La lettre de décembre 2013

, par  Jacqueline Roussie , popularité : 2%

Le premier décembre 2013

Monsieur le Président Obama

The White House, 1600 Pennsylvania Avenue N.W., Washington DC 20500 USA

Monsieur le Président,

Nous terminons l’année sans avoir vu la libération des quatre cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González et Ramón Labañino, toujours emprisonnés dans votre pays.

Vous nous avez beaucoup inquiétés le 8 novembre dernier quand Jorge Mas Santos, président de la FNCA (Fondation Nationale Cubano Américaine) vous a reçu en présence de ses amis et de deux dissidents Cubains, dans sa résidence de Miami. Vous adressant à Jorge Mas Santos, vous avez déclaré, parlant de Cuba, « Puisque nous sommes de la même génération, nous comprenons tous les deux que les objectifs seront toujours les mêmes. Pour cette raison, nous devons sans cesse trouver de nouveaux mécanismes et de nouveaux outils pour servir ces objectifs qui nous sont chers », et s’adressant à tous cette fois : « Je crois que tous nous comprenons qu’en dernière instance, la liberté de Cuba viendra grâce aux activistes extraordinaires et à l’incroyable vaillance de gens comme ceux que nous voyons ici ».

Jorge Mas Santos est un homme d’affaires qui a fait fortune dans les télécommunications. C’est un terroriste et un truand.

Jorge Mas Santos préside une organisation terroriste. Jorge Mas Santos a succédé à la présidence de la FNCA à son père Jorge Mas Canosa, fondateur de cette organisation, et décédé en 1997. En 1985, Mas Canosa a organisé l’évasion du terroriste Luis Posada Carriles de la prison de haute sécurité du Venezuela où il était enfermé en tant que cerveau de "l’attentat des Barbades". Cet attentat avait fait exploser en plein vol l’avion de Cubana de Aviación, causant la mort des 73 passagers et membres de l’équipage. Posada Carriles est un ami de ceux qui étaient à vos côtés le 8 novembre, et que vous avez qualifiés d’ « activistes extraordinaires ».

Un des anciens dirigeants de La FNCA, José Antonio Llama, allias "Toñin" a défrayé la chronique en 2006, en révélant dans les colonnes du journal El Nuevo Herald du 22 juin, comment il avait créé en 1992 au sein de la FNCA un groupe paramilitaire destiné à planifier des attentats contre Cuba. Cet homme avait contracté un emprunt à l’International Financial Bank, ce qui lui avait permis d’avancer à la FNCA la coquette somme de 1.471.840,35 dollars pour participer aux frais liés à ces attentats. Ainsi, ce groupe paramilitaire avait pu acquérir un hélicoptère, sept embarcations rapides, des explosifs et dix modèles réduits d’avions télécommandés destinés à être utilisés contre des objectifs économiques cubains ou dans un attentat contre le président Fidel Castro.

Vous soutenez, Monsieur le Président, des terroristes ! Votre prédécesseur, George W. Bush, avait martelé à l’envi le 26 août 2003, que « celui qui héberge un terroriste, celui qui soutient un terroriste, celui qui finance un terroriste (…) est aussi coupable qu’un terroriste ».

Jorge Mas Santos est aussi un truand. En avril 1996, à peine un mois après l’accession à la présidence espagnole de José Maria Aznar, l’avant-dernier président de l’entreprise d’état Telefónica, Juan Villalonga, ami intime d’Aznar, bradait la prospère filiale Sintel de Telefónica au profit de MasTec, propriété de Jorge Mas Canosa.

Aznar remerciait ainsi probablement Mas Canosa du soutien que ce dernier avait apporté à sa campagne électorale. Après le décès de leur père, les frères Juan Carlos et Jorge Mas Santos ont fait passer frauduleusement des actions Sintel à plusieurs sociétés ayant leur siège dans des paradis fiscaux qui ont servi à sa liquidation.

La liquidation de Sintel a laissé sans emploi et dans un désarroi le plus total à l’origine de nombreux drames, plusieurs milliers de travailleurs en 2001.

Le juge madrilène Santiago Pedraz a allégué que les deux frères Mas Santos, premiers responsables de la firme MasTec de Miami avaient « détourné des fonds importants » de la firme espagnole Sintec « au profit de la famille Mas ». Le parquet anticorruption a demandé un emprisonnement de 5 ans et 6 mois pour les frères Mas Santos. Les deux frères ne feront pas de prison, ils ne seront même pas jugés. Après avoir trainé 12 ans, l’affaire Sintel a été clôturée en juin 2013, moyennant de la part des Mas Santos un dédommagement de 35.000 euros versé aux 3.000 ex-employés les plus touchés de Sintel.

Monsieur le Président, Jorge Mas Santos a largement contribué à financer vos deux campagnes présidentielles. La contre partie de ce financement a-t-elle été le maintien en prison des cinq patriotes cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González, Ramón Labañino et René González ? Comment expliquer autrement cet acharnement contre ces hommes que vous savez parfaitement innocents ? Rassurez-nous, après vos propos du 8 novembre dans la résidence de ce terroriste et truand. Vos relations envers Cuba ne doivent pas être soumises au bon vouloir d’« activistes extraordinaires » de la trempe de ceux qui étaient à vos côtés à Miami ce jour là.

L’ancien Ministre de la Justice des États-Unis Ramsey Clark a déclaré : « Vous aurez beau ignorer le mal fait par cette décision arbitraire, le mal à ces personnes aujourd’hui détenues, le mal à leurs familles et le mal aux relations entre les USA et Cuba (…), un jour les États-Unis auront à répondre de ce jugement faussé ».

Ne croyez-vous pas que l’heure est venue de normaliser sur des bases saines et respectueuses vos relations avec Cuba, pour le plus grand bien de vos deux pays ?

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.

Jacqueline Roussie
64360 Monein (France)

Copies envoyées à : Mesdames Michelle Obama, Nancy Pelosi, Kathryn Ruemmler et à Messieurs Joe Biden, John F. Kerry, Rand Beers, Harry Reid, Eric Holder, Denis MacDonough, Pete Rouse, Rick Scott, et Charles Rivkin, ambassadeur des États-Unis en France.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).