Une libération ratée – Dernier jour du procès de Julian Assange à Westminster-Woolwich

, par  Monika Karbowska , popularité : 1%

Jeudi 27 février 2020, nous sommes à la fois stressés par les événements dramatiques de la veille et excités à l’idée d’une issue positive – la demande de libération sous caution que la juge Baraitser a proposé aux avocats et que ceux-ci doivent déposer avant 9h30 pour que la juge puisse l’examiner avant le début de l’audience. Dans la nuit, nous avons envoyé la cinquième demande de libération écrite par l’association "Wikijustice Julian Assange" pour pousser la cour à agir. Malgré le peu de sommeil, nous nous levons tôt pour arriver à 6h devant la grille de la Woolwich Crown Court. Il y a déjà 5 personnes et c’est parti pour trois heures d’attente sous une pluie battante pour gagner sa place dans le box du public. Ce jour-là, comme pour mardi et mercredi, il y a surtout des Allemands et des Américains dans la file, contrairement au lundi ou il y avait de nombreux Français et francophones. Sevim Dadgelen, présidente du groupe parlementaire de die Linke et Heike Hänsel, députée de die Linke au Bundestag, entrent avec des cartes de presse avant le public. Nous les retrouverons, comme depuis mardi, dans le sas qui sert de salle d’attente avant que l’agent de sécurité ne déverrouille la sortie de secours qui sert de porte d’accès à la galerie du public.

A 9h30, nous sommes enfin dans ce sas étouffant de 15 mètres carrés entre deux portes coupe-feu, avec 25 autres personnes. Les agents de sécurité ont fait entrer les 18 personnes autorisées, mais comme il y a les deux députées et quelques journalistes, plus de personnes donc que de places, il faudra se battre contre les resquilleurs pour ne pas être éjecté de la queue. L’ambiance ne peut être donc que tendue et inamicale dans ce réduit surchauffé, mais nous n’avons pas le choix, nous voulons voir Julian Assange et assister à sa possible libération. Depuis mardi, Kristinn Hrafnsson, Fidel Narvaez, Craig Murray et John Shipton sont assis sur les sièges réservés à la famille dans l’espace du public. Le cinquième homme assis avec les membres de la famille est probablement le producteur de spectacle Hamish Hamilton. A 10 heures, je suis enfin dans le box du public, épuisée par cette bataille depuis 4 jours pour juste garder ma place dans ce balcon vitré surplombant la salle de l’audience. A 10 heure, l’audience n’a pas encore commencé, mais c’est normal puisque la juge a promis d’examiner la demande de libération sous caution avant 10h30. L’agent de sécurité qui nous surveille en permanence exige immédiatement que nous éteignons nos portables.

Ce dernier jour, plusieurs jeunes avocats sont assis au dernier rang à coté de Mc McGrath, de Stella Morris, de Jennifer Robinson revenue après une journée d’absence et de Renata Avila qui apparait pour la première fois. Comme les jours précédents, Gareth Peirce est assise au deuxième rang avec ses assistantes, Mark Summers et Edward Fitzgerald au premier. A leur droite se tiennent le procureur Lewis et le staff de l’accusation que malheureusement nous ne voyons pas depuis la galerie vitrée. Nous ne pouvons qu’écouter ce qu’il dit lorsque le micro fonctionne correctement. La juge Baraitser entrera sur une estrade, Julian Assange sera enfermé dans le box des accusés, pile en face d’elle au fond de la salle. Près de la porte, pas moins de 26 journalistes sont triés sur le volet, les autres restent dans une annexe où ils doivent se contenter d’un écran.

Justement, nous nous levons rapidement de nos sièges sur un signe de notre surveillant. La juge est arrivée et au même moment Julian Assange entre avec le gardien vêtu de l’uniforme de Belmarsh par la porte de derrière dans le box des accusés. Immédiatement Vanessa Baraitser commence la séance par une solution pratique : comme Julian Assange avait fait savoir qu’il n’entendait rien dans ce box, l’huissière en cheffe de la Westminster Court, que nous côtoyons depuis 6 mois, lui apporte des écouteurs. Julian Assange les prend, dit quelque chose, les met, puis les essaye. Mais on sent qu’il ne veut pas, qu’il boycotte cette situation. Il enlève sa veste grise et reste en chemise blanche, s’assied sur le banc. Enfin, il enlève les écouteurs et les pose. Qu’à cela ne tienne, l’audience commencera, qu’il entende ou pas. Son teint est toujours aussi blafard, il a les traités tirés, je le sens irrité, tendu, crispé sur le siège, mais pas prêt à s’effondrer comme la veille.

A ma grande surprise et déception, il n’est question d’aucune requête de libération, malgré ce que la juge avait décidé la veille. On enchaine immédiatement avec ce qui avait été interrompu la veille à cause de l’état de santé de Julian Assange : la définition de « political offense » selon l’accusation américaine. Le procureur Lewis reprend son monologue comme s’il ne s’était rien passé et comme si une soirée et une nuit ne s’étaient pas écoulés entre temps. Je suis sans voix. Comment peut-on à ce point violer les procédures ? Si une cour de justice décide d’un acte il doit être exécuté. Si les avocats ne déposent pas la demande de libération, ils doivent le dire à haute voix devant la cour et le juge doit acter et justifier son refus de la requête à formellement. Mais la, rien de tel ne se passe. Toute le salle fait comme s’il ne s’était rien passé la veille, comme si rien n’avait été dit. La proposition de Baraitser est passée à la trappe, comme dans des oubliettes médiatiques. Comme si elle n’avait jamais prononcé ces mots que j’avais reportés dans mon article écrit cette nuit même et comme si Fitzgerald n’avait pas discuté avec Julian Assange devant nous de cette éventualité. Il n’est pas possible qu’un homme mourant n’ait pas envie d’être libéré. Julian Assange a certainement approuvé formellement le dépôt de cette requête (Application for bail, formulaire IS 91R., formulaire très simple à remplir selon les guides conseillant les migrants polonais, les détenus peuvent les faire eux même sans avocats). Alors, que s’est-il donc passé ?

