Salih Muslim, représentant du PYD, parle de l’accord avec l’Etat syrien

, popularité : 1%

Voilà un exposé dont la tonalité tranche avec ce que nous avons entendu jusqu’ici et il me paraît refléter ce que je n’ai pas cessé d’affirmer, à savoir qu’il y avait des Kurdes qui n’avaient jamais apprécié l’alliance avec les Américains et qui auraient préféré se rapprocher des Russes, mais que cela était impossible tant que les Américains étaient là et qu’ils étaient la protection essentielle des Kurdes. Paradoxalement si la décision de Trump et le feu vert donné par lui à Ankara a permis que ces pourparlers aient lieu, ils sont destinés à se poursuivre (note et traduction de Danielle Bleitrach).

« A ce stade, nous nous battrons contre les attaques turques tandis que les troupes syriennes représenteront l’Etat syrien et la souveraineté par leur présence le long de la frontière », a déclaré Salih Muslim du PYD. Salih Muslim Muhammad est un homme politique kurde né en 1951 à Aïn al-Arab (en kurde : Kobané), dans le gouvernorat d’Alep, en Syrie. Il est coprésident du Parti de l’union démocratique (PYD), principal parti kurde de Syrie et considéré par la Turquie comme la branche syrienne des rebelles kurdes de Turquie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le 22 novembre 2016, la Turquie émet un mandat d’arrêt contre Salih Muslim et contre 47 autres personnes. Les mandats d’arrêt ont été délivrés en lien avec l’attentat d’Ankara du 17 février 2016. En septembre 2017, il quitte la présidence du PYD. Il est arrêté à Prague, en République tchèque, dans la nuit du 24 au 25 février 2018, en raison d’un mandat d’arrêt international émis par la Turquie. Il est libéré le 27 février. Le 19 mars, la demande d’extradition est par conséquent rejetée.

Le co-porte-parole du Parti de l’Union démocratique (PYD), Salih Muslim, a parlé à l’ANF de l’accord conclu entre le gouvernement syrien et l’administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie.

Contenu de l’accord avec le régime

Muslim a souligné que l’accord est un accord militaire et une première étape, ajoutant : « Cette étape sera suivie d’un dialogue et de discussions pour compléter le contenu. Les grandes lignes de l’accord sont les suivantes : la sécurité des frontières, car, en fait, la souveraineté de la Syrie en tant qu’État a été violée. La frontière doit être protégée dans sa totalité pour que la souveraineté syrienne soit préservée. À cette fin, des troupes syriennes seront stationnées dans la région, de Derik à l’Euphrate, et elles brandiront le drapeau syrien. Les soldats syriens ne seront pas déployés dans les villes mais dans certaines zones hors des villes. Les travaux de l’administration autonome démocratique ne seront pas interrompus. Les conseils ici continueront leurs travaux comme d’habitude. ».

« Le but est de protéger le peuple »

Soulignant que l’objectif de l’accord est de protéger la population, S. Muslim a poursuivi : « L’Etat turc dirigé par Erdoğan a préparé un plan de génocide. Les Forces démocratiques syriennes du nord-est ont déjà tenté d’empêcher ce génocide par le biais des Américains et de l’accord de sécurité frontalière qu’elles ont négocié. Néanmoins, les troupes américaines se sont retirées de leurs positions sans préavis et l’État turc a lancé une campagne d’invasion et de génocide contre le nord-est de la Syrie, principalement Serêkaniyê et Gire Spi, avec des dizaines de milliers de mercenaires. Ils ont avancé de nombreuses excuses du type "nous ne voulons pas entrer en conflit avec la Turquie" ».

