Conseil National PCF du 11 avril 2014 – Intervention de Danielle Trannoy

, par  Danielle Trannoy , popularité : 3%

Intervention de Danielle Trannoy

L’abstention :

Comprendre le silence des urnes pour reconstruire une force communiste.

On constate au lendemain de ces élections municipales, une abstention autour de 40 %, voire jusqu’à 50, 60 %. Ce n’est pas ponctuel. C’est un fait politique qui s’est installé depuis de nombreuses années.

Au vu des abstentions dans les quartiers populaires, il est impératif pour le parti communiste de s’interroger, de consulter tous les communistes pour savoir comment et pourquoi, le monde du travail a fait une « nouvelle grève » des urnes.

Avions-nous une ligne qui correspondait à la situation politique ? Permettait-elle de soutenir les réalisations municipales et les représentants d’un parti qui s’inscrivait dans un projet global d’émancipation du monde de travail et donc de la classe ouvrière. Le lien n’a pas été fait.

A l’évidence, nous, le PCF, en tant que parti, avons été assimilé au Parti Socialiste et payé l’addition.

L’abstention est un vote (une expression) par défaut de choix pour ceux qui produisent des richesses et qui ne peuvent plus participer aux décisions, y compris dans leur parti.

Ils l’ont fait savoir à leur parti qui ne combat plus avec eux ces gouvernements au service du patronat. D’ailleurs aurons-nous une analyse des votes aux municipales autour des entreprises en lutte ?

Il nous faut donc interroger « le silence des urnes » (dixit André Lajoinie). D’après les échanges que nous avons avec les camarades mais aussi la population plusieurs motifs apparaissent seuls ou conjugués :

- Est-ce le maintien d’une culture politique qui fait que nous ne pouvons plus voter communiste et que nous n’avons pas d’autre choix ?

- Aggravation de la fatalité en raison d’une détérioration profonde des situations individuelles et de la société avec des phénomènes de repli individuel, d’intérêts de survie personnelle, d’obscurantisme, d’attente de leaders… ?
 
- Souvent, incompréhension devant la complexité des listes proposées : PS-PC, FdG, EELV, PG, associés ou pas. Perte des repères communistes ?

- Le PCF est-il crédible lorsqu’il espère faire « revenir à gauche » le Parti Socialiste ?

- N’y-a-t-il pas en mémoire, le vote bafoué de 2005 contre l’Union Européenne ? N’est-il pas aggravé par le tabou et le refus de débat sur la sortie des traités, des conséquences de la monnaie unique qu’est l’Euro, de la souveraineté de la Nation et de son indépendance politique ? Cette question pèse dans le débat populaire et traverse toutes les luttes qui ne trouvent pas de convergences ?

Il faut le reconnaître le Parti Communiste est totalement absent dans ce débat.

D’ailleurs, que signifie le mot d’ordre « Sortir de l’austérité » ? S’il n’est pas lié à la sortie des traités et la monnaie unique. Faute de reprise en main de notre souveraineté, il nous renvoie dans l’impasse de la fatalité.

Comprendre l’abstention au regard des résultats et des forces communistes organisées.

Si de nombreux communistes se sont engagés et ont permis un sursaut permettant de conserver des points d’appui municipaux, des analyses très précises des résultats obtenus seront utiles à tous les communistes. Les accords passés avec le Parti Socialiste et autres partenaires, sur leurs contenus politiques ne risquent-ils pas de fragiliser les acquis de ces municipales ?

Des communistes se sont battus quel que soit les cas de figure pour tenter de se dégager de la situation de confusion dans laquelle nous étions englués.

Mais il nous semble qu’il sera important de faire le lien avec l’état d’organisation des forces communistes. En effet, on ne peut faire la même analyse pour Montreuil, Aubervilliers, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Marseille… Comment, « les armes à la main », ils ont commencé à lever les tabous imposés et les tactiques « institutionnelles et électoralistes » jugées suicidaires. La mise en circulation des réflexions des communistes sera utile à tous.

Un enseignement qui peut être fait, c’est que même très affaibli, le PCF est une anomalie dans le paysage politique et donc un obstacle à la politique de remodelage à l’allemande pour une Europe fédérale, au projet du Medef de « changer d’Aire » pour éclater la Nation, la République française.

Dans leur ensemble, les communistes ont conscience de la fragilité et de la gravité de ce qui se passe dans la société ; l’avenir est entre leurs mains, en renforçant la lutte idéologique contre le capitalisme et en reconstruisant d’abord l’outil communiste pour être utile, d’abord, au monde du travail.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).