Je ne le saurai pas. Il n’y aura pas de demande de libération et donc de libération. Et il n’y aura aucune explication de la part des avocats. Julian Assange a l’air d’avoir mal au dos, son visage est crispé, il essaye de trouver une place à peu près confortable sur le banc entre les deux gardiens. Après une heure de logorrhée accusatrice, il baille plusieurs fois, épuisé. Nous aussi, nous en avons marre depuis une semaine, et certains dans le public dorment déjà. A 11h30, nous avons droit à la petite pause de dix minutes, mais nous devons rester stockés dans le sas face à la sortie de secours-entrée du public pour ne pas perdre notre place. L’agent de sécurité m’interdit même d’aller aux toilettes proches de la galerie. Le reste de la matinée, l’avocat Edward Fitzgerald expose les différentes législation britanniques, common law, européenne, afin de prouver que le traité bilatéral d’extradition de 2003 interdit bien les extraditions pour opinion politique contrairement au traité de 1870. Julian Assange écrit quelque chose tout au long de la plaidoirie, il fait parvenir trois papiers écrits de sa main à Summers. Je me dis qu’il a l’air d’aller mieux, mais c’est vraiment dommage que les avocats n’aient pas saisi la perche tendue par la juge pour le faire libérer sous caution. Certes, une caution voudrait dire devoir verser une somme d’argent et prouver qu’il possède un revenu, mais tout est faisable. Après tout, de nombreux artistes sont venus le soutenir, il doit être possible de réunir une certaine somme d’argent et Julian Assange en tant qu’actionnaire majoritaire de la Sunshine Press Production, entreprise islandaise, pourra disposer enfin des bénéfices de son entreprise.

Avant la pause de midi, la juge et les avocats discutent déjà de l’organisation du prochain procès au mois de mai. Il est question de décider comment préserver l’anonymat des personnes qui ont fait fuiter les vidéos de surveillance de UC Global et qui sont témoins dans la procédure instruite par l’Etat espagnol. Lorsque j’entends la juge prononcer la phrase « nous allons débattre des problèmes qui se sont posés la veille », je garde l’espoir de voir la demande de libération apparaitre l’ordre du jour.

Nous devons passer hélas la pause dans l’étrange sas, coincés entre le RIA dans sa boite et les deux portes coupe-feu. J’amène des cafés et un croissant achetés dans la petite cafétéria du tribunal où je croise les usagers de l’aile droite du bâtiment, mécontents de la queue inhabituelle qu’ils doivent faire pour pouvoir déjeuner. Les journalistes, les avocats, les procureurs et le public du procès de Julian Assange mangent en effet tous dans ce même lieu. A vrai dire, j’ai hâte d’en finir, mais j’ai aussi envie de revoir Julian Assange, de comprendre sa situation, son état de santé. A 14h00, l’agent de sécurité nous fait entrer dans l’escalier de secours puis dans la galerie du haut. Le gardien fait entrer Julian Assange qui s’assied recroquevillé les genoux serrés. C’est Mark Summers qui mène les opérations. Il pose la problématique de la séance : Assange n’entend pas, même avec les écouteurs, et du fait de sa « situation psychiatrique », il ne devrait pas se trouver dans ce box. Summers argumente que même en Russie on ne maintient pas les accusés dans une cage de verre, mais on leur permet de se trouver avec leurs conseils pour pouvoir communiquer. Baraitser répond qu’ils peuvent très bien communiquer ensemble via le système des petits papiers qu’Assange écrit et transmet aux barrister, ou qu’ils peuvent interrompre la séance pour qu’ils puissent lui parler. Summer objecte que cela leur fera interrompre la séance toutes les 20 minutes pour 3 minutes de discussion. Baraitser lui enjoint de ne pas exagérer. Alors que j’attends toujours avec espoir que la demande de libération apparaisse, Summers, Lewis et Baraitser discutent de la légalité de la cabine de verre dans laquelle Assange est enfermé. Un peu avant 15 heures, Baraitser coupe court et affirme son autorité : bien sûr, elle est garante pour le « fair trial » de Monsieur Assange. Alors elle décide qu’il est capable de participer à son procès, que les avocats n’ont aucune difficulté d’accéder à lui, que s’il n’entend pas et qu’il y a du bruit, c’est la faute des perturbateurs qui manifestent dehors (les Gilets Jaunes sont visés !) et qu’il n’a qu’à lever la main et on interrompra la séance pour répéter. Elle n’est pas responsable de la « psychiatric vulnéralibity » de Julian Assange. Brusquement Baraitser se lève et ordonne une pause de 5 minutes. Nous avons le droit de rester dans notre box.

Je comprends que « l’application for bail » ne sera pas faite. Baraitser revient, fixe les dates des prochaines audiences, discute de formalités avec Fitzgerald : le 25 mars prochain audience de prolongation de détention à la Westminster et audience de management le 7 avril à Woolwich. Il est 15 heures, la fin est un peu chaotique. Julian Assange se lève, les jeunes avocats se tournent vers lui, Joseph Farell apparait, il était présent à l’intérieur de la salle alors qu’il n’est pas avocat et n’était pas parmi les journalistes. L’agent de sécurité privé a envie de finir son travail et nous vire rapidement.

Nous sortons par la grille d’entrée sur laquelle figure le panneau « Her Majesty Courts Services ». Je suis triste. Julian Assange est resté enfermé. Le premier round est fini. Nous continuons.

Monika Karbowska

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).