meilleur score depuis 2002 : 13,4 % et 2,6 millions de voix (contre 5,4 % et 1,3 millions de voix en 2007).

Solidarité avec la lutte de nos camarades ukrainiens contre l’UE. La meilleure des solidarités est encore de mener la lutte chez nous contre l’UE, d’abord dans la rue. Mais les élections européennes de 2014 doivent aussi un moment de dire non à l’Union européenne du Capital !

Article AC pour "Solidarité Internationale PCF"

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).