Revue de presse sur l’Ukraine

, par  Gilbert Remond , popularité : 2%

Au sommaire de cette revue de presse, je vous propose, tout d’abord, de visionner deux vidéo. La première m’a été envoyée par l’un de nos participants venu au débat de Vénissieux après le retour de Crimée de Danielle Bleitrach. Elle provient d’une télévision allemande - j’espère que le lien fonctionnera, car j’ai eu des problèmes avec. Elle rend compte d’une émission où est annoncé la construction de deux camps de concentration de grande capacité, à l’est de L’Ukraine. Ils devraient accueillir les étrangers indésirables et les opposant à la politique de Kiev. Devinez par qui ils sont financés ? Voila, cela manquait au tableau. Maintenant tous les ingrédients sont en place, la dictature nazi est dans les cordes bien dans ses attributs.

La deuxième rapporte un débat qui s’est déroulé sur France 24 au sujet du convoi humanitaire parti de Moscou. Il porte sur les questions politiques qu’il charrie avec lui. Il est intéressant d’entendre les arguments qui sont déployés de part et d’autre. Je note en particulier l’embarras de celui venu parler pour la partie ukrainienne de la question ayant trait à la nécessite d’un tel convoi. Après avoir bafouillé quelques secondes, il finissait par arguer, ultime acrobatie oratoire, de la souveraineté de l’état accueillant et de la nécessaire obtention de son approbation, comme si la situation concrète des populations secourues n’était pas in fine la première condition à prendre en compte.

Où sont donc passées, messieurs, vos envolées sur l’ingérence humanitaire ? Enfin je constate que ceux qui parlent pour la partie Russe restent calmes, respectueux de leurs interlocuteurs, donnent des explications fiables et soutenues alors que les autres sont soit dans l’invective, soit dans l’argumentation honteuse. Un autre débat sur les sanctions avec la participation de la représentante de la fondation Robert Schumann, qu’il est possible de retrouver sur le blog Le sanglier des Ardennes, avait déjà été édifiant de ce point de vue.

Nous manquons de renseignements sur ce qui se passe véritablement sur le terrain. Ce matin le site Vienyardsaker (le point de vue d’un oiseau sur le vignoble) produisait deux articles qui donnent des éléments a priori assez fiable ; le premier donne "Quelques brefs indicateurs sur la situation en Ukraine orientale", où il formule des hypothèses sérieuses et donne des explications sur les événements de ces dernier jours, la colonne de blindés russe détruite, le changement à la tête de Novorossiya, les camions à moitié vide, les rumeurs sur un Maïdan nationaliste en Russie. Il avance aussi l’hypothèse d’un effondrement probable du régime de Kiev, qui pourrait conduire a une explosion "du bandérastan" ou au contraire à un durcissement de la dictature. Le second est un compte rendu du "Breefing militaire de Novorossiya" et rend compte de la réalité des combats sur le terrain. Il en ressort que la situation des forces de la république est plutôt bonne quand celle de la junte tourne à la débâcle.

Mais une autre série d’article m’est apparue nécessaire à envisager suite à la lecture de ces derniers éléments, en particulier après avoir réfléchi sur le rôle pris par le gouvernement des USA, ses services secrets, ses conseillers militaires et ses sociétés de mercenaires dans l’organisation de la campagne de punition engagée par Kiev dans le Donbass. L’analogie avec ce qui est engagé contre les palestiniens de Gaza quand à la manière d’engager les combats est forte et similaire à bien des égards. Dans les deux cas les populations civiles sont les principales victimes. Il ne s’agit pas d’erreur, il ne s’agit pas de ces fameux dégâts collatéraux invoqués par les médias, causés par la perversité des rebelles qui s’en servent comme écran, mais d’une volonté délibérée de punir et de terroriser.

A Donetsk, à Lougansk comme à Gaza, les forces armées engagées, équipées de tout un arsenal, emploient les mêmes méthodes. Elles assiègent, bombardent, canonnent les civils, détruisent leur milieux de vie, s’attaquent aux symboles du vivre ensemble, ciblent les écoles, les hôpitaux, les lieux de culte. Elles poussent à l’exil les habitants, font place nette pour enlever à ceux qui résistent toute possibilité d’être comme des poissons dans l’eau où préparer le terrain à de nouvelles activités, pour de nouveaux propriétaires. Ainsi des centaines de milliers de personnes sont contraintes de quitter leur domicile et de fuir. Le Pentagone qui baigne jusqu’au coup dans ces bains de sang, observe avec intérêt ces conflits qui, au delà des raisons économiques et géostratégique en cause, représentent de véritable laboratoires du point de vue des combats qui se déroulent dans une zone urbaine de grande densité. C’est en tout cas l’opinion que Bill van Auken développe dans son article "Gaza-Ukraine et les préparatifs américain pour la guerre urbaine" qu’il conclut en écrivant que l’armée américaine se prépare à réprimer les rebelles des grandes ville, et que « les massacres qui ont lieu à Gaza et en Ukraine représentent un avertissement à la classe ouvrière des États-Unis et partout dans le monde ».

L’Ukraine cependant fait l’objet d’un traitement à part. En effet, à la différence de ce qui s’est passé pour Gaza, les gouvernements d’Europe, qui se sont tous retrouvés vassalisés derrière la volonté belliciste des USA, restent muet sur ce qui se passe à l’Est dans le Donbass, alors que le nombre de morts civils vient de doubler en quinze jour. Mais en Europe, comme aux État-Unis, les difficultés s’accumulent, alors que s’accroissent les inégalités entre riches et pauvres. Pour ces derniers, la stagnation coexistera avec un développement sans précédent, et les taudis et les bidons villes s‘étendront aux côtés de quartiers futuristes dédiés au luxe et au gens de fortune. Aussi, ne soyons pas étonnés que dans cette situation de tensions sociales accrues, nos gouvernements aient choisi de soutenir Kiev et sa bande d’assassins, en faisant le silence sur leurs crimes, et ne soyons pas étonnés non plus que puisse régner « parmi certaines couches de l’élite dirigeante européenne, le sentiment que des nervis fascistes aguerris pourraient se révéler utile prochainement ».

Enfin le blog dedefensa.org apporte une analyse à partir d’une lecture d’articles de la presse anglo-saxonne, sur le changement de paradigme qui est en train de s’opérer dans la conduite des politiques de pouvoir sur les populations. Ainsi le concept de bio-pouvoirs développé par Foucault serait à reconsidérer. Nous observons en effet le passage a une fascisation de la société alors que le stade précédent privilégiait l’éthique libérale libertaire. A cette fin, il s’appuie sur l’exemple d’un fait divers passé un peu trop inaperçu, celui du meurtre d’un jeune homme noir par des policier blancs racistes et les émeutes qui ont suivi, réprimées par une véritable armada militaire. La garde nationale sont intervenue avec des moyens hors de proportions. Dans ces conditions est-il incompréhensible que le démocrate Obama s’intéresse à la formation d’une garde nationale destinée à mater une rébellion ouvrière s’appuyant sur un projet politique émancipateur et fraternel ? Obama le démocrate, qui a mis au pouvoir et soutenu un gouvernement nazi !

Gilbert Rémond

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).