« La libération d’Afrin aussi à l’ordre du jour »

Muslim a indiqué qu’ils avaient déjà parlé à plusieurs reprises aux autorités russes et syriennes et qu’ils avaient tenté de parvenir à un accord auparavant. Il a dit que cet accord, une première du genre, incluait également la libération d’Afrin.
« La Russie et le régime n’ont pas accepté d’accord avant le retrait des troupes américaines. Mais maintenant, ils l’ont accepté. C’est une première et les discussions vont se poursuivre. L’un des points majeurs de cet accord est l’inclusion d’Afrin. Une fois que la sécurité sera maintenue dans la région, il y aura également une collaboration pour la libération d’Afrin. ».

« Les pourparlers détermineront le contenu »

Muslim a déclaré que les pourparlers reprendraient à Damas dans quelques jours. De ces entretiens devraient ressortir les décisions suivantes : « Reconnaissance de l’administration autonome démocratique, reconnaissance des droits des Kurdes dans la Constitution et garantie des droits des autres peuples de la région. Ceux-ci auront une garantie constitutionnelle. L’étendue de l’accord sera déterminée par les négociations à venir. ».

« Les États-Unis n’ont pas arrêté les attaques »

Muslim a fait remarquer que seule la Russie pouvait stopper ces attaques maintenant, et il a continué : « Les États-Unis ne les ont pas arrêtés ou ne peuvent pas les arrêter. Ils ont manifesté l’attitude suivante : "nous risquons de perdre certaines choses dans le futur si nous affrontons la Turquie maintenant". Les troupes américaines se sont éloignées très loin. Je ne sais pas ce qui va leur arriver. Ce n’est pas notre problème. Cela concernera tout au plus l’Etat syrien. ».

« La Russie est une garantie »

Évoquant le changement d’équilibre des derniers jours, M. Muslim a déclaré que ce sont ces équilibres qui ont poussé le régime syrien et la Russie à conclure cet accord. Il a noté que la Russie avait la capacité de mettre fin à ces attaques et était le garant de l’accord.

Musulman a continué : « La mise en œuvre de cet accord est importante. Nous verrons dans la pratique si cet accord mettra fin aux attaques ou non. Comme je l’ai déjà mentionné, nous voulions auparavant parler et conclure un accord avec la Russie et le régime syrien, mais les États-Unis ne l’ont pas accepté. Cependant, les attaques, les développements et la résistance glorieuse d’aujourd’hui ont obligé toutes les parties à repenser. À présent, la Russie a également compris que l’État syrien perdrait également si la Turquie envahissait la région, car les forces turques ne quitteraient pas une région envahie par la Turquie. Pourtant, ce n’est pas encore un accord total, c’est une première négociation. ».

« La bataille se poursuivra »

Muslim a fait remarquer que la lutte contre l’invasion turque se poursuivrait : « La Turquie attaque de toutes ses forces. À ce stade, nous allons nous battre contre les attaques turques tandis que les troupes syriennes représenteront l’État syrien et la souveraineté par leur présence le long de la frontière.
Une autre promesse a été faite. La Russie et le régime ont annoncé qu’ils fermeraient l’espace aérien syrien réservé aux avions turcs et arrêteraient les frappes aériennes. Cela soutiendra la bataille d’honneur livrée par les peuples du nord-est de la Syrie et les forces démocratiques syriennes (SDF). Cela soulagera un peu
. ».

« Nous n’avons libéré personne »

En réponse aux commentaires du président américain Trump selon lesquels « les Kurdes peuvent en libérer certains (islamistes) pour nous impliquer », Salih Müslim a déclaré : « Nous n’avons libéré personne. Ceux qui ont réussi à s’enfuir se sont échappés à cause des bombardements du camp et des prisons par les Turcs. Par exemple, les environs de la prison et du camp d’Ain Issa ont été bombardés. Il y avait aussi des troupes américaines à Ain Issa. Pourquoi sont-ils restés silencieux pendant que les Turcs ont bombardé le camp et la prison, pourquoi n’ont-ils pas arrêté les Turcs ? Il ne sert à personne de criminaliser les Kurdes. » .

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).